skip to content

Un jour dans la vie d’un athlète des JOJ

Mackenzie Wood OIS
Olympic.org a demandé au skieur alpin canadien Mackenzie Wood de nous expliquer en quoi consiste une journée typique aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d’hiver de Lausanne 2020 : depuis le réveil et le petit-déjeuner jusqu’aux compétitions sur les pistes et la détente le soir au village olympique de la jeunesse.


Quatre jours que les JOJ nous font déjà vibrer avec une multitude de compétitions de sports d’hiver. Et pourtant, le temps que les jeunes athlètes passent à concourir devant les spectateurs et les caméras de télévision ne constitue qu’une petite partie (quelques minutes seulement dans certains cas) de leur routine quotidienne en tant que sportifs.

Car toute l’excitation et l’attention que suscite la compétition ne sont souvent qu’une expérience très brève. Comme l’explique Mackenzie Wood, qui a participé à la première des cinq épreuves de ski alpin (le super-G messieurs vendredi dernier), la vie d’un jeune athlète, c’est du 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

“J’étais debout vers 7h le matin du super-G”, dit-il. “La première chose que j’ai faite, c’était d’aller prendre mon petit-déjeuner. Mon régime est le même que je concours ou que je m’entraîne. J’essaie de ne rien changer.

“Je prends généralement ma dose de protéines avec quelques œufs et un peu de viande — du jambon ou du bacon — ainsi que quelque chose avec beaucoup de glucides, qui va me faire tenir toute la journée, comme des flocons d’avoine. J’essaie aussi de manger des fruits — ce qui est à disposition. Puis j’emporte des snacks pour le trajet en train.”

Mackenzie Wood OIS


Le trajet en question mène au site du ski alpin, à la station des Diablerets. Wood met à profit ce temps de transport pour se préparer mentalement pour la course.

“Plein de choses te passent par la tête”, dit-il. “Pour me distraire, j’essaie de ne pas penser au ski. Je vais sur Netflix et regarde des vidéos que j’ai téléchargées sur mon téléphone juste pour penser à autre chose. J’écoute aussi de la musique à mesure que la compétition approche.

“Mes parents sont ici à Lausanne et je les vois tous les jours. Je ne leur parle pas beaucoup avant la course. J’ai tendance à faire mes choses à moi et à rester à l’écart, parce que je les vois après la course. Mais si je les vois avant, c’est généralement juste pour entendre un "Bonne chance, ski vite et amuse-toi”.

Mackenzie Wood OIS

C’est plus ou moins du non-stop pour Wood une fois qu’il arrive en montagne. Sa journée typique aux JOJ, c’est de se rendre au local à skis pour récupérer tout son équipement avant de se changer dans la tente des athlètes. Suivent une inspection du parcours, quelques descentes d’échauffement et, enfin, l’épreuve principale : la course.

Une fois que Wood a terminé sa course, il retourne à la tente des athlètes et prend vite fait quelque chose à manger. Sa dernière tâche en montagne, c’est d’enlever son équipement et de le ranger rapidement dans le local à skis pour ne pas rentrer trop tard au village olympique de la jeunesse.

Mackenzie Wood OIS

“Mes journées sont bien remplies aux JOJ. Je quitte la montagne à 16h30 pour retourner au village et dîner dès que je rentre”, dit-il. “J’essaie de manger autant que je peux et de diversifier mes repas le plus possible. C’est toujours la même chose : beaucoup de protéines, de glucides et de lipides. La journée a été longue et j’ai brûlé beaucoup de calories, alors je mange deux ou trois assiettes pleines tous les soirs pour être sûr de recharger mes batteries et de bien récupérer pendant mon sommeil.

“Certains jours, je dois me lever tôt, alors le temps que je rentre le soir et que je dîne, je suis très fatigué. Je vais faire un massage rapide chez le physio, puis à 20h30 je prends généralement ma douche, je m’allonge et je décompresse. Le village est super car il n’y a pas trop d’activités pour te garder éveillé toute la nuit. Je vais parfois au café Yodli ou je vais marcher un peu, mais à 21h je suis au lit.”

 

back to top En