skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Thomas Muirhead ou l’esprit de famille

Le curleur écossais, qui a participé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, fait partie d’une fratrie de trois enfants en quête d’or à PyeongChang.

Certains athlètes héritent des gènes de pionniers de leurs parents. C’est assurément le cas de Thomas Muirhead, digne fils de son père. Gordon Muirhead, le papa en question, a remporté des médailles de toutes les couleurs aux Championnats du monde et d’Europe de curling au cours des années 1990. Le deuxième prénom de Thomas est d’ailleurs Brandon, du nom de la ville canadienne dans laquelle son père disputait une compétition lorsque Thomas est né.

Si Thomas a suivi les traces de Gordon, il n’est pas le seul membre de la famille dans ce cas. On dénombre en effet trois frères et sœurs Muirhead à PyeongChang, tous lancés à la poursuite d’un défi que leur père n’a jamais pu relever : concourir pour une médaille olympique. Gordon a bien participé aux Jeux Olympiques d’hiver de 1992, mais cette année-là, le curling était un sport de démonstration. Ses enfants ont donc franchi un palier et vont se battre pour l’or à PyeongChang.

Le tremplin des JOJ

Bien que Thomas fasse ses débuts olympiques à PyeongChang, ce n’est pourtant pas sa première expérience olympique. En 2012, à l’âge de 16 ans, il a participé aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver (JOJ) à Innsbruck, où il a terminé 10e de la compétition par équipes mixtes de curling avec la Grande-Bretagne.

« Les JOJ m’ont certainement facilité la tâche [en arrivant à PyeongChang], dit Thomas. C’est un peu comme si on participait aux Jeux olympiques d’hiver seniors, car la configuration est la même, le processus aussi. On récupère son kit, on dispute une compétition contre différents pays, les médias sont là… Certains des curleurs que j’ai affrontés aux JOJ font maintenant partie de nos adversaires à PyeongChang. »

« Je pense qu’aller aux JOJ est un énorme avantage car c’est un tremplin, ça donne un aperçu de ce à quoi on peut s’attendre. »

Thomas Muirhead Getty Images
Rivalité fraternelle

Eve Muirhead, la sœur aînée de Thomas, était une athlète modèle lors de la compétition de curling des JOJ d’hiver de 2012. À l’époque, elle était championne d’Europe et avait déjà participé aux Jeux Olympiques d’hiver de 2010. Un an après les JOJ d’hiver, Eve est devenue championne du monde, puis a remporté le bronze aux Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi.

Eve fera sa troisième apparition olympique cette semaine, tandis que Glen, leur frère, est également présent à PyeongChang. Mais même si le curling mixte fait pour la première fois son apparition aux Jeux, après avoir eu un rôle de pionnier aux JOJ d’hiver en 2012, les Muirhead participeront à des compétitions distinctes : Eve est la skip de l’équipe féminine, tandis que Tom et Glen font tous deux partie de l’équipe masculine.

Une carrière étoffée

Depuis sa participation aux JOJ d’hiver 2012, Thomas n’a cessé de bonifier sa carrière en curling tout en ayant un travail exigeant hors de la glace : il codirige avec Glen un élevage de moutons au cœur de l’Écosse.

Les deux faits marquants de sa carrière sportive sont peut-être un titre de champion du monde junior en 2013 et la deuxième place qu’il a obtenue aux Championnats d’Europe en novembre dernier. À chaque fois, il concourait aux côtés des frères Kyle et de Cameron Smith, ainsi que de Kyle Waddell. C’est d’ailleurs dans cette même configuration que l’équipe britannique masculine aborde la compétition à PyeongChang.

Va-t-elle grimper une marche de plus sur le podium que le quatuor masculin britannique médaillé d’argent à Sotchi ? Restez avec nous pour le savoir.

La compétition de curling hommes commence mercredi 14 février.

back to top En