skip to content
Date
02 févr. 1980
Tags
Lake Placid 1980 , Ski alpin , Autriche

Stock, vainqueur inattendu de la descente

Suite à une performance exceptionnelle récompensée par une médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Innsbruck en 1976, la star du ski de descente Franz Klammer devint un héros en Autriche et une icône sportive au niveau international. Le public l'aimait tant que quatre ans plus tard, l'entraîneur olympique Karl Kahr dut se justifier sur une chaîne de télévision nationale pour avoir refusé d'intégrer le champion à l'équipe qualifiée pour Lake Placid.

Deux problèmes se posaient au sélectionneur : d'une part, les résultats de Klammer avaient quelque peu décliné suite à un grave accident de ski qui avait laissé son frère paralysé ; et d'autre part, les bons skieurs étaient si nombreux qu'il n'avait que l'embarras du choix. Tout au long des années 1970, un flot apparemment intarissable de skieurs et de skieuses doués et intrépides portant les couleurs du drapeau autrichien inondait les pistes.

Leonhard Stock avait jadis été considéré comme un athlète d'exception, mais il s'était ensuite gravement blessé à plusieurs reprises et en 1980, ses chances de triomphe olympique étaient bien minces. Toutefois, sa ténacité était sans égale et, après avoir souffert d'une fracture complexe de l'épaule lors d'un entraînement à Val d'Isère en décembre 1979, il rechaussa rapidement les skis, bien décidé à faire ses preuves.

À l'approche des Jeux, l'athlète originaire du Zillertal dut rejoindre les quatre skieurs de l'équipe de descente en tant que remplaçant, avec la faible éventualité de participer au slalom géant. Les courses devaient normalement être disputées par Peter Wirnsberger, Werner Grissman, Harti Weirather et Sepp Walcher, Walcher représentant la meilleure chance pour l'Autriche de remporter l'événement le plus prestigieux de la discipline.

Mais Stock vint bouleverser la donne de manière spectaculaire. Au grand dam de Karl Kahr, il enregistra les meilleurs chronos à Lake Placid lors des entraînements précédents les Jeux. La veille de la course, il dévala la piste de 3 009 mètres en un temps record, sous les yeux stupéfaits de ses coéquipiers.

Le soir précédent l'épreuve masculine de descente, Kahr prit la décision la plus difficile de sa carrière et choisit de remplacer le champion du monde Walcher par Leonhard Stock, s'attirant les foudres des autres skieurs. « Je reconnais que c'était de la folie, » avoua Kahr après la course.

Le grand moment de Stock arriva le lendemain midi. Relativement peu connu, il figurait parmi les derniers athlètes à prendre le départ. Tout comme Klammer quatre ans auparavant, cela lui donnait l'avantage de skier sur une neige compacte et glacée.

Mais une surface aussi dangereusement rapide n'est un atout que pour les coureurs assez doués et intrépides pour évoluer aux extrêmes limites de leurs capacités.

Personne ne s'attendait à ce que Stock accomplisse quoi que ce soit. D'ailleurs, les commentateurs de la télévision américaine étaient déjà en train d'évoquer les prochaines courses lorsque le jeune Autrichien s'élança sur la piste. Celui-ci ignora la couche de neige fraîche pour maintenir à la fois sa trajectoire et son sang-froid sur le tracé gelé. À peine 105 secondes après son départ, il devint le roi du ski.

Contre toute attente, l'athlète de 21 ans venait de remporter l'épreuve la plus prestigieuse des Jeux Olympiques d'Hiver. Grâce à cette victoire sensationnelle à Whiteface Mountain, Leonhard Stock devint aussitôt une vedette et le magazine Time consacra même sa une à cette belle success story olympique.

Après la course, Stock déclara aux journalistes : « Je suis un vrai battant. Je me suis battu pour être dans l'équipe, je me suis battu aujourd'hui et j'ai gagné. Cela valait vraiment la peine de se battre. » 

L'athlète autrichien passa à deux doigts des médailles aux Jeux de Calgary en 1988 et ne remporta aucune autre course de descente jusqu'en 1989. Il se retira de la compétition quelques années plus tard pour ouvrir un hôtel, tandis que son nom allait rester gravé à jamais dans l'histoire olympique.

back to top