skip to content
Date
25 févr. 1988
Tags
Calgary 1988 , Ski alpin , Suisse , Actu CIO

Ski alpin - Zurbriggen justifie sa réputation en descente

Peu de skieurs alpins sont arrivés à Calgary précédés d’une réputation plus grande que celle du Suisse Pirmin Zurbriggen. Ce dernier a gagné des titres mondiaux en descente, en combiné, en super-G et en slalom géant, et il est bien parti pour remporter pour la troisième fois le classement général de la Coupe du monde. En 1987, il a dominé de manière écrasante le ski international masculin et il est engagé à Calgary dans cinq épreuves alpines, avec la perspective bien réelle de décrocher une médaille dans chacune d’entre elles.


Son premier défi se présente avec l’épreuve-reine de la descente, et avec elle, l’occasion de confirmer qu’il est bien le skieur alpin le plus rapide de la planète, un titre que beaucoup de personnes lui ont déjà décerné.

Le Suisse est-il de taille à supporter cette pression ? Son plus dangereux adversaire est censé être son coéquipier suisse Peter Müller, champion du monde en 1987. Les deux champions viennent d’horizons contrastés : Müller est un citadin, alors que Zurbriggen est originaire d’un petit village alpin. Müller est un extraverti qui concentre toute son énergie sur la descente, alors que Zurbriggen, de nature calme et réservée, incarne le nec plus ultra de la polyvalence.

Müller entre en action le premier et il établit un temps canon. Pendant un long moment, personne ne peut s’approcher à moins de trois secondes de sa performance et il compte encore 1’’42 de marge lorsque Zurbriggen quitte le portillon de départ. Ce dernier met toute son énergie au service de son ski et il réalise une descente proche de la perfection. Au premier chrono intermédiaire, il compte une légère avance qu’il va accroître peu à peu pour franchir l’arrivée en 1’29’’63, un temps qui relègue Müller à près d’une demi-seconde. C’est l’une des plus belles démonstrations d’un descendeur aux Jeux d’hiver. Tout comme quatre ans auparavant, Müller doit donc se contenter à nouveau de l’argent.

Zurbriggen ne réussira cependant pas à gagner une autre médaille d’or dans l’une des quatre autres épreuves de son programme, décrochant juste du bronze en slalom géant. Mais son incroyable descente olympique va entrer dans la légende des Jeux.

 

back to top En