skip to content
Date
02 sept. 1972
Tags
Munich 1972

Shorter se révèle comme un produit authentique du marathon

Athlétisme

C’était la troisième fois qu’un Américain remportait le marathon et la troisième fois que quelqu’un pénétrait dans le stade devant le vainqueur.

En 1904, Thomas Hicks avait mené la course en tête jusqu’à ce qu’un imposteur saute sur la piste juste avant que les athlètes n’atteignent le stade. En le voyant arriver en courant, les spectateurs avaient vu en lui le premier de course et ils l’avaient applaudi avant de réaliser qu’il s’agissait d’un plaisantin. Mais cela s’était produit il y a 68 ans, et personne n’imaginait que l’histoire était sur le point de se répéter. Et pourtant… 

Cette fois, le meneur de course s’appelait Frank Shorter, il était le coureur de distance le plus célèbre des États-Unis car il s’était qualifié pour le 5 000 m aux Jeux Olympiques de 1968 et concourait au 10’000 m aux Jeux de Munich. Cependant, c’est au marathon qu’il devait obtenir son succès le plus éclatant.

Après s’être détaché du peloton à environ 14,5 km de la fin, il était en tête alors qu’il ne restait que quelques minutes. C’est à ce moment-là, comme en 1904, qu’un spectateur parvint à se frayer un chemin sur la piste, un peu devant lui et qu’il s’élança dans le stade.

Au début, l’homme fut applaudi avant que la supercherie ne fut mise à jour et qu’il ne soit appréhendé par les services de sécurité. Choqué et ulcéré, le public du stade olympique se mit à huer. C’est à ce moment que Frank Shorter fit son entrée dans le stade.

Après avoir parcouru environ 41,5 km, il se retrouvait totalement désorienté. N’étant pas au courant de l’existence de l’imposteur, il s’était attendu à crouler sous les applaudissements et non pas sous les huées. Un commentateur de télévision américain lança le fameux « C’est un imposteur, Frank ». Ce dernier n’entendit pas la phrase mais elle fit la joie des fous de sport pendant des années.

Quelques instants plus tard cependant, une fois l’imposteur mis hors de cause, les applaudissements reprirent et Shorter fut encouragé jusqu’à la fin de la course. Derrière lui, Mamo Wolde décrocha le bronze en obtenant le chrono le plus rapide de sa brillante carrière à laquelle il mit un terme à l’âge de 40 ans.

L’Américain remporta ensuite la médaille d’argent à Montréal. Nombreux sont ceux qui estiment que ses exploits dans cette discipline sont à l’origine du formidable essor que connut la course en Amérique durant les années 70. Plus tard, il sera nommé président de l’agence antidopage des États-Unis.

back to top