skip to content
Date
28 sept. 2000
Tags
Sydney 2000

Taurima l'enthousiaste enlève l'argent à la longueur

Surnommé affectueusement « Jumping Jai », le sauteur en longueur australien Jai Taurima ne semblait guère en mesure de conquérir le titre olympique.


À Sydney, il se retrouve d’abord face à un plateau de grande qualité, emmené par le brillant Cubain Iván Pedroso dont les meilleurs sauts sont totalement hors de portée de Taurima. Et par-dessus tout, l’Australien semble loin d’épouser la discipline d’un athlète de haut niveau. Alors que certains sauteurs en longueur ont un mode de vie quasi monacal, Taurima, lui, aime s’amuser.

Son record personnel de 8,35 m en est le reflet : une très bonne performance, certes, mais quelque peu éloignée des distances atteintes par les Pedroso et consorts.

Il n’en demeure pas moins le chouchou du public australien. Taurima est à moitié maori, extraverti et doté d’un prénom sorti tout droit d’un film de Tarzan. Il semble incarner à merveille le caractère australien et les supporters locaux s’entîchent de lui quasiment tout de suite.

L’Australien prend la tête de la compétition dès son deuxième saut, mesuré à 8,18 m, mais Pedroso réplique avec un bond de 8,34 m. Taurima riposte alors lors de son essai suivant en égalant la marque de Pedroso, ce qui lui permet de repasser en tête au bénéfice du meilleur deuxième saut. Soudain, le concours s’anime.

Le quatrième tour voit les deux hommes retomber encore plus loin, Pedroso à 8,41 m alors que Taurima pointe un petit centimètre derrière avec ses 8,40 m, le meilleur saut de sa carrière. Et ce n’est pas fini, puisque lors de sa tentative suivante, l’Australien touche à l’exceptionnel en atterrissant à 8,49 m, ce qui lui permet de faire coup double : il signe évidemment un nouveau record personnel et prend la tête de la finale olympique, alors qu’il ne reste plus qu’un saut à effectuer.

Dans les tribunes, c’est du délire. Pas grand monde n’attendait l’athlète local à pareille fête, encore moins à lutter pour l’or. Il est clair que l’ambiance et l’excitation du moment lui ont donné des ailes.

Pedroso s’apprête à effectuer son dernier saut. Taurima dira plus tard qu’il pensait vraiment que le grand Cubain saisirait cette occasion. C’est d’ailleurs le cas, avec un saut à 8,55 qui lui redonne l’avantage. Taurima bénéficie encore d’une dernière chance, mais il ne réalise que 8,28 m et doit se contenter de l’argent. Son comportement héroïque lui vaut cependant d’être l’une des stars incontestables de Sydney.

back to top