skip to content

Trois journées à cheval, et première médaille d’or à Rio pour la France et l’Allemagne !

L’équipe de France (Astier Nicolas, Karim Laghouag, Thibaut Valette, Mathieu Lemoine) a remporté le concours complet d’équitation, lundi à Deodoro, devant l’Allemagne et l’Australie. L’Allemand Michael Jung est pour sa part entré dans la légende en conservant son titre individuel, devant Astier Nicolas et l’Américain Phillip Dutton. Ce sont les premiers titres à Rio pour la France et l’Allemagne.

L'Allemand Michael Jung conserve le titre individuel du concours complet en terminant avec deux parcours de saut sans faute, pour devancer avec 40,90 pts le Français Astier Nicolas (48) qui a fait tomber une barre dans son dernier parcours et l'Américain Phillip Dutton (51,80), mardi à Deodoro. Ainsi, à l’issue des trois journées de compétition et des deux parcours de saut d’obstacles finaux, Astier Nicolas remporte une médaille d’or et une en argent, tandis que Michael Jung s’en adjuge une en argent et en or !

Jung offre ainsi à l'Allemagne son premier titre olympique des Jeux de Rio. Il rejoint les deux seuls cavaliers de l'histoire des Jeux à avoir réalisé le doublé individuel : le Néerlandais Charles Pahud de Mortanges (Amsterdam 1928 et Los Angeles 1932) et le Néo-Zélandais Mark Todd (Los Angeles 1984 et Séoul 1988), septième à Rio.

Equestrian Eventing
© Getty Images

Jung, 34 ans, montait le même partenaire qu'à Londres, Sam (16 ans désormais), avec lequel il avait également triomphé par équipes, après que le jeune Takinou (9 ans) eut été mis hors course il y a trois semaines par une fièvre infectieuse. Le cavalier du Bade-Wurtemberg a raté de peu le double double, la Mannschaft se classant deuxième par équipes derrière la France.

« Réaliser cela deux fois avec le même cheval est vraiment très spécial », a remarqué » Michael Jung. « C’est incroyable. C’est un sentiment merveilleux quand on se lance dans le parcours et que le cheval saute avec tellement de puissance. A Londres, j’ai ressenti la même chose. Sam est tout simplement fantastique. C’est un cheval brillant ». Michael Jung et sa monture, dernier couple à se lancer, ont réussi un magnifique sans-faute, avalant les obstacles avec une fluidité exceptionnelle. « Il faut savoir se contrôler et ne pas faire en sorte que le cheval ressente la pression. Et puis il ne reste plus qu’à faire son truc ! »

12e avec les Etats-Unis, Phillip Dutton était 4e en individuel avant l’explication finale. L’Australien Chris Burton, placé devant lui, ayant fait tomber deux barres tandis qu’il ne prenait que 4 points de pénalité, Dutton a réussi à accrocher le bronze. « D’abord, j’étais déçu à cause de mon erreur, mais je suis reparti de l’avant. C’est irréel. C’est le vrai test des cavaliers. C’est le pinacle des sports équestres ».

La France triomphe par équipes

Avant l’explication individuelle dans le parcours de saut d’obstacles, l’équipe de concours complet a offert le premier titre olympique à la France à Rio, avec un total de 169 points à l'issue du CSO, devant l'Allemagne (172,80), tenante du titre, et l'Australie (175,30). C'est le deuxième sacre pour les Français dans la discipline, après celui de 2004 à Athènes. Aux Jeux de Rome, en 1960, les « vestes bleues » avaient conquis la médaille de bronze.

Equestrian Eventing
© Getty Images

Les quatre couples tricolores, avec les cavaliers Astier Nicolas (Piaf de B’Neville), Karim Laghouag (Entebbe), Thibaut Vallette (Qing du Briot) et Mathieu Lemoine Bart L), étaient débutants aux Jeux. Sans faute en saut par équipes, Astier Nicolas s’est idéalement placé pour une médaille individuelle, à seulement 1,1 point du leader, l'Allemand Michael Jung, double champion olympique à Londres.

« J'espérais qu'on décroche la médaille d'or, je sais que c'était très ambitieux. On s'est donné les moyens pour que ça passe, tout le monde a été génial dans notre équipe » a dit Astier Nicolas. « On a aussi bénéficié de la méforme des autres, ça veut dire qu'on était plus en forme, donc les meilleurs. C'est vrai qu'il y avait un peu de stress, je rentre pile dans le temps. Et puis là on l'a eu du premier coup, on n'a pas d'appel avec les Allemands comme à Athènes. On va repartir directement avec la médaille autour du cou, ça va être fantastique ».  En 2004 à Athènes la France avait en effet récupéré l'or sur tapis vert après la disqualification de l'Allemande Bettina Hoy pour un point de règlement.

La France, deuxième après le dressage, longtemps son point faible, était restée sur le podium (3e) à l'issue du cross qui avait fait pas mal de dégâts lundi. Pour le CSO, les Français étaient encore quatre, alors que les autres nations fortes avaient vu leurs rangs réduits à trois équipiers, en raison d'éliminations sur chutes.

Si l'Allemagne, avec trois sans faute en saut, est remontée de la quatrième place à la médaille d'argent, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont payé cher cette réduction d'effectifs, tous leurs point étant additionnés. Pour l'Australie, Stuart Tinney avait débuté avec 17 points de pénalités. Et, en dernier relayeur, Sir Mark Todd, la légende du complet, double champion olympique (1984/1988), a enfoncé la Nouvelle-Zélande, avec quatre barres tombées.

Equestrian Eventing
© Getty Images L'or d'Athènes avait été la dernière médaille olympique de l'équitation française. Pour la petite histoire, si les complétistes de 2016 ont ouvert le livre d'or de la délégation française à Rio, le cavalier de saut d'obstacles Pierre Jonquères d'Oriola l'avait refermé le dernier jour aux Jeux de Tokyo, en 1964, offrant in extremis sa seule médaille d'or à la France, en selle sur Lutteur B.
back to top En