skip to content

Solidité, force et efficacité : "l'alchimie" allemande qui a mené à une finale olympique

2018 Getty Images
La performance de l'Allemagne dans le tournoi de hockey sur glace masculin à PyeongChang 2018 a capté l'imagination et a considérablement accru la popularité de ce sport dans le pays. Patrick Hager nous parle de ce remarquable mois de février, et de la façon dont l'Allemagne peut encore s'améliorer au cours de la prochaine décennie dans un sport international pour lequel elle n'est pas célèbre.


C'est peut-être un cliché de parler de l'efficacité allemande, mais parfois, les clichés sont vrais. "Nous étions presque comme des robots sur la glace", a expliqué Patrick Hager, en évoquant l'extraordinaire parcours de son équipe jusqu'à la finale de la compétition masculine de hockey sur glace des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018. "Tout le monde restait dans le système. C'est un truc allemand classique, nous avons notre système et nous nous y tenons de la première à la dernière minute. C'est ce qui effraie le plus l'Angleterre quand elle joue contre notre équipe de football. Ce n'est pas comme si nous étions extraordinaires. Nous avons de très bons gars. Nous étions juste solides et forts. Nous avions l'alchimie.

"Dans tout sport d'équipe, on ne peut pas gagner juste grâce à des individus. Vous pouvez peut-être gagner un match grâce à un individu, mais vous n'allez pas jusqu'au bout. Nous étions parfaitement équilibrés sur les quatre lignes. Personne ne se mettait en colère contre l'autre. Tout le monde défendait l'autre."

Getty Images

Le parcours de l'Allemagne vers la médaille d'argent a été l'une des histoires les plus marquantes des Jeux. Neuvième au classement après les matchs préliminaires, elle a ensuite enregistré une série de résultats remarquables, en battant la grande nation de hockey qu'est la Suède en quarts de finale avant d'affronter les géants de la glace du Canada - champions en titre de Vancouver 2010 et de Sotchi 2014 - en demi-finale. Alors que l'Allemagne n'a pas pu tout à fait terminer le travail, perdant dans les prolongations contre les athlètes olympiques de Russie (OAR), cet étonnant mois de février en République de Corée a capté l'imagination des fans de hockey allemands - et a donné à ce sport un élan majeur.

"J'ai grandi autour de ce sport car mon père jouait aussi professionnellement, mais bien sûr, rien ne bat le football en Allemagne", a expliqué Hager. "Mais ce n'est pas un petit sport. Le hockey est sur la carte, surtout dans le sud. Dans le nord, le handball est populaire, et le basketball aussi. Ces trois sports se battent donc vraiment derrière le football. Là d'où je viens, à Rosenheim, le hockey est le sport numéro un. Ces dix dernières années, nous avons eu de belles patinoires et plus de fans pour notre sport."

"Ce qui a également accru la visibilité et le marché de notre sport, c'est que nos jeunes joueurs sont repérés par la NHL en Amérique et au Canada. Leon Draisaitl, des Oilers d'Edmonton, est devenu l'athlète de l'année à la NHL, et beaucoup de gens pensent qu'il est le meilleur joueur du monde. C'est une grosse affaire pour le hockey allemand. Maintenant, tout le monde le connaît en Allemagne. C'est donc formidable pour notre sport d'avoir un modèle. Nous pouvons aller encore plus loin."

 

Si l'absence de joueurs de la NHL - dont Draisaitl - à PyeongChang 2018 a clairement affecté les équipes de certaines des nations les plus importantes, elle n’a pas nui à la performance de l'Allemagne. "Comme les stars de la NHL ne sont pas venues, nous savions qu'il nous était possible de surprendre avant les Jeux Olympiques, et nous en avons profité", a déclaré Hager. "Mais si vous regardez les listes des joueurs comme ceux du Canada, ils étaient très, très bons. Beaucoup de joueurs avaient une longue carrière dans la NHL ou étaient partis en Europe pour jouer un an afin de pouvoir participer aux Jeux Olympiques ; c'était donc des équipes très solides.

