skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Tess Ledeux : La valeur n’attend pas le nombre des années

Dès sa première saison chez les "grandes" avec l’âge requis de 15 ans, Tess Ledeux est championne du monde de ski slopestyle. L’adolescente française rêve depuis toujours de disputer les Jeux Olympiques, et elle s’annonce comme l'une des sensations de ceux de PyeongChang 2018 !

"Super contente de gagner cette Coupe du monde chez moi en France ! J'ai commencé cette année 2017 sur ce podium et je l'ai fini au même endroit, que du bonheur ! J'espère que l'année 2018 me réserve pleins de bonnes surprises", écrit à la veille de Noël 2017 l'adolescente française Tess Ledeux sur les réseaux sociaux, après une performance de très haut niveau sur le parcours de ski slopestyle de Font Romeu (Pyrénées françaises) le samedi 23 décembre : premier run à 92,80 points, second passage à 93,60 points, très loin devant toutes les autres concurrentes. À 16 ans, elle se place parmi les principales favorites pour la compétition olympique qui aura lieu le 17 février au Bokwang Phoenix Park.

Getty Images
Un destin tout tracé

Naître à Bourg Saint-Maurice, au fond de la vallée olympique de la Tarentaise, être la cousine de Kévin Rolland, l'un des meilleurs spécialistes mondiaux du half-pipe à skis, monter sur les planches dès qu’on sait marcher, rejoindre le club des sports de La Plagne à sept ans et tout de suite rêver de sauts, et de "tricks" en tous genres…. "Jusqu’à neuf ans, j’étais au club alpin pour consolider les bases et apprendre à skier", a confié Tess Ledeux. "J’étais obligée de faire du slalom mais ça ne me plaisait pas. Kévin m’emmenait faire du ski acrobatique avec ma soeur au snowpark. J’ai alors changé de cap pour rejoindre le club de freestyle !"

Le slopestyle me procure beaucoup de sensations. J’ai l’impression de voler. Tess Ledeux
Phénoménale mais trop jeune

"Le slopestyle me procure beaucoup de sensations. J’ai l’impression de voler. Il y a aussi l’adrénaline de la compétition et le stress du départ, de savoir si les figures vont passer ou non" dit-elle.  Dès l’enfance, Tess Ledeux développe d’incroyables qualités dans cette discipline qu’elle a choisie. Véritable phénomène, elle se fait remarquer dans toutes les compétitions "jeunes". Bien qu’elle soit systématiquement "surclassée" (elle est par exemple championne de France minime, junior et sénior à 13 ans), son âge lui interdit dans un premier temps de participer à des compétitions internationales junior (âge minimum : 14 ans) ou de s’aligner sur la Coupe du monde (il faut avoir 15 ans). "J’avais pourtant le niveau"précise-t-elle.

Première épreuve de Coupe du monde, victoire

Née le 23 novembre 2001, elle peut donc disputer sa première compétition FIS ce même mois en 2015 sur le parcours du Glacier 3000 aux Diablerets (Suisse) et elle l’emporte !  Dès qu’elle débute sur la Coupe du monde le 14 janvier 2017 à Font-Romeu (Pyrénées françaises), Tess Ledeux s’impose. Cette compétition est la première épreuve qualificative pour les Jeux de PyeongChang. Grâce à sa victoire, elle valide d’entrée son ticket pour sûrement être en février 2018 en République de Corée la plus jeune membre de l’Équipe de France olympique.

Getty Images
Brillante aux X-Games

La Plagnarde, qui disait à 13 ans qu’elle rêvait de participer "aux prochains JO si je suis sélectionnée", ajoutant "et aux X-Games d’hiver si je suis invitée" va pouvoir dans la foulée briller deux fois dans cette compétition. Le 30 janvier à Aspen, pour sa première participation aux X-Games, Tess Ledeux réalise un premier run de haute volée en empruntant le "wall" (mur) et en posant un "bio 720 safety" superbement maîtrisé, ce qui lui vaut 90 points et la médaille d’argent derrière l’Estonienne du même âge Kelly Sildaru. Retour aux X-Games, le 10 mars dans la station olympique norvégienne de Hafjell : nouvelle médaille d’argent à seulement deux points de la championne locale Johanne Killi.

Championne du monde

C’est dire si Tess Ledeux est attendue aux Mondiaux 2017 de ski et snowboard freestyle FIS disputés à Sierra Nevada (Espagne), dans l’épreuve de slopestyle qui les clôture le 19 mars ! L’adolescente part déjà très haut dans son premier run, mais elle chute. À son deuxième passage, elle enchaîne les figures d’une amplitude folle, exécute tout parfaitement, tremplins, rails, mur, à l’envers, à l’endroit… et récolte une note de 85,60 qu’aucune concurrente ne parviendra à améliorer. Dernière à s’élancer dans le 3e et dernier run, elle se sait déjà championne du monde. Pourtant, elle essaie encore d’améliorer son score. Ça part encore très haut, mais sur le bas de la piste, à la réception d’une de ses dernières figures, elle déchausse. Qu’importe, Tess Ledeux est médaillée d’or, devant les "anciennes" Emma Dahltsrom (Suède) et Isabel Aktin (Grande-Bretagne).

Jusqu’où ira-t-elle ?

"Pour le moment, je ne m’en rends pas compte"confie-t-elle à chaud. "J’espérais devenir championne du monde un jour, mais pas dès cette année ! Je n’ai jamais autant stressé. J’avais mal au ventre au départ, mais je sais que c’est ce qui fait aussi ma force. J’en ai besoin. Je suis heureuse de ma performance. Mon cousin Kévin n’arrêtait pas de me répéter qu’il y avait trois courses dans l’année à ne pas rater avec les Mondiaux et les X Games d’Aspen et Oslo." En réalisant un quasi carton plein pour ces trois échéances, puis en brillant à moins de deux mois de l'échéance olympique, Tess Ledeux a démontré qu’il faudra compter sur elle à PyeongChang 2018. Elle s’y présentera en tant que championne du monde en titre. Et sa carrière internationale ne fait que débuter. "Je suis en train de réaliser mon rêve"indique-t-elle, lequel prend aussi la forme d’un voyage en famille à PyeongChang, "avec Kévin, et qu’on y remporte chacun une médaille". Jusqu’où ira-t-elle ?

back to top En