skip to content
Date
26 févr. 2019
Tags
Actualités Olympiques, Beijing 2022, Héritage
Beijing 2022

Retour vers le futur à Beijing pour trois champions olympiques brésiliens

Les médaillés d'or 2008 Cesar Cielo (natation), Marianne Steinbrecher (volleyball) et Maurren Maggi (athlétisme), qui ont écrit l'histoire sportive du Brésil, étaient de retour dix ans plus tard sur les lieux de leurs exploits. Ils étaient invités à observer les transformations des arènes de leurs exploits en sites des Jeux d'hiver de 2022. Et ce qu'ils voient les émerveille ! 


Samedi 16 août 2008 dans la matinée, piscine du centre national aquatique de Beijing, connu sous le nom de "Cube d'eau" : Ligne 4, Cesar Cielo se détache irrésistiblement de la meute en finale du 50m nage libre. Il parcourt la distance en 21.30, record olympique, et bat deux Français : Amaury Leveaux à 15/100e et Alain Bernard à 19/100e. Premier et resté à ce jour le seul champion olympique brésilien de natation, il va pleurer à chaudes larmes, en sortant du bassin comme sur le podium en voyant monter son drapeau.

Samedi 23 août 2008 en soirée, Palais omnisports de la capitale. Le jour de ses 25 ans, l'attaquante Marianne Steinbrecher est un élément essentiel de la formation brésilienne de volleyball qui remporte la première médaille d'or olympique de son histoire en battant les États-Unis 3 sets à 1. Elle efface ainsi brillamment la déception des Jeux d'Athènes en 2004, quand son équipe avait été battue dans le match pour le bronze par Cuba et avait terminé à la 4e place.

Dimanche 24 août 2008 en fin d'après-midi, Stade national de Beijing, connu sous le nom de "Nid d'oiseau". Maurren Higa Maggi est la 9e concurrente à s'élancer pour le premier essai dans la finale du saut en longueur féminin. Grosse course d'élan, prise d'appel parfaite, énorme saut mesuré à 7,04m. Le concours est déjà terminé. Elle rate ses essais suivants, sauf le 5e mesuré à 6,73m. Qu'importe, personne ne dépasse ensuite les 7m. La Nigériane Blessing Okagbare prend l'argent avec 6,91m et la Jamaïcaine Chelsea Hammond le bronze avec 6,79m. Aucune Brésilienne n'avait jusqu'alors remporté l'or olympique en athlétisme. Aucune autre ne l'a fait ensuite.

Cesar Cielo | ©Getty Images
Le "Cube d'eau" devient le "Cube de glace"

Dix ans plus tard, ces trois champions entrés de plain-pied dans la légende du sport brésilien étaient de retour sur les lieux de leurs exploits. Ils sont invités à visiter les sites où ils ont tant de souvenirs, et à observer avec beaucoup d'enthousiasme leur transformation pour une nouvelle utilisation olympique à l'occasion des Jeux d'hiver 2022. Mais il en est un qui ne changera pas :        le Nid d'oiseau où se dérouleront les cérémonies d'ouverture et de clôture. Maurren Maggi en connaît un rayon dans ce domaine : elle a été la porte-drapeau brésilienne lors de la clôture en 2008, effectuant son tour de piste avec un immense sourire. "10 ans ont passé ! Et je suis là, à nouveau", dit-elle en sanglotant. "C'est un moment dont j'ai rêvé durant toutes ces années. C'est comme une maison pour moi. Le stade a été conservé dans un état parfait."

Marianne Steinbrecher | ©Getty Images

Le Cube d'eau a déjà changé de nom. Sur sa célèbre façade est désormais écrit "Cube de glace". À l’intérieur, il est transformé : le bassin de 50m où Cielo avait signé le record olympique du 50m laisse la place à des pistes de glace ("rinks") destinées aux tournois de curling des Jeux 2022. "On peut penser que c'est très facile de changer l'eau en glace", dit le recordman du monde de la distance (20.91 en 2009). "Mais en fait, ça n'est pas si simple, alors observer tous ces changements, c'est particulièrement excitant. C'est une façon pérenne d'administrer un site et d'apprendre comment l'utiliser au mieux."

Le Palais omnisports de la capitale est une imposante arène construite en 1968 et totalement rénovée 40 ans plus tard pour devenir le théâtre des compétitions olympiques de volleyball. Il fait à nouveau peau neuve, devenant lui aussi un "palais des glaces", où se disputeront en 2022 les épreuves de patinage artistique et de patinage de vitesse sur piste courte.

Maurren Maggi | IOC

Héritage

Cielo, Maggi et Steinbrecher étaient enfin invités à visiter un nouveau site en construction : l'anneau de patinage de vitesse. "C'est une partie de l'héritage", note le journaliste de Rede Globo Carlos Gil, qui fait partie du voyage. "C'est important de planifier l'après Jeux Olympiques. Il est par exemple certain que ces lignes de train à grande vitesse seront très utiles pour la population. Tout est ici sur les rails et sera prêt vers la fin 2019-début 2020. Je suis convaincu que Beijing et la Chine vont livrer des Jeux d'hiver très spéciaux et mémorables".

Je suis convaincu que Beijing et la Chine vont livrer des Jeux d'hiver très spéciaux et mémorables. Marianne Steinbrecher

Même son de cloche des champions olympiques émerveillés par ce qu'ils ont vu. "Je suis persuadée que la Chine va accueillir avec succès les Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver 2022", dit Marianne Steinbrecher. "Je souhaite tout le meilleur aux athlètes et au public", ajoute Cesar Cielo. "Pour nous c'est très important. Nous nous sentons à la maison ici. Nous avons notre public. Et je compte bien revenir ici avec le public pour assister à nouveau aux Jeux Olympiques." Maurren Maggi conclut : "Bonne chance à la Chine ! On se retrouve en 2022 !"

back to top En