skip to content

Steve Hooker

Tandis qu’une foule en liesse acclamait le record du monde des Jamaïcains dans le relais 4x100m, un Australien n’en continuait pas moins sa marche vers une remarquable médaille d’or individuelle dans le Nid d’oiseau, stade emblématique des Jeux à Beijing.

Mené par Usain Bolt, le tour d’honneur du quartet jamaïcain faisait l’objet de toute l’attention des spectateurs, quand pour sa part Steve Hooker se concentrait sur une compétition de saut à la perche incroyablement serrée.

L’Australien occidental à la rousse chevelure, dont la plus grande rencontre sportive avait été jusqu’alors les Jeux du Commonwealth deux ans auparavant où il avait obtenu le titre de la discipline, faisait de nouveau preuve de concentration alors qu’il semblait sur le point d’être éliminé.

Certes, il s’était qualifié, mais Hooker n’en était pas moins tendu car il était arrivé à la compétition grâce à un 5,65 m mais seulement au troisième essai.

Tirant les leçons d’une erreur potentiellement catastrophique, Hooker passa largement au-dessus des 5,60 m en finale avant d’aller s’asseoir, attendant que la barre atteigne les     5,80 m.

À cette hauteur, ne restaient plus avec Hooker que le Russe Evgeny Lukyanenko et les supporters de l’Australien n’en pouvaient plus d’attendre.

Après que Lukyanenko eut passé la barre au premier essai, Hooker fit encore patienter ses deux adversaires et ne passa haut la main qu’à sa troisième tentative.

La tension monta d’un cran après les sauts à 5,85 m de Hooker et de Lukyanenko, de fait les deux seuls concurrents encore en lice.

La clameur provoquée par le relais des Jamaïcains entraîna une considérable distraction du stade tout entier, mais les deux sauteurs n’en gardèrent pas moins un calme olympien.
Puis par trois fois, Lukyanenko manqua son saut à 5,90 m et il ne restait plus à Hooker qu’à faire face à l’exploit qui l’attendait.

Sur la piste d’appel, Hooker, tout de vert et or vêtu, émit un râle des plus sonores avant d’engager son ascension vers la barre qu’il survola pour atterrir la tête dans les mains sur le tapis qu’il quitta complètement ahuri pour se précipiter vers son entourage de soutien.

Il venait de décrocher l’or, première médaille en athlétisme pour l’Australie depuis celle de Cathy Freeman à Sydney en 2000 et la première aussi remportée par un athlète australien depuis Ralph Doubell dans le 800 m, trente ans plus tôt à Mexico.

back to top En