skip to content
Date
06 avr. 2006
Tags
Actu CIO

SPORT ACCORD 2006: "Il ne s’agit pas seulement de 16 jours de compétition"


“Il ne s’agit pas seulement de 16 jours de compétition”. C’est en ces termes que s’est exprimé Yang Shu’an, vice-président exécutif du comité d’organisation des Jeux de la XXIXe Olympiade à Beijing en 2008 (BOCOG), pour décrire l’héritage que laisseront les Jeux à Beijing, dans le cadre d’un groupe de discussion tenu lors du congrès Sport Accord de cette année et intitulé “Organiser avec succès un événement de grande envergure”. L’héritage, la planification et les partenariats, tels étaient les principaux thèmes mis en avant par ce groupe qui comprenait des représentants des comités d’organisation des Jeux (COJO) de 2008 à Beijing et de 2012 à Londres, ainsi qu’un membre du CIO. Ces trois aspects importants du travail du CIO montrent qu’en effet, les Jeux sont plus que 16 jours de compétition.
 
Héritage
Dans le cadre d’une discussion plus large sur les événements multisportifs, les Jeux Olympiques et l’héritage qu’ils laissent ont été au centre des débats – quatre des cinq membres du groupe de discussion ayant mentionné une précédente édition des Jeux comme étant le souvenir d’un événement bien organisé et laissant un véritable héritage au pays hôte, au sport ou aux Comités Nationaux Olympiques (CNO) participants. Plusieurs orateurs ont cité les exemples de Séoul et de Sydney comme villes hôtes ayant réussi à laisser un héritage durable après les Jeux, que ce soit en termes d’infrastructure, de connaissances ou de sport. Si l’on se tourne vers l’avenir, Debbie Jevans, du comité d’organisation des Jeux de la XXXe Olympiade à Londres en 2012 (LOCOG), a expliqué que le projet de Londres portait essentiellement sur “ce que nous allions laisser derrière nous”, la ville ayant l’intention d’utiliser les Jeux non seulement pour laisser des installations sportives en héritage, installations qui seront utilisées durant de nombreuses années, mais aussi pour mettre le sport à la portée de tous, et en particulier des jeunes, en offrant à chaque sport la possibilité de se développer, par le biais du programme scolaire par exemple. Dans le cas de Beijing, l’héritage sera tout aussi vaste, allant de la modernisation des infrastructures à l’amélioration de la situation environnementale.
 
Planification
Tous les orateurs ont fait remarquer que la planification, et notamment la planification précoce, est de la plus haute importance pour pouvoir organiser avec succès un événement sportif. Le CIO en est conscient depuis longtemps et encourage cette planification à travers son processus de gestion des Jeux. Le succès de cette tâche, menée essentiellement par le département du CIO chargé des Jeux Olympiques, ajouté au programme de transfert des connaissances du CIO, permet aux COJO actuels de profiter de l’expérience de leurs prédécesseurs en la matière et de mieux comprendre la planification à mener durant leur cycle d’existence. Il importe de noter que ces connaissances sont transmises aux villes dès le début de la phase de candidature et sont continuellement affinées jusqu’à ce que les Jeux commencent.
 
Partenariats
Le membre du CIO Timothy Fok, de Hong Kong, a expliqué comment les Jeux Olympiques de Séoul avaient fait participer de nombreuses grandes sociétés locales et pourquoi cette même situation avec des sponsors locaux à Beijing était très importante pour le succès des Jeux. Ce sont ces partenariats, pas seulement avec les sponsors mais aussi avec les gouvernements, les CNO, les autorités touristiques, la collectivité locale et les Fédérations Internationales, pour n’en citer que quelques-uns, qui contribuent à assurer des Jeux réussis. Ces partenariats, qui sont encouragés par le CIO dès la phase de candidature en exigeant des villes qu’elles fournissent des garanties du gouvernement jusqu’à la tenue même des Jeux, constituent, avec l’aide du CNO du pays hôte, un élément clé de l’élaboration d’un projet olympique réussi.
 
www.sportaccord.com
Tags Actu CIO
back to top En