skip to content

Thomas Bach, président du CIO : "Le sport et l'activité physique sont des outils peu coûteux à l'impact puissant pour un corps et un esprit sains, et des communautés résilientes"

CNOSF
Afin de célébrer la Journée mondiale de la santé, le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, a de nouveau appelé les gouvernements à inclure le sport et l'activité physique dans leurs programmes de relance post-COVID-19 durant un webinaire animé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

S'exprimant lors de cet événement qui abordait les défis et opportunités que présente la pandémie de COVID-19 pour le sport et l'activité physique, le président Thomas Bach a invité les différents acteurs nationaux et internationaux à travailler de concert avec le Mouvement olympique afin d'utiliser le sport pour bâtir une société en meilleure santé.

"Le Mouvement olympique est prêt à assumer son rôle et à s'engager auprès des gouvernements et de tout un chacun pour encourager la population à être plus active et, partant, contribuer à une société en bonne santé pour tous", a-t-il déclaré. "Je vous invite à vous associer à moi pour être plus actifs et au Mouvement olympique pour inclure le sport dans vos programmes de relance afin qu'ensemble, nous puissions montrer ce que nous sommes capables de faire en étant solidaires, pour le bien de sociétés plus saines et de citoyens plus heureux."

Le sport et l'activité physique contribuent directement à la santé physique et mentale, ainsi qu'à la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles (MNT), comme le précisent les nouvelles Lignes directrices de l'OMS sur l'activité physique et la sédentarité.

Le sport pour combler les lacunes en matière de santé

La pandémie de COVID-19 a eu un impact sur la vie quotidienne des communautés partout dans le monde, notamment sur le lieu et la manière dont ces dernières pratiquent une activité physique et sportive. Selon l'OMS, ces répercussions sont également inégales, certains ayant plus de difficultés que d'autres à rester actifs, ce qui creuse les écarts en matière de santé à un moment où il est plus important que jamais d'être actif pour le bien-être physique et mental de tous.

Le webinaire de l'OMS, auquel ont participé le directeur général de l'Organisation, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, et Daniela Bas, directrice de la section en charge du développement social inclusif au sein du département des affaires économiques et sociales de l'ONU, s'est intéressé à la façon dont l'impact de la COVID-19 a fait naître le besoin et offert la possibilité de réinventer et de reconstruire des systèmes d'activité physique et sportive plus inclusifs, plus forts et plus justes pour tous.

Ainsi que l'a rappelé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, "le temps est venu d'adopter un nouveau discours qui considère la santé non pas comme un coût, mais comme un investissement sur lequel bâtir des économies productives, résilientes et stables".

Selon les nouvelles statistiques de l'OMS, un adulte sur quatre et quatre adolescents sur cinq ne font pas suffisamment d'exercice. Au niveau mondial, on estime que ce manque coûte 54 milliards de dollars en soins de santé directs et 14 milliards de dollars en perte de productivité.

Pour rappel, la Journée mondiale de la santé est célébrée chaque année le 7 avril – soit la date anniversaire de la fondation de l'OMS en 1948 ; elle porte à chaque fois sur un enjeu sanitaire qui intéresse les populations du monde entier.

Le CIO et l'OMS entretiennent un partenariat durable depuis 1984 ; en mai 2020, les deux organisations ont signé un nouvel accord de coopération, témoignant ainsi de leur volonté commune d'encourager l'adoption de modes de vie sains, notamment via l'activité physique, le sport et les loisirs actifs, en tant qu'outils au service de la santé partout dans le monde.

back to top En