skip to content
Vebjørn Rodal Getty
Date
31 juil. 1996
Tags
Atlanta 1996 , Actu CIO , Athlétisme

Un Rodal ingénieux s’adjuge le 800 m


Vebjørn Rodal s’est perfectionné au demi-fond de manière bien atypique. Alors que d’autres coureurs s’entraînent sous le soleil, le Norvégien vit dans la ville de Berkak, recouverte d’un manteau de neige et de gel la majeure partie de l’année. Difficile, voire impossible, donc de maintenir un régime d’entraînement régulier.

La solution, c’est une centrale électrique qui la lui donne, sous la forme d’un tunnel de moins de 400 mètres construit au cœur d’une montagne. Ainsi, alors que la météo fait des siennes dehors, Rodal s’entraîne tranquillement et peut rêver de prendre part aux Jeux Olympiques.

En 1994, il quitte finalement sa centrale électrique pour s’entraîner dans des locaux plus traditionnels et un an plus tard, il décroche une médaille de bronze au 800 m des Championnats du Monde.

Au 800 m d’Atlanta, le Norvégien se hisse difficilement en finale en terminant troisième en demi-finale. La concurrence est rude, mais un homme manque à l’appel : le champion du monde Wilson Kipketer, un coureur du 800 m exceptionnel à l’époque, mais qui vient de laisser tomber la délégation de son pays, le Kenya, au profit du Danemark, le pays où il vit depuis de nombreuses années. Une décision qui lui coûte donc sa place aux JO de 1996, puisqu’il n’obtient pas l’autorisation officielle de représenter son nouveau pays.

Sans Kipketer, la finale est ouverte. L’Américain Johnny Gray commence par prendre l’avantage, mais la course va finalement se décider au sprint entre Rodal et le Sud-Africain Hezekiél Sepeng. Rodal se démarque en ligne droite et parvient à doubler Gray alors que les coureurs entament les 100 derniers mètres. Il distance le Kenyan Fred Onyancha, mais Sepeng se montre le plus rapide et passe de la sixième à la deuxième place en l’espace de quelques secondes seulement. Il gagne du terrain sur Rodal dans les derniers mètres, mais ne réussit pas à passer la ligne d’arrivée avant lui.

Un Rodal ingénieux s’adjuge le 800 m IOC

Cette finale est une course de « premières » : Rodal devient en effet le premier coureur norvégien à monter sur un podium olympique, tandis que Sepeng devient le premier Sud-Africain noir à remporter une médaille tous sports confondus.

Cette victoire est aussi le summum de la carrière du Norvégien. S’il n’a que 23 ans à l’époque, il connaît un véritable déclin après Atlanta. Non qualifié pour la finale des JO de Sydney quatre ans plus tard, il quitte la compétition internationale peu après. Sepeng, quant à lui, termine quatrième au 800 m en 2000 et sixième en 2004.

back to top En