skip to content
Date
21 févr. 2006
Tags
Turin 2006 , Patinage de vitesse , Actu CIO , Italie

Rien n'arrête Fabris qui patine vers des succès sans précédent

L’Italie remporta sa première médaille olympique en patinage de vitesse grâce à Enrico Fabris, qui décrocha le bronze sur le 5 000 mètres. Il affichait plus de 3,5 secondes de retard sur le vainqueur, Chad Hedrick, mais les supporters locaux l’acclamèrent comme un champion. Ils ignoraient que les exploits de Fabris n’en étaient qu’à leurs débuts.


Fabris était un policier de 24 ans originaire de Vicence, dont la carrière sportive avait décollé au moment idéal. Un mois avant les Jeux Olympiques d’Hiver, il avait remporté le Championnat d’Europe, devenant le premier champion italien toutes catégories. Et désormais, inspiré par les ovations de son public, il se sentait plus confiant que jamais.

Cinq jours plus tard, il faisait partie de l’équipe italienne qui disputait la finale de la poursuite par équipe. L’épreuve faisait ses débuts olympiques et l’Italie devait sa qualification en finale à un coup de chance. Lors de la demi-finale, Fabris et ses coéquipiers avaient talonné les Néerlandais jusqu’à la chute de Sven Kramer, qui leur avait permis de prendre le dessus et de remporter la victoire.

Le jour de la finale, les Italiens s’élancèrent dès le départ en tête de la course, devant les Canadiens, avant que ces derniers ne parviennent à combler l’écart. Une fois encore, Fabris et ses compatriotes furent poussés par les encouragements de leurs supporters et, redoublant d’efforts, ils réussirent à s’imposer avec près de trois secondes d’avance sur leurs rivaux, offrant à l’Italie sa toute première médaille d’or en patinage de vitesse.

Rien ne pouvait plus arrêter Fabris. Sa dernière épreuve était le 1 500 mètres, où il dut se mesurer aux favoris américains Shani Davis et Chad Hedrick, détenteurs du record mondial et du titre mondial toutes catégories. Les pronostics penchaient nettement en faveur de ces deux athlètes.

Relativement lent sur les premiers 700 mètres, Fabris passa ensuite à la vitesse supérieure et termina la course à toute allure pour enregistrer un chrono de 1.45.97. Hedrick ne parvint à faire mieux, ni Davis - pour la plus grande joie du public local - qui accusa 0,16 seconde de retard. Fabris venait de remporter sa seconde médaille d’or de ces Jeux, cinq jours après la première. Il quitta Turin avec deux médailles d’or et une de bronze : de loin le butin le plus étincelant de sa carrière.


back to top En