skip to content
IOC / Al Tielemans
Date
16 févr. 2017
Tags
JOJ , Lillehammer 2016 , Actualités Olympiques , Biathlon

Tim de Ridder, porte-voix des jeunes aux Jeux de Lillehammer

À partir du moment où il a atterri à Lillehammer, Tim de Ridder a ressenti que les JOJ de 2016 étaient quelque chose de particulier. Ce qui a suivi a non seulement constitué une expérience sportive unique, mais lui a procuré également un sentiment d’autonomie et de responsabilité. Le jeune homme de 17 ans estime que les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de 2016 ont donné la priorité aux jeunes, l’exemple le plus concret étant son implication dans l’élaboration du serment des athlètes.

« On nous a vraiment traités comme des adultes, dit Tim de Ridder. C’était nos Jeux et on pouvait s’exprimer quand on n’était pas d’accord sur un point ou si on pensait que quelque chose pouvait être amélioré. »

« Ils voulaient savoir comment nous vivions globalement l’événement afin de pouvoir l’améliorer la prochaine fois. C’est sympa pour les athlètes. »

Le rôle de Tim de Ridder dans l’élaboration du serment des athlètes a été un point particulièrement important. Les concurrents ont été conviés à une réunion spéciale au cours de laquelle ils avaient la possibilité d’ajuster et de modifier le serment qui serait lu en leur nom lors de la cérémonie de clôture.

« Ils avaient rédigé le serment, mais ils nous ont demandé s’il nous plaisait et si nous souhaitions le modifier, explique Tim. On a dû changer une phrase et déplacer quelques mots par-ci, par là, c’était bien. C’est notre serment et c’est super d’avoir pu y contribuer. On a senti qu’ils ne nous demandaient pas cela par devoir, mais par la volonté que nous apportions notre pierre à l’édifice. Lors de la cérémonie de clôture, au moment de la lecture du serment des athlètes, c’était assez satisfaisant et nous savions que nous y avions contribué. J’en garde une certaine fierté. »

IOC / Ubald Rutar

Le jeune Belge a savouré la moindre seconde de son expérience des JOJ, sachant qu’elle était unique. De l’action sportive de premier ordre aux activités culturelles et éducatives, Tim de Ridder a profité de chaque parcelle d’intérêt et de plaisir des Jeux de Lillehammer.

« C’était encore mieux que ce que je m’étais imaginé, dit-il. On peut suivre les Jeux Olympiques à la télévision, mais y assister et les voir au plus près est totalement différent, à plus forte raison quand on est athlète. J’ai beaucoup appris et j’ai vu beaucoup de choses. Le plus agréable dans tout ça, c’est de s’adresser à tout le monde. Il ne s’agissait pas seulement d’apprendre quelque chose, mais aussi de parler aux autres athlètes et de nous rassembler. Cet événement a un cachet très professionnel, ce qu’on ne voit jamais dans les compétitions ordinaires. Tout le monde est là pour vous faire bénéficier de la meilleure expérience et c’est super. Vous vous sentez vraiment chez vous et tout le monde souhaite vous aider. »

De Ridder, qui avait 16 ans lors des Jeux de Lillehammer a terminé loin du podium dans les épreuves de biathlon auxquelles il a participé, le sprint et le 10 km poursuite.

Son expérience des Jeux lui a toutefois beaucoup appris et il est reparti avec bien plus que la simple envie de poursuivre son rêve de remonter un jour sur la scène olympique.

« Je suis parti à Lillehammer avec un entraînement plutôt basique, et aujourd’hui, je bénéficie d’un soutien plus abouti, ajoute le jeune Anversois. Nous avons aujourd’hui notre propre entraîneur qui nous donne des plans d’entraînement et de ce point de vue là, les JOJ m’ont donné envie de continuer. Je dispose des ressources pour progresser. Je me suis entraîné comme jamais auparavant et je sais que le chemin qui mène au sommet est long. Je n’y arriverai pas cette année ou l’année prochaine, mais peut-être dans cinq ou six ans. J’espère – et ce sera le cas, j’en suis sûr – m’améliorer cette année, mais je ne sais pas quel niveau j’atteindrai. Cela dit, tout le monde souhaite retourner aux Jeux Olympiques. »

Et avec un tel degré de détermination, le rêve de Tim de Ridder pourrait bien se réaliser.

Le serment des athlètes des Jeux de Lillehammer

« Nous promettons d’être de véritables ambassadeurs de l’Olympisme et de ses valeurs d’excellence, d’amitié et de respect. Ensemble, nous pouvons utiliser le pouvoir du sport pour aller au-delà des frontières, des langues et des cultures, et créer un avenir meilleur et plus pacifique pour tous. C’est maintenant notre tour d’être des modèles, de rendre au sport ce qu’il nous a donné et de propager l’esprit de l’ADN des JOJ. »

back to top En