skip to content
Vegard Anders Skorpen / IOC Young Reporter

Un match de hockey improvisé illustre à merveille l’esprit des JOJ


Entourés des montagnes à gauche et des drapeaux des différentes nations à droite, des hockeyeurs - hommes et femmes - du monde entier ont investi la glace en toute décontraction.

Leurs épreuves étaient terminées depuis longtemps et les médailles avaient été décernées, mais les 32 joueurs qui s’étaient affrontés lors du défi des habiletés en hockey sur glace en redemandaient.

Vendredi matin (19 février), des athlètes représentant plus de 20 pays ont donc décidé d’organiser un match amical de hockey sur glace naturelle sur la patinoire en plein air des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016.

L’entraîneur japonais Hiroki Wakabayashi a déclaré que ses joueurs tenaient absolument à participer à un match. « Ils étaient ravis, confie-t-il. Le défi des habiletés c’est bien, et ils sont fiers d’y avoir pris part, mais ce sont des joueurs de hockey. Ce qu’ils veulent, c’est jouer. »

Avec seulement 10 équipes en lice pour les épreuves de hockey sur glace par équipes, le défi des habiletés représentait une occasion pour davantage d’athlètes de participer aux JOJ.

Le défi visait à évaluer des compétences individuelles telles que le contrôle du palet et l’agilité. Mais les joueurs avaient surtout envie de s’affronter « pour de vrai ».

C’est pourquoi les entraîneurs ont eu l’idée d’organiser cette rencontre amicale.

« J’ai repéré la patinoire en plein air dès le premier jour, et l’idée a fait son chemin », a avoué le Néo-Zélandais Justin Daigle, qui s’est inspiré des Classiques de la Ligue nationale de hockey nord-américaine, un événement qui attire chaque année près de 100 000 spectateurs.

Selon Daigle, l’idée de ce match a tout de suite fait l’unanimité auprès des athlètes. Seules les fédérations nationales ont hésité, craignant que les joueurs ne se blessent. Les règles ont donc été adaptées : pas de mises en échec, pas de hors-jeu et pas de contacts.

« C’est une opportunité extraordinaire de pouvoir réunir tous ces jeunes [hockeyeurs]. C’est ça, l’esprit des Jeux, a affirmé Daigle. Quand auront-ils à nouveau l’occasion de jouer en toute insouciance avec des gens de tant de pays différents ? »

« Ils n’ont aucune pression, leurs performances ne sont pas jugées. Ils sont là pour s’amuser et pour tisser des liens. »

Chacun des athlètes ayant pris part au défi des habiletés était présent. Les équipes, mêlant filles et garçons, furent formées en fonction de la couleur du maillot de chaque équipe nationale : les maillots clairs contre les maillots foncés. Les athlètes ont fait preuve d’esprit de compétition, même si personne n’a prêté attention au score.

Le Japonais Roy Kanda ravi d’avoir marqué un but lors du match amical de hockey sur glace, vendredi.

« Ça fait du bien de faire autre chose », a déclaré l’Autrichienne Theresa Schafzahl, qui a remporté la médaille de bronze mardi soir, lors du défi des habiletés féminin.

« C’est un tel plaisir de jouer au hockey, et c’est une chance incroyable de jouer ici. J’adore jouer avec les garçons, parce que tout va beaucoup plus vite, c’est plus excitant. C’est un pur bonheur. »

Les entraîneurs espèrent voir l’événement se répéter lors de prochains JOJ. Cela pourrait même devenir, de façon régulière, un moyen pour les athlètes de se détendre à la fin des Jeux.

« Réunir toutes ces nations, c’est une opportunité unique », a affirmé Harry Springfeld, le patineur représentant la Fédération Internationale de Hockey sur glace lors du défi des habiletés. « Pour tous ces joueurs, c’est une manière de terminer les Jeux en beauté. »

Écrit par Emily Bayci et Jerick Sablan, jeunes reporters du CIO

back to top En