skip to content
Date
28 juil. 1952
Tags
Helsinki 1952

Strömberg surfe sur ses propres vagues

Nation organisatrice, la Finlande tablait sur une moisson de médailles d’or. Les supporters finlandais sont toutefois réalistes : ils ne s’attendent pas à davantage de médailles que les États-Unis, que l’Union soviétique ou que l’Allemagne, par exemple, mais ils espèrent bien voir briller leurs couleurs ça et là. C’est le cas en canoë-kayak.


Les Finlandais comptent un certain nombre d’athlètes d’envergure, notamment un jeune homme nommé Thorvald Strömberg. Il est pêcheur et doit non seulement affronter la pression du public local, mais aussi le défi constitué par l'un des plus grands spécialistes de tous les temps.

Strömberg s’aligne en kayak monoplace, dans le 10 000m et le 1 000m. Il commence par la distance la plus longue, où le jeune Finlandais place ses meilleurs espoirs. Il a remporté le titre de champion du monde deux ans plus tôt, en battant en finale le légendaire Suédois Gert Fredriksson.

Il doit maintenant rééditer cet exploit. Fredriksson, qui a 31 ans à Helsinki, est le tenant du titre du 10 000m qu'il a remporté à Londres avec une avance énorme de plus d’une demi-minute. En finale, le Suédois décide de suivre Strömberg, en laissant son jeune cadet à une portée de pagaies devant lui.

La plupart des observateurs s’attendent à ce que le Suédois s’envole en vue de la ligne d’arrivée en plaçant sa pointe de vitesse, l'une de ses marques de fabrique. Ces personnes-là ont peut-être sous-estimé la détermination de Strömberg. En effet, plus Fredriksson appuie sur ses pagaies, et puis son adversaire finlandais réplique. Et finalement, c’est Strömberg qui se détache, pour s’imposer de plus de dix secondes.

Fredriksson prendra sa revanche le lendemain dans le 1 000m, les positions étant inverses. Strömberg finira avec près de deux secondes de retard sur le Suédois, mais avec plus de dix secondes d’avance sur le troisième.

Il tentera de conserver sa couronne du 10 000m quatre ans plus tard à Melbourne, mais victime de maux d’estomac, il ne pourra défendre ses chances à fond. Il récupérera cependant son titre mondial en 1958.

back to top