skip to content
Date
14 oct. 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO

Taekwondo dames à Nanjing : de toutes les couleurs !

Cinq finales en Taekwondo féminin, cinq championnes issues de pays différents : la Thaïlande, le Chinese Taipei, la Croatie, l’Iran et les Etats-Unis ! Le sport devenu olympique en 2000 démontre son universalité à travers le beau spectacle offert à Nanjing par des combattantes à qui l’avenir tend les mains.


17 août : Panipak Wongpattanakit sans contestation

A 20h10, le dimanche 17 août sur le tatami du Hall D du Centre international d’exposition de Nanjing, la toute première finale de Taekwondo des JOJ 2014 a opposé la Thaïlandaise Panipak Wongpattanaki à l’Azerbaïdjanaise Ceren Ozbek dans la catégorie des moins de 44kg. Wongpattanakit, 17 ans, originaire de Bangkok, a largement dominé ce match pour l’or, s’imposant sur le score de 21-1.



La Chinoise de Taipei Chen Zih-Ting et la Britannique Abigail Jones ont remporté les médailles de bronze. Jones, championne du monde junior 2014 en moins de 42 kg, était la grande favorite, mais son rêve a été brisé en demi-finale par la combattante azerbaïdjanaise. 

« Rien n’est comparable à une médaille d’or olympique de la Jeunesse », a déclaré Panipak Wongpattanakit. « C’est le sommet absolu dans mon sport et je suis honorée de représenter les jeunes de mon pays, ici à Nanjing. Ce qui m’a le plus touchée, ce sont les gens qui sont venus m’encourager. Je suis heureuse d’avoir pu leur offrir l’or. »

Ceren Ozbek, 15 ans et première médaillée olympique en taekwondo pour l’Azerbaïdjan, a très vite surmonté sa déception d’avoir perdu en finale. « La deuxième place me va très bien et je pense que ce n’est pas terminé », a-t-elle dit.

18 août : Huang chez les dames, tout comme Huang chez les hommes

Les athlètes de Chinese Taipei ont infligé une double peine à leurs adversaires lors de la deuxième journée de Taekwondo à Nanjing, puisque Huang Huai-Hsuan et Huang Yu-Jen se sont emparés des deux médailles d’or en jeu.

Huang Huai-Hsuan a remporté la victoire en moins de 49 kg dames avant son compatriote Huang Yu-Jen ne soit couronné chez les moins de 55 kg hommes.  Les deux Huang n'ont aucun lien de parenté.  Lors de la finale féminine, Huang Huai-Hsuan a battu la Belge Indra Craen sous les yeux de Thomas Bach, Président du Comité International Olympique, et de Jacques Rogge, son prédécesseur à la tête du CIO.

La Chinoise de Taipei a ainsi pris sa revanche sur la Belge qui l’avait battue plus tôt cette année lors du tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse. « Cela n’a pas été un combat facile. J’avais perdu auparavant contre elle et je savais que la finale allait être difficile », a déclaré la jeune femme de 17 ans.

Les jeunes Zhan Tian Rui (CHN), 16 ans, et Mitzi Yemaima Carrillo Osorio (MEX), 17 ans, se sont adjugé les médailles de bronze dans cette catégorie.

19 août : « Veni, vidi, vici » pour Ivana Babic

En juillet 2014, la taekwondoïste croate Ivana Babic ne savait toujours pas si elle serait prête pour participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014. Ce mardi 19 août, elle a signé un retour remarquable en décrochant l’or.

Babic avait aussi l’esprit revanchard après avoir vécu une période noire dernièrement. « Je ne sais pas comment j’ai réalisé cet exploit », se réjouit-elle. « Je me suis blessée aux Championnats du monde juniors [en mars], je me suis fracturé la jambe. Je n’ai pas pu m’entraîner pendant deux mois et je n’ai pu retrouver l’entraînement normal qu’il y a deux ou trois semaines. »

La Croate de 1m85 s’est servie au maximum de sa taille dans la compétition des -55 kg pour repousser ses adversaires ou encore pour leur porter des coups de pied à la tête en quarts et demi-finales. Cependant, son adversaire en finale, la Turque Fatma Sarıdoğan, a su lui résister.

