skip to content
Date
24 avr. 2019
Tags
Actualités Olympiques, Lausanne 2020, JOJ
Lausanne 2020

Un programme sportif innovant à Lausanne 2020

Depuis leur naissance, les JOJ ou toujours constitué un véritable "laboratoire" sportif, introduisant de nouveaux sports ou disciplines dont plusieurs ont par la suite intégré le programme des Jeux Olympiques. Lausanne 2020 ne déroge pas à la règle. Tour d'horizon avec Simone Righenzi, directeur des sports au sein du comité d'organisation.

Quelle est la particularité du programme sportif aux JOJ de Lausanne 2020 ?

Tout d'abord, par rapport aux précédents JOJ d'hiver, le programme sportif a la particularité de s'articuler sur deux vagues distinctes avec des disciplines et des sports différents. La première, qui dure environ une semaine avec par exemple du ski alpin, du biathlon, du patinage artistique et une deuxième avec d'autres sports. Cela nous a permis de changer quelque peu le format des JOJ et de répondre aux recommandations du CIO, en particulier pour augmenter l'impact, le nombre d'athlètes participants et donc le niveau de performance. De fait, la participation augmentera de plus ou moins 70 % par rapport aux premiers JOJ d'hiver à Innsbruck 2012. De plus, ces Jeux seront ceux de la parité à 100 %, avec un quota de 1 880 athlètes, soit 940 garçons et 940 filles.

Quelles sont les principales innovations ?

De sport à sport, il y a des formats différents par rapport à ce que l'on connaît. Par exemple, le double féminin en luge, le combiné nordique féminin, ou le curling double mixte, inauguré aux JOJ et qui est entre-temps devenu olympique à PyeongChang 2018, mais il sera ici disputé par équipes constituées d'athlètes de nations différentes. Une des grandes innovations est certainement le tournoi de hockey 3x3. Lors des derniers JOJ, il y avait en hockey un tournoi d'habiletés ("skills challenge") avec des médailles au bout. Cette fois, les tournois d'habileté serviront en amont de qualification pour l'épreuve 3x3 par équipes de pays mixtes des JOJ de Lausanne 2020. Les parties de 3x3 se disputent sur la largeur du terrain. En pratique, chaque nation organise chez elle un tournoi d'habileté. Un classement mondial est établi, qui permet de qualifier quatre joueurs/joueuses par CNO, qui sont ensuite mélangés pour créer les équipes de 3x3 à Lausanne.

OIS/IOC
Y a-t-il un nouveau sport à l'affiche ?

Nous avons profité de la possibilité offerte par le CIO pour introduire un sport qui représente l'histoire et la tradition du pays hôte. Dans notre cas, il s'agit du ski-alpinisme qui a des racines profondes en Suisse Romande : nous avons de grandes compétences en termes d'organisation, mais aussi des compétiteurs de grande valeur. Nous souhaitions donc donner une plate-forme à ce sport qui mérite d'être reconnu. Il y aura trois épreuves de ski-alpinisme dans la station de Villars, durant la première semaine des JOJ : une course individuelle, un sprint, et un sprint relais par équipes.

Comment se déroulent les compétitions de ski-alpinisme ?

Ce n'est pas ce que l'on imagine : de l'aventure sur des terrains dangereux. Le sport se pratique sur des pentes contrôlées, dans des conditions sécurisées, dans des domaines skiables, par exemple sous des télésièges. L'épreuve individuelle, qui comprend montées en peaux de phoques, phases de portage des skis sur le dos et descentes, dure environ une heure. Le sprint est beaucoup plus court : à peu près trois minutes. Il se déroule en phase éliminatoire, avec plusieurs tours jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un athlète. Le relais est disputé par des équipes de deux hommes et deux femmes qui se succèdent sur le tour de sprint. Ces épreuves sont compactes, et on peut voir toute l'action dans un périmètre réduit.

OIS/IOC
Les JOJ ont toujours permis d'inaugurer des épreuves devenues par la suite olympiques...

En effet ! Nous proposerons notamment en avant-première des Jeux d'hiver de Beijing 2022, les relais mixtes en skicross et en short track, le saut à ski par équipes mixtes, le big air à ski hommes et femmes, ainsi que le bobsleigh individuel (monobob) qui avait été inauguré aux JOJ de Lillehammer en 2016. Par ailleurs et pour la première fois, nous introduisons le combiné nordique féminin. Il y a aussi le fait que les compétitions de patinage de vitesse se disputeront en plein air, sur la glace naturelle d'un lac gelé à Saint-Moritz, à plus de 1 800 m d'altitude. Un évènement innovant qui ouvrira peut-être la voie à l'organisation de ces compétitions en milieu naturel, dans un souci de durabilité.

Peut-être trouverons-nous d'autres innovations à tester à Lausanne, dans le programme ou ailleurs, avec le CIO, puisque nous sommes dans sa maison, et qui pourront être reprises ailleurs. Dans la gestion des Jeux, on peut créer de nouvelles idées, tendances, solutions, logistiques, pratiques, concrètes, concernant la gestion des athlètes, les transports, et tout ce qui tourne autour des compétitions, qui pourraient être une voie à suivre.

Un programme sportif de rêve ?

Oui. Mais nous n'organisons pas seulement les compétitions pour les deux semaines de fête et de compétition et pour les 1 880 athlètes. Nous le faisons pour donner un coup de pouce au développement du sport en Suisse et en particulier en Romandie. L'héritage que nous laisserons, ce sont parfois des infrastructures modernes construites dans les stations, mais il se situe aussi au niveau des compétences. Les gens qui travaillent aujourd'hui sur les JOJ de Lausanne 2020 acquièrent des compétences organisationnelles qui étaient parfois perdues sur notre territoire. Nous reconstruisons une génération de managers de sport, d'organisateurs, de délégués techniques, de personnes qui vont bénéficier d'un savoir-faire et d'une motivation pour le futur, et pour d'autres évènements sportifs après les JOJ de Lausanne.

back to top En