skip to content
Date
26 oct. 2005
Tags
Actu CIO

Sport et télévision : une alliance heureuse


Au 16e Sportel, le rendez-vous international du sport et de la télévision qui se déroule chaque année à Monaco, le président du CIO, Jacques Rogge, a invité les principaux dirigeants sportifs et responsables de chaînes de télévision à se pencher sur les relations entre le sport et la télévision et sur les avantages que l’une et l’autre partie pourrait en retirer.
 
S’exprimant sur "Les influences de la télévision sur le sport : règles et arbitrage", le président du CIO a rappelé que le sport et la télévision c’est avant tout l’histoire d’une alliance heureuse où l’un évolue au rythme de l’autre et trouve chez l’autre un allié, un stimulant. Si aujourd’hui le sport suscite un tel engouement mondial, c’est en grande partie grâce à la télévision. Si la télévision recueille souvent les taux d’audience les plus élevés, c’est grâce au sport. Ce n’est donc pas un hasard si les Jeux Olympiques d'Athènes ont attiré chaque jour 3,9 milliards de téléspectateurs l’an dernier - ce qui représente une audience cumulée d’environ 35 milliards de téléspectateurs sur les 16 jours de compétitions.
 
Le sport a tiré avantage de la télévision
Dans son intervention, le président du CIO a également souligné que grâce aux nouvelles technologies, aux images de haute qualité et à une meilleure couverture télévisuelle, la télévision a donné au sport un côté spectacle tout en saisissant l’histoire humaine derrière chaque exploit et en faisant partager ces moments uniques à des millions de personnes des cinq continents.
La stratégie du CIO de créer des accords de diffusion sur le long terme a certes généré des revenus considérables, mais cela signifie surtout plus de revenus à distribuer au sein du Mouvement olympique pour assurer le développement et la pratique du sport sur tous les continents, à travers les programmes de la Solidarité Olympique, et aussi pour aider les villes hôtes à organiser les Jeux Olympiques. Le CIO maintient également sa politique, selon laquelle les accords de télévision doivent reposer sur une retransmission gratuite et la plus large possible, respectant en cela le principe fondamental de l’universalité.
 
Influences de la télévision sur le sport
L’esprit du sport ne doit pas changer pour plaire à la télévision. La recherche du meilleur compromis passe sans aucun doute par une modernisation du sport pour le rendre encore plus attrayant, que ce soit au niveau des règles ou au niveau de l’équipement ou de l’arbitrage. En voici quelques exemples cités par le président du CIO : le changement de couleur des balles de tennis qui sont passées du blanc au jaune, ce qui nous permet de les voir maintenant plus distinctement à la télévision et de suivre facilement les échanges entre les joueurs; le nouveau format des compétitions et l’introduction du système d’élimination directe dans le tir à l’arc; le nouveau système de comptage et de marquage des points dans le volleyball; l’introduction du jeu décisif en tennis; le nouveau système de notation dans le patinage artistique;  ou encore l’utilisation de la vidéo, par les juges et arbitres, en gymnastique, lutte, voile et rugby. Le sport est aujourd’hui plus captivant, tant pour ceux qui le pratiquent que pour ceux qui l’organisent ou qui le regardent en spectateurs.
 
Garder l’esprit du sport
Si la télévision a de l’influence sur la modification de certaines règles sportives, il n’en est pas moins vrai que c’est au sport lui-même qu’appartient la gestion de sa propre destinée, gestion qui doit se faire en étroite collaboration avec les Fédérations Internationales et avec l’accord des athlètes.  Et le président du CIO de conclure : si nous poursuivons ce partenariat sans perdre de vue nos valeurs, le monde du sport peut s'attendre à de nombreux moments magiques et pleins d'inspiration pour les années à venir. Le sport, langage universel, a besoin de la télévision, média universel, et réciproquement.
Tags Actu CIO
back to top