"Nous ne pensions pas à une médaille avant les Jeux Olympiques, mais nous pensions cette fois avoir une bonne chance de battre n'importe quel pays, n'importe quel soir. Nous avions tous joué contre des équipes de club de Finlande et de Suède, nous connaissions donc leurs joueurs et nous avions une attitude positive. Nous avions un esprit d'équipe pour obtenir plus de nous-mêmes.

"Quand nous avons perdu 1-0 contre la Suède au début du match, nous savions que nous aurions pu gagner ce match si nous avions mis toutes les chances de notre côté. Ensuite, nous avons affronté la Norvège pour une victoire aux tirs au but. Après cela, c'était l'heure du spectacle. Nous nous sommes améliorés à chaque match, et nous avons commencé à sentir que nous pouvions aller jusqu'au bout."

Getty Images

La phase à élimination directe a commencé, la mentalité de fer étant bien ancrée. "Nous avons eu des moments où nous avons plié un peu contre les grandes équipes, mais nous ne voulions pas casser", a déclaré Hager. "Nous avons eu les bons gars au bon moment. Notre gardien de but était très fort, et l'équipe était bien équilibrée, du n°1 au n°25. Nous avions cette alchimie, construite au fil des ans, presque comme une équipe de club parce que nous connaissions si bien le jeu de chacun.

"Nous avons senti quand nous avons commencé à gagner. Nous n'étions pas satisfaits de perdre. Il y a quelques années, l'Allemagne aurait pu penser : "Nous avons perdu contre un grand pays de hockey". Mais maintenant, ça nous énerve de perdre. Nous avons l'alchimie. Nous avons donc eu ce coup de pouce supplémentaire contre la Suisse, la Suède et ensuite le Canada. Nous avons joué une première période irréelle, nous avons joué un hockey incroyable et nous avons aussi eu un peu de chance avec notre crosse. Nous avons surpris nos adversaires en marquant quelques buts de folie. Puis, à la fin, ils nous ont poussés et pressés, mais nous avons réussi à passer. C'était un sentiment spécial que de battre le Canada. L'ambiance était folle après dans le vestiaire."

La déception, hélas, allait suivre. "Nous surfions sur une vague, et elle s'est brisée 55 secondes trop tôt en finale", a expliqué Hager, décrivant le moment où l'OAR a égalisé à moins d'une minute de la fin de la troisième période, envoyant le match en prolongation avec mort subite. "C'est toujours une déception de perdre dans les prolongations. Mais maintenant, nous nous souvenons plus de la demi-finale que de la finale. Nous avons gagné l'argent, et cela ne peut pas être négatif. Nous avons très vite compris ce que nous avions accompli. C'est cela, le sport. Vous êtes stupide si vous n'acceptez pas que vous avez accompli quelque chose de grand. Ce seront de grands souvenirs pour toujours."

Getty Images


Hager pense également que l'esprit de PyeongChang peut être transmis à Beijing 2022 et aux éditions futures des Jeux Olympiques. "Lorsque nous appelions à la maison, les gens nous disaient que les Allemands réglaient leur réveil pour regarder nos matches au petit matin, ou qu'ils faisaient la fête toute la nuit en attendant de les regarder. Nous avons été le premier sujet des nouvelles sportives allemandes, alors que normalement on parle du hockey après dix minutes de football.

L'intérêt est croissant. Nous avons de nouveaux programmes pour les juniors, et de plus en plus de jeunes hockeyeurs allemands vont jouer au Canada et aux États-Unis. Pour Beijing, beaucoup de gars ayant l'expérience de la NHL peuvent faire partie de notre équipe et, à la prochaine génération, nous pouvons aller vers une équipe dont presque tous les joueurs seront issus de la première ligue. Nous pourrions alors constamment battre les meilleures nations. C'est un processus, mais il va dans la bonne direction. Rien n'est impossible."

Pourraient-ils faire mieux en 2022 ? Cela peut dépendre de la présence de leur joueur vedette, mais l'unité, comme toujours, sera essentielle. "Avec un joueur comme Leon Draisaitl, une bonne équipe et un bon gardien de but, on ne sait jamais ce qui peut arriver", a déclaré Hager. "Nous n'allons pas dire que nous sommes les favoris, mais nous n'allons pas non plus juste nous contenter d'y aller pour participer."

back to top En