skip to content
IOC
Date
23 nov. 2018
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Buenos Aires 2018, Boxe
Buenos Aires 2018

Russie, Grande-Bretagne et Thaïlande au top sur le ring à Buenos Aires 2018

Avec quatre podiums chacun, les trois pays ont été les plus médaillés des épreuves de boxe des JOJ 2018. La Russie s'est particulièrement distinguée avec trois titres et une médaille d'argent.



Les écoles de boxe russe, britannique, mais aussi thaïlandaise se sont mises en valeur sur le ring du pavillon de pavillon de l'Asie, où un nombreux public a assisté à la chasse aux médailles dans treize catégories de poids, neuf masculines et quatre féminines.

Côté russe, Ilia Popov (super-légers hommes), Aleskei Dromov (super-lourds hommes) et Anasasiia Shamonova (poids moyens femmes) ont touché de l'or, auquel s'ajoute une médaille d'argent pour Ruslan Kolesnikov (lourd-léger hommes). Pour l'équipe de Grande-Bretagne, Sara Caroline Dubois (poids léger femmes), Ivan Price (poids mouche hommes) et Karol Itauma (mi-lourds hommes) ont gagné leur finale. Une quatrième médaille, en bronze, a été remportée par Hassan Hazim chez les super-légers. Enfin, du côté des nations qui se sont adjugé plus d'un titre, la Thaïlande a pu compter sur Panpatchara Somnuek (poids plume femmes) et Atichai Phoemsap (poids légers hommes). L'équipe du sud-est asiatique a elle aussi comptabilisé quatre podiums avec les médailles d'argent de Sarawut Sukthek (poids mouche hommes) et de bronze de Weerapon Jongjoho (poids moyens hommes).

Les autres titres de ces JOJ 2018 sont revenus à l'Ouzbek Abdumalik Khalokov (poids coq hommes), à l'Italienne Martina La Piana (mouche femmes), à l'Argentin Brian Augstin Arregui (poids mi-moyens hommes), au Brésilien Keno Machado (poids moyens hommes) et au Kazakh Aibek Oralbay (poids lourds hommes).

 

IOC

Le travail attentif de détection de nouveaux talents et la participation systématique aux tournois internationaux ont ouvert la voie aux excellents résultats de la Russie, qui s'est affirmée comme la meilleure nation de la boxe à Buenos Aires 2018 avec ses trois titres et sa médaille d'argent. "Nous continuons à nous battre", a souligné Viktor Farhutdinov, entraîneur chef de l'équipe russe. "Nous essayons de participer à tous les tournois du monde. S’il y a une compétition, nous faisons de notre mieux pour y être présents : Japon, Thaïlande, Inde… Nous sommes prêts à faire nos valises."

“Il y a un an et demi, nous avons procédé à quelques changements dans la gestion et dans l'équipe nationale, et la préparation a été améliorée. C’est très probablement la raison de cette belle performance." Les médaillées d'or Aleksei Dronov et Anastasiia Shamonova ont confirmé les titres mondiaux juniors qu'ils avaient remportés deux mois auparavant à Budapest, tandis qu'Ilia Popov a finalement obtenu sa place sur la première place du podium, après avoir été battu dans sa finale des championnats du monde juniors.

IOC
La Grande-Bretagne se distingue également

La seule finale perdue par les Russes, a été celle des mi-légers hommes, où le Britannique Karol Itauma a battu le champion du monde junior Ruslan Kolesnikov (4-1). Il s'agissait d’une belle revanche pour Itauma, puisque le Russe l'avait vaincu aux championnats d'Europe juniors 2018. La victoire d’Itauma a permis à la Grande-Bretagne de remporter elle aussi trois médailles d’or dans la capitale argentine.

"La boxe britannique est au top en ce moment", a observé Karol Itauma. "Nous avions autrefois une semaine de préparation, mais maintenant il s'agit de six bonnes semaines. Cela permet de créer des liens au sein de l'équipe. Tout s'additionne. Il n’est plus seulement question d'une démarche individuelle. Vous savez que vous êtes seul sur le ring, mais toute une équipe vous soutient. Cela contribue à améliorer votre expérience globale. "

IOC

L'absence de Cuba, puissance traditionnelle de la boxe olympique, a entraîné une présence plus variée sur les podiums. Dix-neuf CNO ont compté au moins un/une médaillé(e) dans les treize catégories. Cuba n’avait pas participé au tournoi de qualification organisé aux États-Unis ce qui a entraîné l'absence de ses boxeurs. "Dommage qu'ils ne soient pas là", a regretté Farhutdinov. "Ils ont de très forts athlètes, et nous organisons parfois des stages de boxe ensemble. Mais nous n’avons pas peur d’eux.".

Dans un pavillon d'Océanie qui n'a pas désempli, les fans locaux ont eu de quoi se réjouir, lorsqu'en finale des poids mi-moyens hommes, l'Argentin Brian Agustin Arregui s'est imposé face au Marocain Yassine Elouarz, dédiant sa victoire à sa fille présente dans les tribunes. L’Argentine a également remporté deux médailles de bronze au dernier jour de compétition, avec Mirco Jehiel Cuello en poids coq hommes et Oriana Saputo en poids léger femmes.

back to top En