skip to content

Sandy Brémond file à toute allure vers son rêve olympique

Sandy Bremond IOC / OIS
Date
24 nov. 2019
Tags
Actualités Olympiques, Lausanne 2020, JOJ
Sandy Brémond trace rapidement sa route vers le plus haut niveau international en ski cross féminin. À 17 ans, la jeune championne française originaire des Alpes du Sud est un sérieux espoir pour la course des JOJ de Lausanne 2020, réalisant déjà une partie de son rêve de toujours en entrant dans l'univers olympique.

Bruno Mugnier, l'entraîneur de Sandy Brémond, nous présente sa jeune championne et le parcours de ski cross qui sera utilisé pour les JOJ à Villars sur Ollon : "Sandy, qui s'est mise au ski cross en 2017, compte déjà des résultats parlants. Elle progresse, mais il reste encore du travail pour qu'elle soit vraiment complète. Elle a d'énormes qualités et quelques petits défauts qui peuvent coûter cher, mais pour le moment c'est vraiment pas mal. Elle est jeune et elle a le temps d'apprendre."


Et d'ajouter : "Nous avons disputé une épreuve de Coupe d'Europe l'hiver dernier à Villars, le parcours est très adapté aux jeunes, ça va faire une belle course. La piste est d'un profil joueur pour les jeunes catégories. Cet hiver, il y a eu pas mal de retournements de situation durant la course, c'était assez sympathique. Dans cette classe d'âge, il y aura quelques jeunes filles à battre, tous les grands pays d'Europe comptent des championnes en devenir qui sont déjà bien en place. Que Sandy fasse au mieux avec ses armes, qu'elle mette tout en œuvre au bon moment et ça devrait bien se passer. C'est l'une des bases avec les jeunes : qu'ils arrivent à canaliser leur énergie sur tout ce qu'il y a à faire en même temps sur un tracé de ski cross, et si on n'oublie rien, en général, on devient très bon !"

Un "rêve de petite fille"

Lycéenne en terminale à Embrun (Hautes-Alpes), Sandy Brémond passera son baccalauréat en 2020. Elle va donc cette saison partager son temps entre ses études, son entraînement, et les compétitions ponctuées par le point culminant que seront les JOJ de Lausanne 2020. Entretien avec une jeune championne qui poursuit son rêve.

Thierry Brémond
Pratiques-tu le ski cross depuis longtemps ?

J'ai commencé par le ski alpin… Jusqu’à il y a deux ans. Puis j'en ai eu assez, l'ambiance, les piquets… Je n'arrivais pas du tout à faire ce que je voulais en termes de résultats. Je me suis alors mise à réfléchir pour savoir ce que je pourrais faire, et c'est ma maman qui m'a dit : "il faut que tu voies, il n'y a pas que le ski alpin, on peut s'amuser dans d'autres disciplines". Quand j'étais plus petite, j'avais participé aux "Ski Games" dans la station d'Orcières Merlette, et cela m'avait beaucoup plu, j'avais terminé deuxième de ma course à quelques centièmes de la première.

Du coup, je me suis dit que le ski cross pouvait être une bonne idée ; j'ai tout de suite envoyé un message à Alizée Baron (olympienne, membre de l'équipe de France) sur Facebook, et elle m'a dirigé vers un club qui n'existe plus aujourd'hui, et qui réunissait tous les jeunes des vallées dans nos Alpes du Sud. Il y a deux ans, j'ai fait quatre courses avec eux, dont les Championnats de France que j'ai gagnés : grâce à mes résultats, le comité Savoie m'a repérée, et j'ai été admise pour les stages et les compétitions. Je suis aujourd'hui licenciée au ski club de Montgenèvre et je fais partie du club élite des Hautes-Alpes, suite à mes résultats internationaux.

sandy bremond Thierry Brémond
Quels ont été tes principaux résultats ?

J'ai gagné le titre de championne de France des moins de 16 ans et terminé deuxième des Championnats des moins de 18 ans en 2018. L'hiver suivant, je me suis imposée en U18 et je me suis classée quatrième au général, devancée par les skieuses de l'équipe de France Alizeé Baron, Marielle Berger Sabbatel et Amélie Schneider. J'ai pris la cinquième place en Coupe d'Europe à Val Thorens et la première chez les moins de 18 ans. En mars 2019, j'ai terminé 12e des Championnats du monde juniors, mais première dans ma classe d'âge, celle des 2002.

Te voilà prête à disputer les JOJ de Lausanne 2020 !

Depuis toute petite, mon rêve, c'est de ramener une médaille des Jeux Olympiques. Quand j'avais six ans, Pierre Vaultier a gagné son premier titre en snowboard cross aux JO et sa station de Serre-Chevalier avait organisé une fête pour son retour, j'ai vu sa médaille et j'ai dit à mes parents : "un jour je ramènerai une médaille olympique". Quand j'ai su que j'allais probablement disputer les JOJ, je me suis dit que c'est cela que je voulais faire de ma vie ! Mon objectif, c'est de me placer dans le top 3 à Villars sur Ollon où se dérouleront les compétitions de ski cross des JOJ. Après, en fonction de mes résultats, mon objectif et de disputer les Jeux de 2022 à Beijing. Je souhaite aller le plus loin possible en ski cross et réaliser mon rêve de ramener une médaille olympique.


As-tu été inspirée par d'autres athlètes ?

Tout d'abord, Alizée Baron, j'aimerais bien avoir le même parcours qu'elle, et il y a aussi Marielle Berger Sabbatel, ce sont les deux filles qui évoluent en équipe de France. Elles sont mes modèles, et elles sont très accessibles. On s'entraîne avec elles, et elles n'hésitent pas à venir me voir et même à me donner des conseils. J'aimerais bien aussi connaître la même longévité qu'Ophélie David qui a disputé les Jeux de 2018 à 41 ans.

Qu'attends-tu de ces JOJ de 2020 ?

D'abord m'amuser, parce que je pratique ce sport pour ça, pour l'ambiance, et cela m'apportera une expérience supplémentaire. L'année dernière, les Championnats du monde juniors m'avaient déjà appris beaucoup de choses, je n'avais jamais participé à un événement aussi important, j'avais adoré. Et les JOJ, c'est encore plus fort pour moi puisqu'ils merapprochent de mon rêve ! Gagner une médaille olympique, c'est à la fois le but de ma carrière sportive et un rêve de petite fille.

back to top En