skip to content
Date
30 avr. 2007
Tags
Actu CIO , ,

Si Agassi !

Andre Agassi a fêté hier ses 37 ans. En 20 ans de carrière, le médaillé d’or des Jeux d’Atlanta en 1996 a fortement marqué le public et l’histoire du tennis. Regardons de plus près le parcours de celui que l’on considère aujourd’hui comme un des chouchous du tennis.

Un tennisman de référence

À trois ans, Andre Agassi tient sa première raquette ! À 16 ans, il passe professionnel. À 22 ans, il remporte le tournoi de Wimbledon, sa première grande victoire.

En 1996, il a 26 ans et représente les États-Unis d’Amérique aux Jeux Olympiques d’Atlanta. Lors de la finale, il se retrouve face à l’Espagnol Sergi Bruguera. Malgré un début de tournoi difficile et un retard de trois heures à cause de la pluie, il décroche la victoire en un temps record : 77 minutes et un score imparable de 6-2, 6-3, 6-1. Il est alors champion olympique, titre qu’il considère comme le plus important de sa carrière. Il prend en effet la relève de son père, ancien boxeur qui représenta l’Iran aux Jeux de Londres en 1948 et d’Helsinki en 1952, initiant ainsi son fils à l’esprit olympique.

À 36 ans, après une défaite en finale de l’US Open contre l’Allemand Benjamin Becker, l’Américain met un terme à sa carrière professionnelle.

Vingt ans de carrière professionnelle, 60 victoires en simple, une en double, trois lors de Coupe Davis et un titre olympique font d’Andre Agassi une référence dans le monde du tennis comme le sont l’Australien Rod Laver ou le Suédois Björn Borg. Il est de plus le seul joueur à avoir gagné les quatre titres du Grand Chelem (Open d’Australie, Roland Garros, Wimbledon, US Open) sur quatre surfaces différentes.

Un sourire inoubliable

De succès éclatants en retours éblouissants, Andre Agassi aura laissé son empreinte dans l’histoire du tennis. Sa bonne humeur et la qualité de son jeu en font un athlète au comportement et à l’esprit exemplaires. C’est surtout son sourire et ses émotions (il pleure de joie après sa victoire à Roland Garros en 1999) qui marqueront à jamais joueurs, public et journalistes.

Parcours mouvementé du tennis aux Jeux Olympiques

Athènes 1896 : le tennis est marqué par un événement pour le moins original ; John Boland gagne les finales en simple et en double hommes (avec Friedrich Traun) alors qu’il était venu aux Jeux comme simple spectateur...

Paris 1900 : des épreuves féminines sont introduites ; la Britannique Charlotte Cooper décroche la médaille d’or en simple femmes et double mixte (avec comme coéquipier Reginald Doherty). Elle devient ainsi la première femme à remporter le titre de championne olympique, tous sports confondus.

Paris 1924 : lié à de nombreuses controverses autour de problèmes tels que frontière entre amateurisme et professionnalisme, le tennis fait sa dernière apparition jusqu’au Jeux de 1968.

Mexico 1968 : le tennis réapparaît, mais comme sport de démonstration.

Séoul 1988 : le tennis figure à nouveau parmi les sports olympiques. Dès cette date, il draine un nombre croissant de grands joueurs et de supporters. Parmi les champions olympiques, on compte l’épouse d’Andre Agassi, l’Allemande Steffi Graf, ainsi que l’Allemand Boris Becker, le Suisse Marc Rosset, l’Américaine Lindsay Davenport…

Atlanta 1996 : le programme connaît quelques modifications ; par exemple, les matchs du tournoi d’élimination du simple hommes comportent trois sets au lieu de cinq (à l’exception des finales) et le tie-break est utilisé dans tous les sets à l’exception du troisième set et des finales.

Sydney 2000 : les « ranking points » sont introduits pour les hommes.

Athènes 2004 : le dernier champion olympique de tennis simple hommes en date est le Chilien Nicolas Massu. Chez les femmes, la Belge Justine Hénin détient le titre olympique.

Profil : En savoir plus sur le tennis olympique

Tags Actu CIO , ,
back to top