skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Un sans-faute synonyme de victoire pour Arnd Peiffer dans le sprint !

Laura Dahlmeier l'avait fait hier, son compatriote Arnd Peiffer l'a accompli aujourd'hui : pas une cible manquée dans le sprint, et la victoire au bout des 10 km. Il remporte son premier titre olympique sur la distance où il avait été sacré champion du monde en 2011, et devance le Tchèque Michal Krcmar et l'Italien Dominik Windisch.

Les deux superstars du circuit, le Norvégien Johannes Thingnes Bø et le Français Martin Fourcade, ont perdu toute chance dès le premier tir couché, avec trois erreurs chacun, soit trois fois 150 m de tour de pénalité.

Comme sa compatriote Laura Dahlmeier la veille, Arnd Peiffer a réussi le sans-faute, le 10 sur 10 synonyme de victoire et de départ en tête pour la poursuite. Le Tchèque Michal Krcmar a également blanchi les 10 cibles pour prendre la médaille d'argent à 4 secondes du champion du monde 2011 allemand. L'Italien Dominik Windisch, une faute, a pris la médaille de bronze à 7 secondes.

Getty Images

Le skieur natif de Basse-Saxe, 30 ans, a donc profité de la méforme des favoris pour créer la surprise. Il succède à la légende norvégienne Ole Einar Bjørndalen. C'est sa deuxième médaille olympique, après l'argent à Sotchi 2014 en relais masculin. Le dernier succès d'Arnd Peiffer en sprint sur la Coupe du monde remontait à la saison 2014-2015, à Oslo. C'est lui qui aura su le mieux gérer le vent et le froid qui ont compliqué le parcours des autres favoris.

Getty Images
La banane magique

“Ça sonne bizarre, parque j'ai 30 ans, ce sont mes troisièmes Jeux Olympiques, et dans les deux derniers sprints à Vancouver 2010 et Sotchi 2014, j'avais mal couru avec à chaque fois deux ou trois tours de pénalité, ça n'était pas bon, car je m'étais trop mis la pression. Et puis, ici, je ne pensais pas que se serait possible de finir au top, je ne me qualifierais pas d'outsider, mais je ne fais pas partie des tout meilleurs" a observé Arnd Peiffer.

Et d'ajouter : "Aujourd'hui, j'étais bien plus relax et je pense évidemment que j'ai fait un bon travail au tir, c'était la clé pour finir devant, mais je suis surpris. C'est l'aboutissement de beaucoup de travail, je fais du biathlon depuis 21 ans. J'ai commencé à 9 ans. Ça fait un bout de temps ! J'ai mangé une banane 30 minutes avant le départ. C'est mon secret. Peu importe si elle est grande ou petite, c'est mon rituel et je m'y tiens !".

Getty Images

Michal Krcmar était ravi de montrer sur son premier podium olympique : "Une course fantastique, car cela faisait plusieurs jours que je ne me sentais pas bien à l'entraînement. Je ne sais pas comment j'ai réussi à prendre l'argent, j'ai juste été au maximum sur la piste. Chance, chance, J'ai eu la bonne fortune aujourd'hui !".

Getty Images

Dominik Windisch était lui aussi très ému : "Ça veut tout dire, car le chemin a été ardu pour en arriver là. J'ai eu beaucoup de problèmes dans le passé, quand j'étais jeune, et je suis si heureux d'être ici et de gagner la médaille. Je pense que c'est incroyable. Je ne réalise pas parce que c'est arrivé si vite ! C'est de la folie".

Grosse déception pour Martin Fourcade

Sorti 35e après ses trois erreurs au couché, Martin Foucade a finalement pris la 8e place après un sans-faute au debout, à 22 secondes de Peiffer, et reste en bonne position pour la poursuite.

"C'est une très grosse déception parce que j'étais prêt aujourd'hui", a réagi à chaud le Français sextuple vainqueur du classement général de la Coupe du monde, et qui restait sur une série de 18 podiums consécutifs.  "Je ne sais pas ce qui s'est passé, sans doute j'ai eu une mauvaise gestion du vent. J'avais des énormes attentes, c'était la course que j'avais cochée. Je n'ai pas réussi à concrétiser, c'est une grosse déception. J'avais envie de lancer cette quinzaine pour l'équipe de France".

Pour sa part, Johannes Thingnes Bø a encore loupé une cible au deuxième tir, et attaquera la poursuite en 31e position avec 1 minute 12 de retard à combler.

Getty Images
back to top En