skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Sofia Goggia survole la descente

Dans la descente féminine, on attendait un duel entre Lindsey Vonn et Sofia Goggia à PyeongChang. Il a bien eu lieu, mais a largement tourné à l’avantage de l’Italienne qui s’impose avec 47 centièmes d’avance sur la championne olympique de Vancouver 2010. Jamais une Italienne n’avait été sacrée dans cette discipline. La surprise vient de la Norvégienne Raghnild Mohwinckel qui vient s’intercaler à la deuxième place avec 9 centièmes de retard sur la gagnante. Lindsey Vonn devra se contenter du bronze, sa troisième médaille olympique.

On attendait une course grandiose, et on n’a pas été déçu. Sur la magnifique piste de Jeongseon, un peu plus glacée que lors des entraînements, les meilleures descendeuses de la planète ont pu se livrer pleinement. Les nombreux mouvements de terrains ont rendu le spectacle magnifique et les conditions météo étaient idéales avec du ciel bleu, un vent modéré et une neige très dure et agressive. Les deux immenses favorites sont Lindsey Vonn et Sofia Goggia. La première à s’élancer est l’Italienne avec le dossard n°5. Victorieuse sur cette même piste lors de la descente pré-olympique un an plus tôt, elle semble maîtriser les mouvements de terrain, les bosses et les longues courbes qui jalonnent ce tracé assez peu pentu. Elle qui part si souvent à la faute, signe un run très propre sans prendre de risque inconsidéré. En 1.39.22, elle améliore son temps de la veille à l’entraînement de plus d’une seconde. « Aujourd’hui, c’était une bonne journée, », a-t-elle expliqué. J’étais vraiment bien concentrée sur l’essentiel. J’ai vraiment fait du mieux que je pouvais. »
 

Getty Images
La surprise Mohwinckel

Deux dossards plus tard, Lindsey Vonn s’élance pour son ultime descente olympique. Privée des Jeux de Sotchi sur blessure, elle est animée par un fort esprit de revanche. Son style est toujours aussi fluide et ses capacités de glissement impressionnantes. Néanmoins, elle ne parvient pas à rivaliser avec les temps intermédiaires de sa rivale. A l’arrivée, pas de miracle, elle se retrouve à 47 centièmes de son amie Sofia. 

Lindsey Vonn (Getty Images)

« Elle donne tout ce qu’elle a à chaque fois, » a commenté la championne américaine. « Et je respecte ça. Comme moi, elle a eu son lot de blessures. S’il faut que quelqu’un me batte, j’aime autant que ce soit elle parce qu’elle a travaillé dur pour ça. Sofia est venue me voir chez moi en novembre et on a pris un café. Elle m’a demandé comment je parvenais à gérer la pression et toutes les attentes. Ca l’a sans doute aidée. Mais je suis heureuse de l’avoir fait. C’est de la sportivité. J’apprécie déjà le fait qu’elle ait pu me demander des conseils. Et j’ai envie de transmettre. J’ai envie que la nouvelle génération élève le niveau de notre sport. »

Raghnild Mohwinckel (Getty Images)

On pense pendant un long moment qu’elle va finir à la deuxième place mais c’est sans compter avec la surprenante Norvégienne Raghnild Mohwinckel. Partie avec le dossard 19, elle prend tous les risques et donne des frissons aux supporters italiens. Finalement, elle en termine avec seulement neuf centièmes de retard sur la première. De loin son meilleur résultat dans cette discipline, elle qui n’avait jamais fait mieux que sixième en coupe du Monde. Elle s’offre une deuxième médaille d’argent à PyeongChang après celle obtenue en géant. « Je ne m’y attendais vraiment pas, a dit la Norvégienne. Je ne m’attendais pas à ce que mon premier podium en descente soit le jour des Jeux. Je n’ai pas de mots. »

Cinq opérations aux genoux

A 25 ans, Sofia Goggia, la Bergamasque, obtient la consécration qu’elle méritait. Immensément douée, elle était devenue la première skieuse Italienne à obtenir des podiums de coupe du monde dans quatre disciplines (descente, super G, géant et combiné). Sa carrière a été retardée par d’innombrables blessures que l’on peut expliquer par son côté casse-cou. Elle a notamment subi cinq interventions chirurgicales aux deux genoux. Avec cette victoire, elle efface toutes les années de galère et ouvre un palmarès qui pourrait rapidement s’enrichir.

back to top En