skip to content

Russie-Etats Unis en hockey : toute un histoire !

La rivalité entre Russie et Etats-Unis en hockey sur glace va écrire un nouveau chapitre de son histoire samedi 15 février sur la glace du palais Bolchoi, alors que le souvenir du célèbre « Miracle on Ice » des Jeux de Lake Placid en 1980 reste bien présent. En route pour un match au sommet !



Les Etats-Unis, pays de la NHL -avec le Canada-, finalistes malheureux à Vancouver en 2010, contre la Russie, superpuissance du hockey mondial, éliminée en quart de finale il y a quatre ans. Ce match au sommet du groupe B a lien samedi 15 février dans le Dôme de glace Bochoï à partir de 16h30 locales. La première place de la poule est en jeu.

Les Russes, attendus par tout un peuple, visent le titre. Et rien d'autre. D'autant plus que depuis les Jeux d'Albertville en 1992, alors qu'elle participait sous la bannière de l'Equipe Unifiée, la Russie n'a pas réussi à décrocher l'or. Elle s'est contentée de l'argent en 1998 et du bronze en 2002. Avant cela, la « Machine rouge » avait presque tout raflé. Depuis les Jeux d'Innsbruck en 1964, l'URSS a remporté sept des huit médailles d'or olympiques.

Sept sur huit ? A Lake Placid en 1980, se déroule une finale qui passera à la postérité sous le titre « Miracle on Ice » (le Miracle sur la glace) L'équipe américaine, composée de joueurs universitaires de 21 ans de moyenne d'âge, vient à bout (4-3) de la puissante URSS des Tretiak, Vassiliev, Makarov, Kharlamov... Un exploit sans précédent, qui a inspiré à Hollywood un téléfilm ("Miracle on Ice", 1981), un film ("Miracle", 2004) et un documentaire (produit par HBO en 2001). Selon le magazine de sport américain « Sports Illustrated », le « Miracle on Ice » est le plus grand moment de sport du 20e siècle.

Tretiak : «  une bonne leçon »

Le lien est maintenant ténu entre les équipes qui s'affronteront samedi dans le Palais des glaces Bolchoï et celles de 1980. La plus grande star Russe Alex Ovechkin l’est tout autant dans le championnat professionnel nord-américain. Vladislav Tretiak, le gardien légendaire de l'URSS, qui a allumé la flamme olympique lors de la cérémonie d'ouverture à Sotchi, est désormais le président de la Fédération russe de hockey. Côté Etats-Unis, le défenseur Ryan Suter (Minnesota/NHL) est le fils de Bob, défenseur de l'équipe américaine de 1980. « J'ai appris tout ça grâce à mes professeurs, explique Ryan. Mon père change toujours de sujet et il me parle de mes enfants ou de mon dernier match. Il est très fier, mais il est plutôt du genre humble et silencieux (sur lui-même). »

Tretiak, triple médaillé d'or, a désormais digéré et en a tiré une « bonne leçon »:  « Cela nous a appris à avoir du respect. Nous ne respections pas les Américains à l'époque. En 1984, nous avons rectifié notre erreur », ajoute Tretiak. Avec l'or de Sarajevo, l'URSS puis l'Equipe unifiée étaient reparties pour trois titres consécutifs.

Depuis 1980, Russie et Etats-Unis se sont affrontés cinq fois aux JO (trois victoires russes pour un succès américain et un nul)

back to top En