skip to content

Tout premiers gagnants du Prix du CIO sur le sport et l'environnement


Les noms des tout premiers gagnants du Prix du CIO sur le sport et l'environnement ont été annoncés le premier jour de la Conférence mondiale sur le sport et l'environnement à Vancouver. Les trophées ont été remis à cinq organisations représentant les cinq continents et ayant énormément contribué à la mise en œuvre de pratiques remarquables dans le sport durable et l'environnement.

 

Sélection des gagnants
Les inscriptions reçues témoignent non seulement du rôle du sport comme élément moteur du programme environnemental, mais aussi de l'importance de sa contribution. Les gagnants ont été choisis parmi des individus, groupes et organisations nommés par les Comités Nationaux Olympiques (CNO), les Fédérations Internationales de sports (FI) et les associations continentales. Un jury composé des membres de la commission sport et environnement du CIO a sélectionné les cinq lauréats représentant les cinq continents, en tenant compte des critères d'évaluation suivants : l'impact de l'activité/initiative/projet sur la promotion du sport durable; la capacité à poursuivre l'activité/l'initiative/le projet afin de servir de catalyseur pour une meilleure pratique du sport durable dans le monde; les contributions volontaires et approches innovantes.

Les tout premiers prix ont été décernés à :
- la Fondation Green Africa pour l'Afrique
- le club d'athlétisme de l'Oregon pour l'Amérique
- le Bureau de Beijing pour la protection de l'environnement et le comité d'organisation des Jeux Olympiques de Beijing (BOCOG) pour l'Asie
- le Comité National Olympique allemand pour l'Europe
- le "Projet Arc-en-ciel" de l'Association d'aviron de Nouvelle-Zélande pour l'Océanie

Qui sont les gagnants ?
La Fondation Green Africa est une organisation kenyane créée en 2000 qui œuvre pour l'écologie et le développement économique des populations les plus vulnérables des zones arides et semi-arides du Kenya. Reconnaissant l'impact du sport dans le développement durable environnemental, la Fondation a créé un département sports qui définit les lignes directrices pour les organisateurs sportifs et s'occupe de la sensibilisation aux questions environnementales, encourage une meilleure gestion des déchets ainsi que la création et la sauvegarde d'un environnement écologique. Ainsi, à l'occasion des championnats du monde de cross country de l'IAFF, qui ont eu lieu en 2007 à Mombasa (Kenya), le projet environnemental mis au point par la Fondation, en étroite collaboration avec le PNUE, a, selon l'IAFF, créé un précédent et sera désormais utilisé pour toutes les manifestations futures de l'organisation. Les activités de la Fondation Green Africa ne se limitent pas à l'athlétisme et vont du tennis de table au canoë‑kayak, en passant par le golf et la boxe.

 

Le club d'athlétisme de l'Oregon : le comité d'organisation a fait des matchs de la délégation olympique américaine de 2008 la première manifestation sportive d'Amérique du Nord mettant en place et encourageant avec succès des initiatives durables telles que celles présentées dans l'Agenda 21 du Mouvement olympique. Le club s'est effectivement engagé à atteindre un haut niveau en matière de développement durable, avec notamment l'intégration de considérations environnementales, sportives et sociales dans le sport. Les efforts effectués en termes de développement durable ont essentiellement compris des services de navette et la promotion de l'utilisation de vélos, la réduction des déchets et l'incitation au recyclage et au compostage. La zone de compétitions et le festival adjacent, plus connus sous le nom de "Superblock", ont en outre été alimentés à 100 % par les énergies renouvelables.

 

Les initiatives lancées par le Bureau de Beijing pour la protection de l'environnement et le BOCOG ont contribué à sensibiliser l'opinion de manière significative aux questions environnementales, permettant d'énormes progrès dans les domaines de la consommation d'énergie, de la consommation d'eau durable, du transport, de la gestion des déchets et de la qualité de l'air. Les Jeux de 2008 à Beijing ont permis d'améliorer la durabilité de l'environnement pour les manifestations de grande ampleur. Des efforts particuliers, notamment grâce à la mise en place d'outils institutionnels et techniques, ont donné naissance à plus de 160 projets dans le Grand Beijing. Ces projets vont encourager l'héritage environnemental de Beijing et offrir à ses habitants et à ses visiteurs une ville plus respectueuse de l'environnement.

 

Le Comité National Olympique allemand a publié un guide intitulé “Champions du sport et de l'environnement”. Il s'agit d'un guide pratique pour des manifestations sportives respectueuses de l'environnement qui donne des informations utiles et des exemples des bonnes pratiques adoptées en Allemagne, tout en analysant l'impact écologique que les différentes parties concernées par le sport ont sur l'environnement dans des domaines tels que le climat, le transport, l'énergie, les déchets, l'utilisation de divers équipements, le bruit, la nature et les paysages, les services, le marchandisage et les communications. Par ce guide, la communauté sportive est encouragée à adopter une attitude responsable face aux questions environnementales et celles liées au développement durable dans la pratique du sport. Publié conjointement par le Ministère fédéral de l'Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sécurité nucléaire allemand et le CNO allemand, ce guide vise à inciter non seulement les organisations sportives, mais aussi les individus à devenir des champions du sport et de l'environnement.
 
"Le Projet Arc-en-ciel" de l'Association d'aviron de Nouvelle-Zélande a pour objectif de favoriser l'organisation durable sur le Lac Karapiro des championnats du monde d'aviron de la FISA en 2010, tout en respectant l'environnement unique néo-zélandais. Les actions environnementales menées dans le cadre du "Projet Arc-en-ciel" comprennent par exemple un programme de réductions des émissions de carbone, une politique de tolérance zéro en matière de déchets, des programmes pédagogiques pour la prochaine édition, une stratégie complète en matière de biosécurité pour l'équipement importé, une protection environnementale pour toutes les infrastructures temporaires et permanentes, la nomination d'un officier environnemental au sein du comité d'organisation. L'un des objectifs du projet est que 100 % des spectateurs assistant à ces championnats aient la possibilité d'apporter une contribution positive à l'environnement. Avec cet objectif clairement écologique, les championnats du monde d'aviron de la FISA en 2010 devraient laisser un héritage bénéfique et durable.

 

 Pour en savoir plus sur la promotion du développement durable
back to top En