skip to content
2017 Getty Images

Shaun White veut effacer son immense déception des Jeux de Sotchi 2014

Shaun White est de retour, il vise sa qualification pour les Jeux de PyeongChang 2018 où il est bien décidé à effacer définitivement le désarroi qui ne l'a pas quitté depuis quatre ans : sa 4e place dans le half-pipe de Rosa Khutor lors des Jeux de Sotchi 2014. Le double champion olympique 2006 et 2010 est aujourd'hui prêt pour de nouveaux exploits !

Getty Images

Ce 11 février 2014 dans le half-pipe de Rosa Khutor, Shaun White est sous pression. Superstar de son sport, double champion olympique en titre, il est venu aux Jeux de Sotchi en favori pour réussir une exceptionnelle passe de trois. Il réussit ses qualifications puisqu'il termine premier du groupe 2, avec la meilleure note des 18 concurrents en lice, un 95,75 qui lui permet d'accéder directement à la finale. Dans le même temps, le Suisse Iouri Podlatchikov doit disputer un tour de plus, une demi-finale qu'il domine. En le croisant, Shaun White lui dit  : "Je t'aime bien mon gars, mais tu me rends nerveux !"

Les cicatrices de Sotchi

Le champion américain qui avait ébloui le monde en 2010 à Vancouver avec sa spéciale, le "double McTwist 1260" qu'il était alors le seul à réaliser, rate son premier run en finale dans le pipe de Rosa Khutor : il chute deux fois. Le voilà obligé de réaliser un deuxième passage exceptionnel, surtout après la prestation de Iouri Podlatchikov qui vient de réussir un run éblouissant ponctué de de l'incroyable "YOLO flp", une figure qu'il a inventée. Mais le double champion olympique en titre est par deux fois déséquilibré dans son run de la dernière chance et se contente d'un 90,25 qui le rejette au pied du podium, quatrième ! Podlatchikov le détrône, en s'imposant devant les Japonais Ayumu Hirano et Taku Hiraoka.

Le recordman de médailles d'or aux X-Games d'hiver (treize en tout, en half-pipe et slopestyle, de 2003 à 2013), le champion qui a obtenu la plus haute note jamais accordée dans sa discipline aux Jeux (pour son 2e run à Vancouver), est un revanchard. "Je ne me suis jamais remis de ma 4e place aux Jeux de Sotchi. Ne pas avoir réussi à réaliser ce que j'aurais aimé faire en Russie m'a inspiré pour me re-concentrer, pour me re-calibrer, et me revoilà !", dit-il en février 2017, après s'être imposé en Coupe du monde dans le pipe de Mammoth Mountain (Californie). "Je me suis maintenu en forme, j'ai un entraîneur, un préparateur physique à plein temps, ça m'aide !" Il ajoute : "Quand on m'a demandé à quel moment je m'étais remis des Jeux de Sotchi, j'ai répondu "jamais !" C'est comme tomber d'un vélo, vous avez des cicatrices et cela reste en vous, c'est quelque chose qui permet d'apprendre, et j'ai appris ! Je prépare de nouveaux tricks, je me sens plus fort, plus concentré que jamais".

Getty Images
"Un si beau pipe pour les Jeux, c'est super !"

Shaun White découvre avec beaucoup d'enthousiasme le half-pipe du Bokwang Phoenix Park où se disputeront les médailles aux Jeux de PyeongChang 2018. Le 19 février 2017, après avoir fini premier des qualifications, il prend la 2e place en finale derrière l'Australien Scotty James. "C'est si bon de venir ici sous un beau soleil, de voir les murs du pipe. Ce n'est pas intimidant, mais le pipe en lui-même est carrément génial. Le fond plat est harmonieux, les murs sont énormes, juste assez pour que vous vous sentiez en confiance pour aller aussi vite que vous le voulez, pour vous ajuster. C'est probablement un des meilleurs pipes de la saison, à fond jusqu'en bas.  Et puis, me retrouver avec les autres concurrents, j'adore ça ! Je veux qu'ils sachent quels tricks je suis en mesure de réaliser. Sotchi, ça c'était mal passé, alors venir ici, trouver un half-pipe comme je n'en avais pas vus depuis si longtemps, ça me rend tellement heureux ! Le fait que les Jeux 2018 vont avoir un si beau pipe, c'est super !"

Getty Images
Il lui faudra gagner sa place

Pour disputer les Jeux de Pyeongchang, Shaun White doit passer par le système de qualification élaboré par l'encadrement de l'équipe américaine de snowboard. Il y a cinq compétitions en tout où il faut finir le plus souvent possible sur le podium, et Shaun a déjà gagné la première d'entre elles, à Mammoth Mountain en février 2017. Les autres épreuves choisies pour effectuer la sélection olympique s'étalent de décembre 2017 à janvier 2018, à Copper Mountain, Breckenridge, Snowmass et Mammoth Mountain. Qu'ils soient ou non champions olympiques en titre, tous les snowboarders américains hommes et femmes sont logés à la même enseigne. Les places seront chères !

Shaun White s'avance en confiance vers ses possibles 4e Jeux Olympiques. "Chaque fois que je me lance dans le tube, je veux juste gagner, aussi méchamment qu'avant. Je suis un compétiteur. Pour être honnête, j'ai traversé des moments où il était difficile de trouver la motivation, alors je continue le skateboard, je fais de la musique. Cela m'éloigne du snowboard, cela retient mon attention, et quand je reviens sur la neige, c'est comme une libération. C'est comme vivre dans deux mondes, mais c'est génial de revenir et de se sentir plein d'enthousiasme. Ce qui m'a permis de durer si longtemps, c'est que je passe du temps hors du sport, j'habite en Californie, il y a la plage, et le snowboard est la dernière chose à laquelle je pense. Puis je reviens et je me dis "Ah, ce n'est pas si mal !" Voilà mon secret depuis si longtemps, et voilà pourquoi je suis si heureux de me retrouver comme avant. C'est moi, à nouveau !"  À 31 ans, Shaun White est toujours capable de produire un des shows galactiques dont il a le secret pour tenter de connaitre à nouveau le grand bonheur d'un triomphe olympique. 

Getty Images
back to top En