skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Tessa Virtue et Scott Moir sacrés champions olympiques de danse sur glace

Déjà en tête à l’issue du programme court, les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir ont démontré qu’ils étaient redevenus les plus forts en danse sur glace, une discipline qui marie technique pointue et expression artistique. Ils triomphent à PyeongChang 2018 devant leurs grands rivaux les Français Gabriella Papadakis, et Guillaume Cizeron, premiers du programme libre, et les frère et sœur américains Maia et Alex Shibutani. 


Ils étaient déjà au panthéon de leur discipline au Canada après leur succès à domicile lors des Jeux de Vancouver en 2010. Deuxième à Sotchi en 2014 derrière les Américains Meryl Davis et Cheryl White, Tessa Virtue et Scott Moir ont récupéré leur bien de la plus belle des manières en réussissant un programme libre d’une grande beauté et d’une grande créativité. Larges leaders après le programme court, ils ont réussi une prestation éblouissante leur permettant d’améliorer le record du monde avec un total de 206.07. Ils triomphent devant leurs grands rivaux et partenaires d’entraînement, les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron (205.28). Ils empochent aussi leur cinquième médaille olympique, soit une de mieux que Yevgeniy Plushenko et Gillis Grafstrom. 

Getty Images

« Je n’aurais jamais pu imaginer que nous puissions devenir les patineurs les plus titrés aux Jeux Olympiques, a indiqué Tessa Virtue. Même si j’ai écrit dans mon journal quand j’étais au primaire que je voulais aller aux Jeux Olympiques avec Danny Moir (le frère aîné de Scott). Ce n’est pas passé loin. » 

Ice Dance Getty Images

Les porte-drapeaux du Canada

Porte-drapeaux de la délégation canadienne lors de la cérémonie d’ouverture, ils ont parfaitement tenu la pression dans une patinoire chauffée à blanc malgré l’horaire relativement matinal (entre 12 et 14 heures). Leur prestation sur la bande originale du film « Moulin Rouge » n’a souffert aucune contestation même si le contenu technique était un peu moins fourni que celui de leurs adversaires français. En fait, avec les deux points d’avance obtenus la veille dans le programme court, ils étaient plutôt à l’abri. Cette médaille vient en point d’orgue d’une carrière qu’ils ont débuté côte à côte en 1997. Après les deux années blanches qui ont suivi leur échec de Sotchi, ils sont revenus plus forts que jamais.

« Cette médaille d’or est très différente de celle de Vancouver, a expliqué Scott. En 2010, nous étions à domicile. C’étaient des moments inoubliables. Mais en huit ans, nous sommes devenus des personnes différentes et des athlètes différents. » Sur l’éventualité d’une retraite, le Canadien est resté évasif : « Nous ferons sans doute une annonce dans les prochains jours. Et si c’est la fin, c’est une manière assez agréable de terminer. Mais pour l’instant, j’ai simplement envie de savourer ce que nous vivons. »


Ice Dance Getty Images


Pour Gabriella Papadakis, 22 ans, et Guillaume Cizeron, 23 ans, la déception était grande même si leur programme libre a atteint la perfection sur un plan technique et artistique. Une perfection couronnée d’un record du monde en 123.25. « Je suis extrêmement émue, a détaillé Gabriella. Si vous m’annonciez que le chien de votre grand-mère vient de mourir, j’éclaterais en sanglots. Nous avons tout donné et je suis heureux de ce que l’on a accompli, » a ajouté Guillaume. C’était quasiment parfait et nous pouvons être fiers de nous. »    

Le frère et la sœur sur le podium

Ils devraient retrouver sur leur route, le duo frère-sœur composé de Maia et d’Alex Shibutani. Les deux Américains ont fait parler leurs sens du spectacle et leur enthousiasme pour remonter de la quatrième place à la troisième après le libre. Vice-champions du monde à Boston il y a deux ans, ils repartiront de PyeongChang avec deux médailles de bronze, celle de la danse et celle de l’épreuve par équipes. Moins bien toutefois que Tessa Virtue et Scott Moir qui remportent leur deuxième médaille d’or en Corée après celle obtenue par équipes, à quoi il faut ajouter celle conquise en 2010. Les voilà encore plus haut dans la légende du sport canadien.



back to top En