skip to content

Un public nombreux acclame les champions du monde de trampoline dans une halle de gymnastique resplendissante

Getty Images
C'est dans le centre de gymnastique Ariake de Tokyo, le site flambant neuf qui accueillera les compétitions de gymnastique artistique, rythmique et de trampoline lors des Jeux Olympiques de 2020, que se sont tenus les Championnats du monde 2019 de trampoline, lesquels se sont achevés dimanche avec la qualification de plusieurs pays pour les Jeux, sous les applaudissements d'un public nombreux venu saluer le succès des gymnastes japonais.

Les fans de sport japonais se sont trouvé une nouvelle héroïne en la personne de Hikaru Mori lors des Championnats du monde 2019 de trampoline – l'épreuve test pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. La jeune Japonaise âgée de 20 ans a en effet décroché deux médailles d'or, illuminant de son sourire radieux la nouvelle halle de gymnastique tokyoïte aux lignes épurées.


Il a fallu 55 ans au Japon pour remporter un titre de champion du monde en trampoline féminin et à peine 12 mois à Hikaru Mori pour s'en adjuger trois. La Tokyoïte a conquis son premier titre en trampoline synchronisé à Saint-Pétersbourg (Russie) en 2018 avant d'enlever au cours du week-end dernier, devant des compatriotes sous le charme, les titres en individuel et par équipes.


"J'ai bien l'intention de continuer à sourire, cela me rend heureuse", a confié Hikaru Mori dimanche après avoir remporté la médaille d'or en individuel, permettant ainsi au Japon de se qualifier pour la compétition olympique de trampoline féminin l'année prochaine.

"Hier, il y avait déjà beaucoup de bruit, mais aujourd'hui, les fans étaient encore plus nombreux. J'entendais les spectateurs dire que tout allait bien se passer avant même le début de mon épreuve et je les ai crus", a ajouté la gymnaste avant d'admettre avoir été agréablement surprise par l'importance et l'enthousiasme de la foule qui avait envahi la nouvelle halle.

Hikaru Mori va peut-être devoir s'habituer à être adulée de la sorte, son entraîneur ayant confié que, si les titres de championne du monde sont certes des plus appréciés, l'objectif a toujours été et reste une médaille aux Jeux.

"Nous avons un plan sur cinq ans qui a débuté lorsqu'elle avait 16 ans et qui va jusqu'aux Jeux Olympiques de Tokyo", a déclaré son entraîneur, Akiko Maruyama. "La pression sera forte. J'espère qu'Hikaru continuera d'arborer son beau sourire en compétition."

La double championne olympique en titre, Rosie MacLennan (CAN), sait maintenant que la bataille sera rude si elle veut réussir un triplé sans précédent, elle qui a fini troisième derrière Hikaru Mori et une autre gymnaste japonaise, Chisato Doihata.


La Canadienne peut néanmoins se consoler en se disant qu'elle a réussi à offrir à son pays une place aux Jeux l'année prochaine. La Chine, la Russie, la Grande-Bretagne et la France se sont elles aussi qualifiées pour la compétition féminine, leurs gymnastes ayant atteint la finale en individuel.

Dans la compétition masculine, en devenant le premier gymnaste de l'histoire à remporter quatre titres mondiaux d'affilée, le Chinois Gao Lei a confirmé sa position de grand favori pour la médaille d'or olympique l'année prochaine.

Gao Lei Getty Images

Le jeune homme âgé de 27 ans, qui avait dû se contenter d'une troisième place à Rio en 2016, a immédiatement confirmé que les Jeux de Tokyo 2020 occupaient désormais toutes ses pensées.

"Je vais continuer à m'entraîner pour tenter de décrocher l'or, ici, l'année prochaine", a déclaré Gao Lei. "Lorsque je monte sur un trampoline, je suis très calme. J'ai confiance en moi maintenant, ce qui n'était pas le cas avant."

Le champion olympique de Rio 2016, Uladzislau Hancharou (BLR), n'a pas réussi quant à lui à se qualifier pour la finale de dimanche, après avoir commis un nombre important d'erreurs lors de sa prestation en demi-finale le samedi. La médaille d'argent remportée par son coéquipier Ivan Litvinovich, 18 ans, qui a ainsi offert au Bélarus une place pour les Jeux Olympiques a été pour lui une consolation.


Le Japon, la France et la Russie sont les autres pays à avoir obtenu leur billet retour pour le centre de gymnastique Ariake pour la compétition masculine de trampoline aux Jeux de Tokyo 2020.



La nouvelle halle a offert un lieu de compétition idéal aux meilleurs gymnastes du monde. S'inspirant des techniques traditionnelles de construction nippone, l'installation peut accueillir 12 000 spectateurs qui disposeront d'une vue entièrement dégagée, sans pilier, grâce aux poutres en bois de 90 mètres qui forment la charpente de l'un des plus grands toits du monde.

"C'est un bâtiment magnifique", a déclaré Katsufumi Tasaki, l'un des deux membres de l'équipe masculine japonaise de trampoline synchronisé qui a remporté la médaille d'or. "Lorsque j'ai commencé à sauter, tout ce que je pouvais entendre, c'était le public ; heureusement, je suis parvenu à en faire abstraction."

Le Japon s'est également adjugé le titre en trampoline synchronisé chez les femmes, clôturant avec brio des championnats extraordinaires pour le pays hôte. La Russie a quant à elle brillé en tumbling, remportant les titres masculin et féminin, tandis que l'exubérant Mikhail Zalomin (RUS) décrochait son cinquième titre mondial de double en mini-trampoline.

back to top En