skip to content
Date
16 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Athlétisme , Brésil

Un saut magique à 6,03m et Thiago Braz Da Silva détrône Renaud Lavillenie!

Un saut à 6,03 m, dix centimètres au-dessus de son record personnel, le Brésilien Thiago Braz Da Silva est devenu le héros de tout un pays en décrochant dans le stade olympique de Rio le titre de champion olympique à la perche, tombeur du tenant du titre et recordman du monde français Renaud Lavillenie.

Un déluge pour commencer qui a retardé le début de l'épreuve et un coup de poker pour jouer l'or : tous les ingrédients étaient réunis pour faire du concours olympique du saut à la perche un moment d'une dramaturgie exceptionnelle. Une dramaturgie rehaussée par la pluie diluvienne, qui a obligé les organisateurs à interrompre pendant une vingtaine de minutes les compétitions.

Getty Images

Et dans le rôle de la vedette de ce thriller, Thiago Braz Da Silva a tenu le haut de l’affiche. A 22 ans, originaire de l'État de Sao Paulo, le perchiste n'est pas un inconnu. Médaillé d’argent des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Singapour 2010, champion du monde juniors en 2012, le gaillard (1,83 m, 75 kg) est entraîné à Formia (Italie) par Vitaliy Petrov, ancien mentor de Sergueï Bubka.

Il y a un an, alors que son poulain n’avait pas connu la réussite aux Mondiaux de Beijing, où un autre jeunot, le Canadien Shawn Barber, avait déjà mis en échec Lavillenie, Petrov avait expliqué que toute la préparation était « axée pour remporter une médaille aux Jeux de Rio. »

Getty Images

Lundi soir à Rio, Lavillenie, champion olympique 2012, avait la situation bien en mains. Jusqu'à 5,98 m. Quatre sauts, tous au premier essai, et le détenteur du record du monde (6,17 m) était solidement installé en tête du concours, un centimètre au-dessus de la marque de son titre à Londres.

Et puis, Thiago Braz Da Silva a fait l'impasse à cette hauteur, pour s'attaquer directement à 6,03 m. Un coup de poker réussi à sa deuxième tentative sous les vivats du stade olympique. Lavillenie a fait tomber deux fois cette barre, puis a réservé un ultime essai à 6,08m. Sans réussite. Le recordman du monde avait le visage décomposé et Thiago Braz Da Silva pouvait fêter son succès sur l'air de Pais tropical devant un public en délire.

« Thiago a fait un concours incroyable »

« Je suis si content ! Nous avons tant travaillé pour ce moment, pas pour la médaille d’or, mais pour gagner une médaille », a expliqué Thiago Braz Da Silva. « Pour le Brésil, c’est fabuleux, J’essaye de faire du mieux que je peux pour le peuple, ils croient en nous. C’est incroyable. Ma première fois au dessus de 6m ! Ma ville natale voulait que je gagne ».

Getty Images

Le public dans les gradins a littéralement porté Da Silva au dessus de cette barre magique. « Ils me soutenaient trop! Il fallait que je fixe mon esprit sur ma technique, et que j’oublie la foule ». En retombant, une fois record olympique établi, le nouveau champion olympique a pensé : « Je ne peux pas y croire ! J’ai franchi 6,03m ! Ok, qu’est-ce qui se passe ici ? Oh mec, une médaille d’or. 6.03, record olympique. Incroyable. »

Après son exploit aussi époustouflant qu’inattendu, Thiago Braz Da Silva, qui s’était mis au saut à la perche à l’âge de 14 ans seulement sur les encouragements de son oncle, a pris le temps de redescendre de son nuage et de regarder vers l’avenir. Après avoir fait la démonstration de son potentiel en remportant la médaille d’argent des JOJ à Singapour il y a six ans, il est parti s’entraîner en Italie avec le légendaire Vitaly Petrov, l’entraîneur qui avait également supervisé la carrière de l’idole de Da Silva qui n’est autre que Sergueï Bubka, champion olympique en 1988. Aujourd’hui, Thiago Braz Da Silva pense qu’il peut être capable de sauter encore plus haut que Bubka – et que Lavillenie…

“C’est incroyable. C’est la première fois que je franchis plus de 6 mètres,” a-t-il dit. “Peut-être bien qu’un jour je pourrai m’approcher du record du monde, mais j’ai besoin d’améliorer ma préparation et ma technique, alors on verra ce qui se passe après.”


« Le scénario n'était pas inenvisageable, mais voilà, il y a quatre ans, c'était en ma faveur » a dit Renaud Lavillenie. « Y’a pas grand chose a redire, j'ai tout donné, j'ai essayé de faire le meilleur des concours possibles. Je n’ai rien à me reprocher, Thiago a fait un concours incroyable. »
back to top En