skip to content
Date
05 févr. 1972
Tags
Sapporo 1972 , Actu CIO , Ski alpin , Italie

Thöni met un terme à la disette italienne en ski alpin

Lorsque ses représentants arrivent à Sapporo 1972, l’Italie n’a pas gagné de titre olympique en ski alpin depuis deux décennies. Son dernier succès remonte en effet à 1952, lorsque Zeno Colò avait remporté la descente d’Oslo.


À l’issue de la première manche du slalom géant de Sapporo, rares sont ceux qui s’attendent à voir Gustavo Thöni mettre un point final à la disette italienne.

Si l’Italien occupe la troisième place du classement provisoire, il pointe néanmoins à près d’une demi-seconde du Norvégien Erik Håker, qui semble en forme éblouissante. Entre les deux hommes, l’Allemand de l’Ouest Alfred Hagn est en seconde position et il semble certain que le titre ne peut échapper à l’un des deux skieurs de tête.

La confiance de Thöni est cependant inébranlable. Il est le dernier lauréat du classement général de la Coupe du monde et, alors que les premiers concurrents se sont élancés pour la seconde manche, il est l’incarnation même du calme et de la concentration.

Ses espoirs connaissent même une hausse radicale lorsque Håker chute, peu après avoir quitté le portillon et se retrouve hors course. La compétition devient soudain plus ouverte.

Arrive alors le tour de Hagn qui compte 41 centièmes d’avance sur l’Italien. Lorsqu’il entame sa manche, le parcours est devenu beaucoup plus lent, tout comme Hagn d’ailleurs. Son ski est trop prudent, paralysé par la peur de perdre son avance. Mais ce faisant, il obère ses propres chances et gomme son avantage.

Lorsqu’il quitte le portillon de départ, Thöni sait qu’il a désormais une véritable chance de décrocher l’or et il la saisit des deux mains. Seul le Suisse Ed Bruggmann signe un meilleur temps dans la deuxième manche que les 1’37’’43 de Thöni, qui a skié deux secondes plus vite que Hagn. La prudence de ce dernier lui coûte d’ailleurs le podium puisqu’il ne termine que quatrième. Finalement, l’Italien s’impose de plus d’une seconde et met fin à une longue période de vaches maigres : vingt ans après, l’Italie tient enfin son nouveau champion olympique d’hiver.

back to top En