skip to content
Date
27 févr. 2010
Tags
Actu CIO , Vancouver 2010

Travailler pour les Jeux

Organiser une édition des Jeux Olympiques est une entreprise complexe qui exige la collaboration de personnes de divers horizons, aux compétences multiples. Le comité d'organisation de Vancouver 2010 (COVAN) compte près de 1 400 collaborateurs à temps plein, assistés de 25 000 volontaires, qui ont tous travaillé dur à la préparation de ces Jeux. Parmi eux, Cathy Priestner Allinger, vice-présidente du COVAN chargée des sports et des opérations Jeux. Cette ancienne athlète olympique (elle a participé deux fois aux Jeux et remporté une médaille d'argent en patinage de vitesse à Innsbruck en 1976), ancien entraîneur, administratrice, volontaire et commentatrice télé, qui a travaillé pour deux précédents comités d'organisation (Salt Lake City 2002 et Turin 2006), est peut-être la mieux placée pour parler de la manifestation olympique. Olympic.org lui a demandé ses impressions sur les Jeux vus de l'intérieur.


Olympic.org : Que ressent-on lorsque l'on fait partie d'une organisation chargée de mettre sur pied les Jeux dans son propre pays ?

Cathy Priestner Allinger : Un immense sentiment de fierté, c'est certain, car on est associé à un événement auquel tout le pays adhère. Nous avons cherché à mobiliser le Canada tout entier et ce sont toutes les communautés qui ont répondu présentes – c'est vraiment remarquable. C'est aussi un privilège de participer à un événement qui laissera un héritage durable au sport dans notre pays. Les avantages inestimables qu'ont apportés au système sportif canadien les installations construites à Calgary à l'occasion des Jeux de 1988 se font toujours sentir et nous savons déjà que les Jeux de 2010 permettront de poursuivre le travail entrepris à Calgary en mettant à disposition davantage d'installations sportives de haut niveau, ce qui favorisera la pratique sportive et l'organisation de compétitions dans la région.

Olympic.org : En tant qu'athlète, vous étiez-vous rendu compte de l'immensité de la tâche requise pour préparer les Jeux et en quoi le fait d'être une olympienne vous a-t-il aidée dans votre travail ?

Cathy Priestner Allinger : J'avais 15 ans quand j'ai participé à mes premiers Jeux Olympiques au Japon. Ensuite, j'ai remporté une médaille d'argent à Innsbruck, en Autriche, en 1976 à l'âge de 19 ans – et je peux vous assurer qu'à cet âge-là, vous ne pensez pas à la complexité qui se cache derrière l'organisation d'une édition des Jeux, que ce soit sur le plan des opérations ou de la construction des installations. Une chose est sûre par contre, mon travail à Calgary, Salt Lake City, Turin et Vancouver a été considérablement influencé par mon expérience en tant qu'athlète de haut niveau. Être une olympienne m'a permis de comprendre ce qui est essentiel à l'expérience d'un athlète aux Jeux Olympiques et m'a préparée à relever de grands défis qui exigent bien souvent énormément de discipline et de détermination.

Olympic.org : Quel sera le point d'orgue de ces Jeux selon vous ?

Cathy Priestner Allinger : Nous voulons tous voir des performances éblouissantes, voir les athlètes unis grâce au sport dans la paix et le respect mutuel. C'est une chose rare et précieuse qu'il ne faut pas sous-estimer.

back to top