Sarıdoğan, médaillée de bronze aux Championnats du monde juniors a réussi à bien esquiver les attaques de la Croate, mais elle a fini par s’incliner sur une pénalité concédée au 2è round. Babic a alors alors pu savourer son titre, une semaine très exactement avant de souffler ses 17 bougies.

En compagnie de Babic (or) et Sarıdoğan (argent), la Russe Tatiana Kudashova et la Belge Laura Roebben sont montées sur le podium avec les médailles de bronze.
 

20 août : Kimia Alizadeh Zenoorin tout en contrôle

L’Iranienne Kimia Alizadeh Zenoorin a remporté une belle victoire dans la catégorie, mercredi 20 Elle a démontré son calme et sa façon de combattre tout en contrôle.

Son adversaire en finale, la Russe Yulia Turutina, lui a offert une solide résistance mais Alizadeh Zenoorin a pris la tête au score dans la première manche et n’a jamais été rejointe sur le chemin de sa victoire 10-7. « L’Iran a récemment eu des femmes championnes du monde et médaillées, c’est donc une bonne nouvelle pour toutes les filles qui pratiquent le taekwondo » a dit  Alizadeh Zenoorin.

Pour sa part, Turutina a déclaré : « Je n’en ai pas fait assez aujourd’hui, mais cette médaille reste mon plus grand exploit jusque-là ». La championne originaire de Samara, 17 ans, a battu des championnes du monde en quarts et en demi-finale : la Croate Matea Jelic et la Chinoise Zhang Chen.

Zhang, la championne du monde junior des +68kg et le Colombienne Debbie Natalia Yopasa Gomez ont partagé les médailles de bronze. Jelic, championne du monde junior de la catégorie, rentre à la maison les mains vides.

21 août : même rencontre mais résultat inversé ! 

La dernière finale féminine en taekwondo à Nanjing, celle des plus de 63 kg, a été une copie conforme de celle de la compétition qualificative pour ces Jeux Olympiques de la Jeunesse qui avait opposé, en mars, Kendall Yount à l’Ouzbèke Umida Abdullaeva et qui avait vu la victoire de cette dernière 4-3.

Une fois encore, le combat a été très serré, mais cette fois-ci, c’est l’Américaine qui en est sortie victorieuse, 4-2. Elle a fait la différence sur un coup de pied à la tête lors de l’ultime round.

« J’étais surexcitée, tellement heureuse et fière. J’ai ressenti un million d’émotions, toutes positives », a indiqué Kendall Yount, âgée de 16 ans. « La finale a été extraordinaire. Abdullaeva s’est bien battue et a donné beaucoup de coups rapprochés. À la fin, le match s’est joué sur un grand coup et je suis heureuse de l’avoir porté. Mon père m’a amené au taekwondo car il pensait que c’était un excellent sport pour la discipline et le respect, et j’en suis tombé amoureuse, dès ma première année. »

L’argent d’Umida Abdullaeva, 17 ans, est la première médaille olympique jamais obtenue par l’Ouzbékistan en taekwondo mais elle n’a pas été déçue de ne pas être montée sur la plus haute marche du podium. « Je me suis battue toute seule. J’ai perdu, ce qui veut dire que j’ai commis des erreurs à l’entraînement. Je voulais vraiment ramener cette médaille d’or à mon pays et à ma maman », a-t-elle confié.

Pour parvenir en finale, Kendall Yount avait battu l’Ukrainienne Yuliia Miiuts, championne du monde junior (- 68 kg). Cette dernière a obtenu la médaille de bronze, tout comme la Chinoise Li Chen.

back to top