skip to content
Anneaux olympiques IOC
Date
02 févr. 1964
Tags
Innsbruck 1964 , Actu CIO , Patinage artistique , Pays-Bas

Sjoukje Dijkstra concrétise sa suprématie en patinage artistique féminin


Sjoukje, née le 28 janvier 1942, est la fille de Lou Dijkstra, grand sportif néerlandais qui a excellé en cyclisme, voile, football et surtout patinage de vitesse, concourant sur toutes les distances lors des Jeux d’hiver de Garmisch-Partenkirchen en 1936. Après la fin de sa carrière sportive au tout début des années 1950, il achève ses études et devient médecin. Il va faire tout ce qu’il faut pour que sa fille, sur les patins dès l’âge de 6 ans, dispose des meilleures conditions pour progresser vers les sommets.

Ainsi, à l’adolescence, Sjoukje Dijkstra part s’entraîner auprès du réputé technicien suisse Arnold Gerschwiler à Londres. Elle développe des qualités techniques et athlétiques qui lui permettent de multiplier les double axel ainsi que de nombreuses et inventives pirouettes, et dispute ses premiers Jeux à 14 ans en 1956 à Cortina d’Ampezzo où elle se classe 12e.

Vice-championne d’Europe en 1959, elle est l’année suivante, à 18 ans, médaillée d’argent mondiale à Vancouver et vice-championne olympique à Squaw Valley, les deux fois derrière l’Américaine Carol Heiss. Une fois cette dernière à la retraite, la jeune championne néerlandaise remporte toutes les compétitions continentales et planétaires sur la route des Jeux d’Innsbruck. Sjoukje Dijkstra est sacrée championne du monde en 1962 à Prague (Tchécoslovaquie), en 1963 à Cortina d’Ampezzo (Italie) et en 1964 à Dortmund (Allemagne). Elle est également championne d’Europe en 1960, 1961, 1962, 1963 et 1964, et Sportive de l’année aux Pays-Bas durant six années consécutives (1959-1964).

Également réputée pour son excellence et sa précision dans l’exercice spécifique des figures imposées, Sjoukje Dijkstra se présente en favorite devant les 10 000 spectateurs de l’Olympiahalle d’Innsbruck le 30 janvier 1964. Une fois sur la glace, tout paraît si facile pour elle ! Elle est placée première par 8 des 9 juges (et première ex aequo par le 9e) à l’issue de cette partie initiale de la compétition.

Le 2 février lors du programme libre, elle est à nouveau impériale, ne commettant aucune faute, audacieuse, gracieuse et follement applaudie, notamment par les membres de la famille royale néerlandaise présents dans les tribunes. Les juges s’avancent sur la glace et le public découvre une série de notes particulièrement élevées. Côté technique comme artistique, aucun « carton » en dessous de 5,8 ! Au total, Sjoukje Dijkstra est placée première par tous les juges et s’impose très largement avec 2 018,5 points, devant l’Allemande Regine Heitzer (1 945,5) et la Canadienne Petra Burka (1 940,0). La championne néerlandaise a été sans rivale dans cette compétition.

Sjoukje Dijkstra est la première championne olympique néerlandaise de patinage artistique, hommes et femmes confondus. Elle est également la dernière à ce jour. Et la seule médaillée en compagnie de Dianne de Leeuw, vice-championne olympique en 1976 à Innsbruck. Elle reste également la dernière patineuse artistique à avoir remporté une médaille d’or aux Jeux quatre ans après avoir obtenu une médaille d’argent.

Elle met fin à sa carrière amateur après son triplé olympique-mondial-européen de 1964 et participe dès lors, et jusqu’en 1972, aux tournées Holiday On Ice aux États-Unis et en Europe. En 2014, Sjoukje Dijkstra est introduite au Temple mondial de la renommée du patinage artistique et déclare : « C’est une merveilleuse conclusion pour ma carrière de patineuse ».

back to top