skip to content
Date
09 févr. 2016
Tags
Sotchi 2014 , Actu CIO , Héritage , Durabilité et héritage

Sotchi surfe toujours sur la vague olympique

Deux ans ont passé depuis que Sotchi a accueilli des Jeux Olympiques d’hiver mémorables et l’héritage de l’événement a changé la physionomie de la station russe.


Sotchi s’est transformée depuis les Jeux – organisés du 7 au 16 février 2014 – et elle dispose aujourd’hui d’un statut international de centre de pointe en matière de tourisme sportif, événementiel, sanitaire et économique, selon une étude menée par l’Université olympique internationale russe (Russian International Olympic University, RIOU). Son potentiel de développement s’est exprimé lors d’une période qui a vu des visiteurs du monde entier se ruer vers les rives de la Mer noire.

Le nombre de touristes en visite à Sotchi durant les huit premiers mois de 2015 a enregistré une hausse de 7 % par rapport à la même période de 2014, portant ainsi le nombre total de visiteurs à plus de quatre millions. Le taux de remplissage des établissements thermaux de la ville, réputés dans le monde entier, a atteint 94 %, son meilleur score depuis cinq ans, et les installations qui ont accueilli les Jeux ont également prospéré.

La palme du succès revient à la station de ski de Rosa Khutor qui a abrité les épreuves de ski alpin lors des Jeux Olympiques d’hiver. La station a accueilli plus de 600 000 clients au cours des 136 jours de la saison d’hiver 2014-2015, alors que plus d’un million de personnes s’y sont pressées pour toute l’année à partir de juin 2014.

Rosa Khutor faisait partie du « complexe montagnard » des sites olympiques où se sont notamment déroulées aussi les compétitions de bobsleigh, de luge, de biathlon et de snowboard, complexe qui a reçu plus d’un million de visiteurs lors des premiers mois de 2015.

Dès la fin des Jeux, tous les sites de Sotchi 2014 ont repris tout de suite du service, à l’exception du stade Fisht qui est en train d’être réaménagé pour accueillir des matches de la Coupe du monde de la FIFA 2018. Parmi eux, le Palais des glaces Bolchoï accueille aujourd’hui le club de hockey de Sotchi qui évoluait lors de la saison 2014-2015 en Ligue continentale de hockey (Kontinental Hockey League, KHL), compétition phare mettant aux prises des clubs de hockey sur glace d’Europe et d’Asie. Plus de 120 000 supporters ont déjà poussé les portes de la patinoire pour venir voir jouer l’équipe au plus haut niveau, alors que le Palais a également abrité des matches des étoiles de la KHL, ainsi que divers concerts et spectacles.

Le Centre de patinage Adler-Arena, où Sven Kramer, Ireen Wüst et leurs semblables ont remporté de mémorables médailles d’or en 2014, a été converti en centre régional de tennis, et des tournois nationaux et internationaux s’y déroulent régulièrement. Ainsi, une rencontre de Fed Cup féminine entre la Russie et l’Argentine a eu beaucoup de succès et a attiré plus de 5 700 spectateurs en avril 2014, alors que les compteurs se sont affolés l’année suivante à l’occasion d’une demi-finale de la même compétition entre la Russie et l’Allemagne, suivie par 7 500 personnes. Dans le même temps, le Centre de curling Ice Cube continue d’être un site de pointe pour cette discipline, puisque les Championnats du monde seniors de Curling et les Championnats du monde double mixte de curling s’y sont déroulés en avril 2015. Quant au Centre de sports de glisse Sanki, il est resté lui aussi sous les feux de la rampe puisque pas plus tard qu’en février 2016, il a accueilli une étape de la Coupe du monde de luge.

Parmi les autres belles réussites figurent les spectacles sur glace qui ont lieu désormais dans la patinoire du Palais des sports de glace Iceberg. Plus de 17 000 spectateurs ont ainsi assisté en mai 2015 au spectacle sur glace « Snow King » alors que l’opéra Carmen a attiré durant trois mois et demi plus de 215 000 personnes. Tous les sites olympiques sont ouverts au grand public dans l’optique d’augmenter le nombre de personnes du cru pratiquant un sport ou une activité physique.

Le parc olympique a lui aussi bénéficié de quelques nouveautés de premier ordre, la plus sensationnelle étant l’Autodrome de Sotchi qui a accueilli en 2014 le premier Grand Prix de Russie depuis un siècle, avec la certitude d’accueillir la caravane de F1 au moins jusqu’en 2020. Les dirigeants de la Formule 1 ont élu l’épreuve, remportée par le pilote britannique Lewis Hamilton, meilleure course de l’année lors du gala annuel de la discipline qui s’est déroulé à Doha, à l’issue de la saison 2014. Plus de 166 000 amoureux de la F1 se sont bousculés aux guichets du site durant tout le week-end de course.

Des sites non dévolus à la compétition ont trouvé également une utilisation à la hauteur : le village olympique a ainsi été transformé en divers projets immobiliers – dont des logements sociaux – alors que le centre de presse a accueilli des événements majeurs tels qu’un match du championnat du monde d’échecs entre Magnus Carlsen et Viswanathan Anand en novembre 2014, ainsi qu’un certain nombre de salons et de congrès.

Comme pour tous les Jeux Olympiques, l’héritage humanitaire revêt également une importance particulière. La RIOU, qui a été mise en place pour préserver l’héritage de Sotchi 2014, est en train de créer le premier Centre de l’héritage olympique de Russie. Cette infrastructure abritera les archives uniques des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2014, ainsi qu’un musée et une bibliothèque. L’université en elle-même envisage de délivrer une série de formations pointues. Des étudiants issus de 31 pays ont ainsi intégré son mastère d’administration du sport et elle a même créé un nouveau mastère d’administration du football à destination des dirigeants du ballon rond, à la demande de la Fédération russe de football.

Beaucoup d’autres manifestations auront lieu à Sotchi en 2016. En mai, le Grand Prix sera une nouvelle fois le rendez-vous phare de l’année, alors qu’en mars, la Sotchi Cup, course internationale de cyclisme, devrait également attirer les foules. La région devient une destination importante pour les sports d’hiver et bien plus encore depuis les Jeux Olympiques d’hiver de 2014. Elle semble en mesure de continuer à prendre de l’ampleur dans les prochaines années.

back to top En