skip to content
Date
09 oct. 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO

Taekwondo hommes à Nanjing : la nouvelle génération monte en puissance

Les jeunes taekwondoïstes qui ont disputé les JOJ de Nanjing ont affiché un niveau de maîtrise technique remarquable. L’étape Nanjing s’avère essentielle pour tous les médaillés dans un parcours sportif qu’ils espèrent brillant !

17 août : Mahdi Eshaghi inarrêtable

Personne n’a pu entraver le parcours de l’Iranien Mahdi Eshaghi en route vers l’or dans la catégorie des moins de 48 kg, en ouverture des compétitions de taekwondo dans le Hall D du Centre d’exposition international de Nanjing.

Mahdi Eshaghi a montré sa force tout au long de la journée et ne s’est même pas laisser intimider par le Chinois de Taipei Wang Chen-Yu, champion du monde junior de la catégorie. Âgé de 16 ans, l’Iranien l’a battu en finale, 17-9. Eshaghi avait auparavant surclassé le Français Stéphane Audibert en demi-finale (16-0) après avoir quelque peu peiné pour éliminer le Thaïlandais Tawin Hanprab en quart de finale, 20-12.

Si Mahdi Eshaghi est issu d’une famille sportive, on n’y pratique pas le taekwondo. « Mon père, Ali a été membre de l’équipe nationale de volleyball aux Jeux Olympiques de 2000 à Sydney », a indiqué l’adolescent. Mais ce dernier n’a pas emboîté le pas de son géniteur. « Je préfère le taekwondo », a-t-il confirmé.

Même si l’Iranien était ravi d’avoir remporté le combat, il n’a pas manifesté l’intention de célébrer sa victoire pour autant. « Je vais me coucher », a-t-il déclaré. Les médailles de bronze sont revenues à Stéphane Audibert et à l’Allemand Daniel Chiovetta, qui a perdu en demi-finale face à Wang Chen-Yu.

18 août : un Huang peut en cacher une autre

Chez les hommes comme chez les dames, il n’y a eu qu’un pays et un seul nom vainqueur en ce lundi 18 août. Alors que le Chinois de Taipei  Huang Yu-Jen a battu le Sud-Coréen Joo Donghun 7-2 en finale de la catégorie des moins de 55 kg hommes, sa compatriote Huang Huai-Hsuan a remporté celle des moins de 49kg dames.

« Je suis très content d’avoir gagné pour ma famille et pour mon entraîneur, » a révélé Huang Yu-Jen. « J’étais nerveux à l’entraînement, mais j'ai plutôt bien travaillé et je me suis dit qu’il fallait que j'aborde la compétition plus détendu. » Les officiels de Chinese Taipei, survoltés, ont remis ensuite aux deux Huang un diplôme et un smartphone flambant neuf.

Le Belge Mohamed Ketbi et l’Espagnol Jesus Tortosa Cabrera, champion du monde junior en moins de 51 kg, sont montés sur la troisième marche du podium de la catégorie.

19 août : retour vainqueur pour Edival Marques Quirino Pontes

Le Brésilien Edival Marques Quirino Pontes a bien failli abandonner le taekwondo il y a deux ans. A Nanjing, il a signé un retour remarquable en décrochant la médaille d’or de la catégorie -63kg. 

La victoire n’a pas été aisée pour Pontes. Au terme d’une épuisante finale, le Brésilien a pris le dessus sur le Mexicain José Rubén Nava Rodríguez, 7-6.

Pontes bénéficiait d’une légère avance au troisième round, mais Rodríguez a repris du poil de la bête pour égaliser à 6-6 à deux secondes de la fin. Le Brésilien lui a cependant asséné un coup décisif à la dernière seconde pour s’adjuger la médaille d’or. Avant qu’il ne puisse fêter son triomphe, l’entraîneur mexicain a fait appel de la décision, demandant une pénalité contre Pontes.

« J’ai eu l’impression que le temps s’était arrêté dans les derniers moments », a raconté le champion du monde junior, 16 ans. « Je priais pour que la demande soit rejetée. Ce furent les secondes les plus difficiles de ma vie. » Deux ans plus tôt, l’ado brésilien avait envisagé de tout arrêter après avoir raté les qualifications pour l’équipe nationale A, deux années d’affilée.  « C’était tellement dur, j’étais vraiment jeune et je ne savais pas ce que c’était de perdre », confie-t-il. À force de persévérance, il a retrouvé sa place en sélection en 2013 et depuis, sa carrière a connu une ascension en flèche.

Dans cette catégorie, le bronze est revenu au Britannique Christian McNeish et au Néerlandais Nabil Ennadiri.

20 août : Said Guliyev est « la personne la plus heureuse du monde »

L’azerbaïdjanais Guliyev a battu l’Allemand Hamza Adnan Karim 10-4 dans le combat final de la catégorie des moins de 73kg pour remporter une médaille d’or inédite dans son sport.  Mené 2-0 après le premier round, Guliyev a placé un coup de pied à la tête de son adversaire au début de la deuxième manche et a pris le contrôle du match. « Je ne peux pas vous décrire mes émotions, vous devez devenir un champion pour les comprendre » s’est exclamé Guliyev, « Je suis la personne la plus heureuse du monde ! », ajoutant : « J’étais heureux d’être en finale, mais il me fallait l’or. L’Azerbaïdjan n’avait jamais gagné de titre (en taekwondo aux Jeux Olympiques), j’ai donc écrit l’histoire ! ».

Adnan Karim était très déçu d’avoir perdu face à Guliyev pour la troisième fois d’affilée. « J’ai très bien démarré, mais malheureusement, je n’ai pas été capable de ramener l’or à la maison. Je suis heureux avec l’argent, mais c’est vraiment l’or que je voulais » a déploré l’athlète originaire de Nuremberg, 17 ans.

L’Iranien Danial Salehimehr et l’Egyptien Seif Eissa sont repartis avec les médailles de bronze.

21 août : Yoann Miangue offre l’or à la France 

En conclusion des compétitions de taekwondo à Nanjing, le Français Yoann Miangue s’est adjugé la médaille d’or de la catégorie « poids lourds » (+73 kg).

En finale, Miangue a pris rapidement le dessus sur son adversaire ukrainien Denys Voronovskyy. Le grand Français a fait jouer l’avantage de sa taille et malgré les tentatives inspirées de Voronovskyy., il s’est imposé 6-4, ajoutant ainsi le titre olympique de la jeunesse au bronze qu’il avait déjà obtenu cette année aux Championnats du monde juniors (en moins de 78 kg).

« J’étais angoissé avant la finale. Ce sont les Jeux, ce n’est pas rien, mais ça s’est bien passé, » a déclaré le Français. « Je l’avais battu (Voronovskyy) en mars aux Mondiaux Junior. Je n’étais pas trop confiant, mais mon entraîneur était là pour me rassurer. Je suis venu ici pour gagner. J’ai terminé troisième aux Championnats d’Europe, troisième aux Championnats du monde chez les juniors et ça fait du bien de changer de couleur de médaille. »

Auparavant, Miangue est venu à bout du Chinois Liu Jintao à l’issue d’une demi-finale palpitante qui s’est achevée à la mort subite. Dans l’autre demi-finale, Voronovskyy a pris sa revanche sur le Turc Talha Bayram qui l’avait battu lors de la compétition qualificative pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse. Liu Jintao 17 ans, et Bayram, 16 ans, ont obtenu des médailles de bronze.

back to top