skip to content
Getty Images

Sara Takanashi brillantissime sur la route des Jeux de PyeongChang 2018

La championne japonaise du saut à ski compte aujourd'hui un record de 53 victoires en Coupe du monde, après avoir gagné le globe de cristal quatre fois, dont les deux dernières saisons (2013, 2014, 2016 et 2017). Médaillée d'or lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver à Innsbruck 2012, elle a connu la déception à Sotchi 2014 en terminant 4e. Dès lors, Sara Takanashi s'est fixé pour but de l'effacer à PyeongChang 2018. Et sa domination durant l'Olympiade fait à nouveau d'elle la favorite !

Ce 11 février 2014, sous les projecteurs des tremplins RusSki Gorki de Sotchi, Sara Takanashi est la véritable favorite de la toute première épreuve olympique féminine de saut à ski. Elle a 17 ans et domine outrageusement la Coupe du monde qu'elle remportera pour la deuxième fois consécutive au terme de la saison avec 15 victoires en 18 épreuves ! Et elle compte déjà un titre olympique à son palmarès : celui remporté avec une très large avance en 2012 lors des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver à Innsbruck. Elle était alors âgée de 15 ans.

Pourtant, tout va aller de travers devant le public russe pour la jeune championne japonaise. A son premier saut à 100 m pour 214.1, points, elle est encore en course pour le podium, voire mieux, se postant en troisième position. Mais son 2e saut à seulement 98.5 m pour 118,9 points la repousse à la quatrième place de l'épreuve historique remportée par l'Allemande Carina Vogt devant l'Autrichienne Daniela Iraschko-Stolz et la Française Coline Mattel.

"Mes nerfs m'ont coûté la médaille"

Inconsolable, l'enfant de Kamikawa dans le Hokkaido (l'île du nord qui a accueilli les Jeux de Sapporo en 1972) dit alors : "Je suis venue ici pour donner le meilleur de moi-même. Je suis terriblement déçue de ne pas avoir pu sauter comme je le voulais, les deux fois. J’ai réalisé que j’avais un mental faible.” Elle ajoute : “Je ne suis pas la seule à être déçue. J’ai pensé à toutes les personnes qui m’ont soutenue dans mon parcours. Quelque chose n’a pas fonctionné ce soir, même si j’étais contente d’être sur la scène olympique. Mais mes nerfs m’ont coûté la médaille.”

Getty Images

Elle conclut enfin : “La battante qui est en moi se battra jusqu’au bout, je veux revenir aux Jeux Olympiques meilleure que jamais et faire la fierté de mon pays. Je ne veux rien faire d’autre que du saut à ski. Ma carrière évolue avec tout le mouvement du saut à ski japonais. Je suis reconnaissante à tous ceux qui m’ont aidée.”

Le record de victoires signé à PyeongChang

Alors la phénoménale Sara Takanashi repart de plus belle. Tout en constatant que "le niveau des athlètes féminines de saut à ski s’améliore de plus en plus, donc je dois m’améliorer moi aussi", elle poursuit sa domination sur la Coupe du monde féminine. Sa saison 2015-2016 est impériale avec 14 victoires dont 10 à la suite, une 2e place et au pire, une 4e place, en 18 épreuves pour s’adjuger son 3e globe de cristal avec 471 points d’avance sur l’Autrichienne vice-championne olympique Daniela Iraschko-Stolz. Elle ne connaît cependant pas une pareille réussite dans les Mondiaux de la FIS, 4e à ceux de Falun (Suède) en 2015, médaillée de bronze à Lahti (Finlande) en 2017 derrière Carina Vogt (or) et sa compatriote Yuki Ito (argent), deux fois 3e dans le concours mixte par équipes (2015 et 2017).

Getty Images

Les 15 et 16 février 2017, lors d’une saison qui la verra gagner la Coupe du monde pour la 4e fois avec une superbe constance (son pire classement est une 5e place, pour 9 victoires et 15 podiums), Sara Takanashi termine deuxième puis première des deux concours de saut servant d’épreuve test pré-olympique sur le tremplin HS109 d’Alpensia à PyeongChang. Elle signe ainsi le 53e succès de sa carrière alors qu’elle n’a que 20 ans ! Et c'est un record hommes et femmes égalé puisque l'Autrichien Gregor Schlierenzauer était le seul à avoir remporté autant de succès.

Echauffement brillant dans la tournée d'été

« Cette 53e victoire me ravit », dit-elle alors. « Dans la perspective des Jeux Olympiques de PyeongChang, je dois faire le maximum pour être sélectionnée et représenter le Japon. » Après avoir été battue par Yuki Ito dans le premier des deux concours, elle note aussi : « J’ai réussi à régler mon approche et le fait d’avoir pu renverser la vapeur va me donner confiance. ».

La saison qui mène aux Jeux de PyeongChang démarre par le Grand Prix d'été en août et septembre 2017, et la star japonaise est à nouveau impériale. Elle surclasse la concurrence avec quatre victoires en cinq épreuves et seule une disqualification sur le tremplin de Frenstat (République tchèque) le 18 août la prive du Grand Chelem. Elle remporte ainsi le classement général de la tournée estivale pour la sixième fois.

Getty Images

En février 2018, Sara Takanashi repartira à 21 ans à l’assaut de la gloire olympique, avec beaucoup d’expérience, et une confiance redoublée.

back to top En