skip to content
IOC
JOJ

Un jour dans la vie de … la médaillée d'or des JOJ Grace Kim

Dans ce nouvel épisode de notre série sur les coulisses des Jeux Olympiques de la Jeunesse, olympic.org a rencontré la médaillée d'or australienne en golf Grace Kim.

CIO 


Lève-tôt

Le parcours de golf étant relativement éloigné du village olympique de la jeunesse, nous devions nous lever à 5 heures tous les matins. Nous prenions notre petit-déjeuner dans le restaurant à 5h30. Je me rappelle que les oranges y étaient succulentes, juteuses à souhait ! Nous avions pris l'habitude d'en emporter quelques-unes avec nous pour notre séance d'entraînement. Nous ne revenions pas au village avant 17 ou 18 heures. Une fois de retour, j'aimais bien passer du temps avec mes camarades de chambre. J'ai eu la chance de partager un appartement avec des filles super sympas. Nous passions des heures à discuter, jusqu'à l'extinction des feux. Puis le lendemain, lever aux aurores pour une nouvelle journée.

CIO

La vie dans le village

Vivre dans le village, c'est un peu comme retourner à l'école, se faire de nouveaux amis, passer du temps avec eux, participer aux activités organisées. L'ambiance y était formidable. Lorsque je suis arrivée à Buenos Aires, j'avais l'impression que tout cela n'était qu'un rêve. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse figuraient sur ma liste de choses à faire cette année-là, aussi y participer et vivre dans le village avaient une saveur toute particulière. C'était comme être aux Jeux Olympiques, avec des drapeaux australiens aux fenêtres de nos appartements et tout ce dont nous avions besoin sur place. C'était un endroit vraiment sympa, notre "chez-nous" pour les semaines qui allaient suivre.

CIO

Une nuit blanche

J'ai très mal dormi la nuit qui a précédé le tour final. Je n'arrêtais pas de me réveiller, j'avais de la peine à respirer. J'étais en lice pour la médaille d'or, c'était effrayant et excitant à la fois. À ce moment-là des Jeux, l'Australie n'avait pas encore remporté de médaille d'or et je rêvais littéralement d'être la première Australienne à décrocher le précieux métal. Au final, cela m'a rendue très nerveuse ; c'était très bizarre de ne pas arriver à dormir correctement. Finir la journée avec l'or autour du cou, c'était la concrétisation de mes rêves.

CIO

Une notoriété toute nouvelle

Après le tour final, le nombre de messages sur mon téléphone a littéralement explosé ; c'était de la folie. J'ai reçu des tas de sms de ma famille restée à la maison et mes comptes dans les médias sociaux se sont emballés ; j'ai gagné un nombre impressionnant d'abonnés sur Instagram ! Quand nous sommes revenus au village olympique de la jeunesse, c'était top d'entrer dans le restaurant avec la médaille autour du cou. Tout le monde me félicitait, même les athlètes des autres pays. Quand je me suis assise avec la délégation australienne, tout le monde est venu nous applaudir ; c'était vraiment extraordinaire.

Getty images


Examen

Pendant que j'étais à Buenos Aires, j'ai dû passer un examen d'anglais, ce qui n'a pas été simple. J'avais pris tous mes livres pour réviser pendant les Jeux et la délégation australienne m'avait même aménagé une salle d'étude, mais je n'ai probablement pas travaillé autant que j'aurais dû ! J'avais plus envie d'apprendre à connaître tous mes nouveaux amis. Ce n'était peut-être pas la meilleure des préparations, mais quand j'ai reçu mes résultats, j'ai trouvé que je m'en étais plutôt bien sortie tout bien considéré. J'ai dû passer l'examen à l'ambassade britannique, ce qui était assez intimidant mais aussi très sympa. Remporter l'or était certainement plus amusant, mais je ne saurais dire lequel des deux a été le plus facile – probablement l'or !

back to top En