skip to content
Date
15 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Gymnastique artistique , Pays-Bas

Sanne Wevers prend le pouvoir à la poutre!

Coup de théâtre à l’Arène olympique de Rio ! La Néerlandaise Sanne Wevers, brillante à la poutre, a remporté l’or sur cet agrès, alors que la favorite Simone Biles a perdu l’équilibre et se contente de la médaille de bronze. Sa compatriote Lauren Hernandez les accompagne sur le podium, avec l’argent.


Simone Biles, saga olympique, épisode 4: et c'est l'épisode du coup de théâtre, où la gymnaste a perdu l'équilibre à la poutre et laissé filer l'or à la brillante Néerlandaise Sanne Wevers, mais pas le podium.

Le quintuplé inédit n'est donc plus à l'ordre du jour, mais la triple titrée (équipe, individuel, saut) peut encore, avec la finale du sol mardi, égaler le record du quadruplé en un tournoi olympique codétenu par la Soviétique Larissa Latynina (1956), la Tchécoslovaque Vera Caslavska (1968) et la Roumaine Ecaterina Szabo (1984).

Getty Images

C'est un coup de théâtre, car l'Américaine écrasait toute concurrence et tout suspense à la poutre, que ce soit ces dernières années (bronze 2013 puis or 2014 et 2015 aux Mondiaux) ou ces derniers jours (première aux trois routines à Rio). Tout allait bien pour elle. Tout à coup, elle a raté une réception de salto avant. Déséquilibrée, elle a été contrainte de mettre les deux mains sur la poutre pour ne pas chuter, quelques secondes de flottement inesthétique qui ont déclenché la plus grosse sensation de la journée dans l'Arène olympique. Quelques signes de fébrilité ensuite, puis une sortie parfaite. Mais point de sourire en rejoignant son entraîneur Aimee Boorman, et sa note a achevé de la dépiter: un 14,733.

Getty Images

Et la Néerlandaise Sanne Wevers, 4e aux qualifications et médaille d'argent à cet agrès aux Mondiaux 2015 dans l'ombre de l'Américaine, s'est élancée pour une routine tout en maîtrise et élégance, récompensée d'un 15,466, synonyme de médaille d’or. « Oh mon Dieu ! C’est tellement merveilleux ! La finale était très dure pour les nerfs », a dit la gymnaste néerlandaise.

« La performance de ma vie »

« Le plan était de tout donner, mais j’ai vu que Simone avait fait des erreurs, elle n’était pas tombée, mais elle avait définitivement perdu des points. Après avoir vu son score, j’ai compris que je devais changer ma stratégie. J’y suis allée pour sortir le grand jeu, mais avec la pensée de miser plus sur les points d’exécution que sur ceux de difficulté . La combinaison des deux est cruciale. Et c’est quelque chose que j’ai décidé toute seule ». Une combinaison gagnante !

Après sa réception, Sanne Wevers a compris qu’elle avait réussi un gros coup. « J’étais si contente que ça ait si bien marché ! La poutre, c’est le plus difficile des agrès. C’est terrible pour les nerfs. Mentalement, c’est particulièrement difficile de délivrer une routine comme celle-là. Vous n’avez pas de 2e chance. Il faut tout faire instantanément. Après mon passage, j’ai pensé que cela suffirait pour une médaille. Etre ici à Rio et réussir ma plus belle routine de toujours dans une finale si importante, c’est fantastique. C’est la performance de ma vie et c’est mon record personnel ». 

Getty Images

Sanne Wevers a dû attendre le passage des autres concurrentes. « Lauren Hernandez était ma principale rivale. Après mon passage je savais qu’elle avait les cartes en mains. Elle pouvait me battre. Je savais que mon niveau de difficulté était plus élevé, et que j’avais donc une bonne chance. Mais tout peut arriver. J’ai compris que j’avais l’or après avoir vu sa note. »

Pour la première fois à Rio, une concurrente a dépassé Biles dans l'un des trois agrès qu'elle dominait jusqu'alors (tous sauf les barres asymétriques). La mine défaite, ce n'est qu'à l'issue du passage de sa copine Lauren Hernandez que Biles a retrouvé le sourire. Elle était finalement heureuse d'être accompagnée sur le podium par sa compatriote de 16 ans, argentée pour son premier tournoi majeur, au lendemain de la deuxième place de leur coéquipière Madison Kocian aux barres asymétriques.

Getty Images

Mais le suspense pour le podium de la poutre s'est étiré jusqu'au bout, avec le passage en dernier de Flavia Saraiva, la petite chérie des Brésiliens, et la réclamation posée par la Française Marine Boyer juste avant. Des dizaines de secondes qui tenaient la salle en haleine, attendant jusqu'où irait le coup de théâtre: l'une d'elles allait-elle commettre l'exploit de priver Biles de médaille? Non: « Flavinha » finissait cinquième, et Boyer quatrième.

back to top En