skip to content
Date
01 sept. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Vélo Tout Terrain

Spectacle assuré et émotions majeures lors des épreuves de VTT

Les deux vainqueurs des épreuves de VTT, qui se sont déroulées sur l’impitoyable circuit de Deodoro, ont pu goûter pleinement à leur triomphe en terminant en solitaire, traversant la dernière ligne droite sous les applaudissements du public. Les champions sont la Suédoise Jenny Rissveds chez les dames, et chez les hommes le Suisse Nino Schurter, or en 2016 après le bronze en 2008 et l’argent en 2012.

La Suédoise Jenny Rissveds a distancé ses concurrentes lors du dernier tour pour triompher en VTT cross-country féminin le 20 aout sur le circuit de Deodoro. Elle a terminé l’épreuve devant la Polonaise Maja Wloszczowska et la Canadienne Catharine Pendrel.

Au moment où les athlètes entamaient le sixième et dernier tour du parcours de 4,85 km de Deodoro, Rissveds était au coude à coude avec Wloszczowska. Elle est alors passée à l’offensive. La Suédoise a vite gagné du terrain, franchissant sans problème les passages délicats, comme les pierriers et les obstacles surnommés les « tongs », avant de se lancer dans une chevauchée solitaire jusqu’à la ligne d’arrivée. Elle a terminé avec 37 secondes d’avance sur Wloszczowska.

Getty Images

« Sur la ligne de départ, je me suis concentrée pour rester zen, essayer de me faire plaisir et pédaler, tout simplement. C’est la plus grande réussite de ma carrière, évidemment. Je n’en reviens pas. À un moment donné, je me suis dit, si je garde mon sang-froid, au pire je peux finir deuxième. Mais je me suis ressaisie : je devais me battre pour l’or ! Et je l’ai eue, cette médaille », a déclaré Rissveds, championne du monde en titre chez les moins de 23 ans.

Wloszczowska s’est donc contentée de la médaille d’argent, tandis que Pendrel a récolté la médaille de bronze. La Polonaise de 32 ans, déjà deuxième à Beijing en 2008, confie : « Avant la course, j’ai calculé que treize d’entre nous étaient capables de gagner. Je suis donc vraiment ravie d’être sur le podium. C’était une course extrêmement difficile et dès le départ, je me suis sentie en pleine forme. Je m’attendais à ce que Jenny et Jolanda Neff (SUI) soient très fortes. Dès le début, j’ai eu l’impression d’avoir le dessus, mais ensuite Jenny est passée à l’attaque et là j’ai vraiment souffert. »

Getty Images

La Canadienne Catharine Pendrel est parvenue à décrocher le bronze, malgré quelques problèmes techniques : « Là je suis sur un nuage. Au départ j’ai eu un accident, ensuite j’ai été gênée par les autres concurrentes et puis j’ai également eu un souci mécanique au premier tour. Tout allait de travers. J’ai continué à me battre, et finalement ça a payé. Je suis vraiment heureuse que tout se soit bien terminé. »

Parmi les concurrentes de cette épreuve, qui a notamment réuni sept championnes du monde, Rissveds était, avec ses 22 ans, la plus jeune. Elle a donc remporté la deuxième médaille d’or de la Suède à Rio, après la nageuse Sarah Sjöström sur 100 m papillon.

Les favorites au départ de cette course ont vécu des moments moins exaltants : la Suissesse Jolanda Neff (double vainqueur de la coupe du monde de VTT 2014 et 2015, championne d’Europe 2016) a terminé au 6e rang, tandis que la Française Pauline Ferrand-Prévot, championne du monde 2015, a abandonné dans le 3e tour du circuit.

Getty Images

Le bronze, l’argent puis l’or : Nino Schurter enfin sacré en VTT !

Nino Schurter (SUI), champion du monde en titre, est devenu champion olympique de VTT sur le circuit de Deodoro. Schurter, médaillé d’argent à Londres, a cette fois nettement dominé le champion sortant, le Tchèque Jaroslav Kulhavy. La médaille de bronze est revenue à l’Espagnol Carlos Coloma

Schurter a distancé irrésistiblement Kulhavy dans le sixième et avant-dernier tour de circuit. Les deux coureurs avaient pris la tête dès la fin du premier tour, en compagnie de Coloma, qui allait ensuite se faire rejoindre par le Français Maxime Marotte. Le champion suisse a pu goûter son triomphe en terminant son parcours en solitaire, passant la ligne d’arrivée avec 50 secondes d’avance sur son vainqueur des Jeux de Londres. Pour le bronze, Marotte et Coloma sont arrivés roue dans roue mais l'Ibère, avec 10 secondes d’avance, a pris le meilleur sur le Français.

Getty Images

Cinq fois champion du monde (2009, 2012, 2013, 2015, 2016), Schurter est monté pour la troisième fois sur le podium des Jeux. Originaire du canton des Grisons, il avait pris la troisième place à Beijing en 2008, puis la deuxième à Londres en 2012.

Le champion du monde sur route, le Slovaque Peter Sagan, a fait illusion dans le premier quart d’heure. Retardé par un changement de roue, il a navigué ensuite à l’arrière de la course. Le double champion olympique d’Athènes et de Beijing, le Français Julien Absalon, a été débordé dès le premier tour. Il s’est classé finalement 8e, pour sa course d’adieu. Le VTT français avait toujours récolté au moins une médaille lors des différentes éditions des Jeux, depuis que la discipline a fait son apparition au programme olympique en 1996.

Battu de justesse pour le titre à Londres par Jaroslav Kuhlavy, Schurter a enfin été consacré. « Le rêve devient réalité. Je ne peux pas y croire. J’ai travaillé quatre ans pour cette médaille d’or. Je suis tellement content que ça ait si bien marché cette fois ! Si je regarde en arrière, je pense qu’il me fallait l’argent à Londres pour revenir en force ici. Pour moi, c’est une histoire parfaite. J’ai eu le bronze à Beijing, l’argent à Londres et maintenant l’or à Rio. Parfait ! »

Les deux premiers coureurs se sont ensuite exprimés sur leur course. Pour Schurter, tout était parfait : « Je me suis très bien senti et fort durant toute l’épreuve. Tout s’est déroulé selon mes plans. À la fin, j’ai pu continuer tout seul et arriver en sécurité sur la ligne d’arrivée ».

Getty Images

Pour Kulhavy, le verdict est différent : « c’était une course très difficile, et j’étais au maximum de mes possibilités. C’était incroyablement dur, il pleuvait, et le parcours était très différent, ça glissait sur les pierres, les descentes étaient beaucoup plus compliquées. »  Il ajoute : « C’était une course très différente de celle de Londres en 2012. Mais aujourd’hui, j’étais encore avec Nino. Je suis très content pour nous deux. Nino est le plus fort cette année. Je lui souhaitais la médaille d’or. »

Carlos Coloma est très heureux d’avoir accroché le bronze, « car je savais que ce serait particulièrement compliqué avec le niveau des coureurs engagés dans cette course. C’est un rêve pour moi. Je savais que j’étais capable de le faire, et je suis fier, non seulement pour moi, mais pour toute l’Espagne. »

Getty Images
back to top En