skip to content
IOC
Date
22 févr. 2016
Tags
Lillehammer 2016 , JOJ , Skeleton , Hommes , Femmes , Actu CIO

Skeleton à Lillehammer 2016: Pittaway dans la tradition britannique, Rukosuev supersonique !


Ashleigh Pittaway est la nouvelle merveille du skeleton féminin britannique, alors qu’Evgenii Rukosuev honore la tradition d’excellence russe dans ce sport en se montrant et de loin le plus rapide de la compétition masculine.

Bien qu’elle ne possède pas de piste de glace sur son territoire, la Grande-Bretagne a de nouveau démontré sa capacité à produire des championnes de skeleton, comme on a pu le voir sur la piste du Centre Olympique de glisse avec la nouvelle pépite aux couleurs de l’« Union Jack », Ashleigh Pittaway.

L’équipe Britannique ne gagne pas beaucoup de médailles aux Jeux d’hiver (seulement 10 titres depuis 1924), mais elle domine le skeleton féminin depuis déjà une décennie : Amy Williams puis Lizzy Arnold ont remporté l’or, respectivement en 2010 à Vancouver et en 2014 à Sotchi, tandis que Shelley Rudman a ouvert la voie en s’adjugeant la médaille d’argent à Turin en 2006.

Ashleigh Pittaway, née le 23 mai 2000 à Munich (Allemagne) d’une mère allemande et d’un père britannique, a poursuivi sur le même rythme d’excellence en remportant l’épreuve disputée le 19 février, devant sa rivale et meilleure amie allemande Hannah Niese et la Française Agathe Bessard.

L'Allemande Hannah Niese (argent), la Britanique Ashleigh Fay Pittaway (or) et la Française Agathe Bessard (bronze) © Al Tielemans/YIS/IOC

Shelley Rudman, athlète modèle à Lillehammer, était présente à ses côtés pour lui prodiguer ses conseils à la veille de l’épreuve féminine. Sa jeune compatriote avait signé un décevant 7e chrono dans la dernière descente d’entraînement. « Je lui ai dit de garder son calme et de ne rien changer à ses habitudes » a expliqué Shelley.

« L’entrainement, c’est l’entrainement, et la course, c’est la course. Mais c’est une jeune championne qui sait rester calme pendant l’épreuve et elle semble être dotée d’un bon instinct pour piloter son skeleton, ce qui constitue un sacré bonus. Le fait qu’elle ait commencé vraiment jeune, et qu’elle suive le programme allemand, est aussi une bonne chose ».

Arrivée à Lillehammer avec l’étiquette de favorite, mais sur les nerfs après n’avoir pas réussi à maitriser son sujet dans les descentes d’entraînement, Ashleigh a mis les choses au point à l’heure de la compétition. Elle a réalisé le meilleur temps du premier run (55.08) pour prendre 35 centièmes d’avance sur Neise avant la deuxième descente décisive, qu'elle a bouclée en 55.15.

Hannah Neise © Al Tielemans/YIS/IOC

« J’étais vraiment agitée au départ du premier run » a admis Ashleigh Pittaway , « mais l’écart de 35 centièmes m’a calmée et je glisse beaucoup mieux quand je suis heureuse ! ». Le mot de la fin à Shelley Rudman : « Il va y avoir des hauts et des bas, mais j’espère qu’elle va continuer à pratiquer ce sport et qu’elle se qualifiera pour les Jeux Olympiques. »

Rukosuev met tout le monde d’accord

Dans la compétition masculine, le sibérien de 16 ans Evgenii Rukosuev a annoncé la couleur dès les descentes d’entraînement en réalisant quatre fois le meilleur temps sur six descentes en tout, et sans participer à la dernière.

Le jour de la compétition, sous les yeux de l’ancien président du CIO Jacques Rogge (2001-2013) qui donna durant ses deux mandats l’impulsion pour la création des Jeux Olympiques de la Jeunesse, Rukosuev portrait le dossard N°1. Il a donc été le premier à s’élancer sur la piste de glace du Centre Olympique de glisse.

D’entrée de jeu, le jeune russe a posté un chrono sous les 54 secondes (53.92) qu’aucun des 19 autres concurrents n’est parvenu à améliorer. Seul le Norvégien Alexander Hestengen, qui évoluait sur sa piste, a lui aussi réussi à casser la barrière des 54’ en s’approchant à 7/100e de seconde de Rukosuev dans ce premier run. Le représentant allemand Robin Schneider a pris la 3e place en 54.02.

Le Norvégien Alexander Tsatalios Hestengen (argent), le Russe Evgenii Rukosuev (or) et l'Allemand Robin Schneider (bronze) © Al Tielemans/YIS/IOC

Le suspense est resté intense lors du 2e run décisif. Premier du trio de tête à pousser son skeleton, Schneider s’est installé au sommet du classement, avec un temps quasiment identique (54.08) et un total de 1:48.10. Soutenu par un public déchaîné, Hestengen a ensuite pris la piste pour de nouveau achever sa descente en moins de 54 secondes et totaliser 1:47.94.

Enfin, Rukosuev, dernier partant, a mis tout le monde d’accord en signant le meilleur temps absolu de la totalité des descentes : 53.38. Supersonique, pour une victoire imparable avec plus d’une demi-seconde d’avance au total (64/100e) sur Hestengen !

« C’est vraiment difficile. Cela fait un an et demi que je me prépare, particulièrement cet été afin d’arriver en bonne forme à ces JOJ » a déclaré Evgenii Rukosuev. « C’était super cool ! Quand j’ai terminé mon 2e run, j’étais en tête » a noté Alexander Hestengen, « mais c’est cool. Je prends l’argent devant tant de monde et avec le soutien du public, c’est incroyable ! », a dit un Alexander Hestengen qui remporte tout simplement la première médaille olympique de la Norvège sur un toboggan de glace.

back to top En