skip to content

Retour spectaculaire du golf sur la grande scène olympique

Pour les premiers tournois de golf olympiques organisés en 112 ans, le dernier tour de la compétition masculine a donné lieu à une formidable empoignade entre le Britannique Justin Rose, finalement vainqueur au dernier trou, et le Suédois Henrik Stenson. Chez les dames, la golfeuse de la République de Corée Inbee Park a succédé à Margaret Abbott (championne à Paris en 1900) en prenant les commandes dès le 2e tour de sa compétition.

C’est parti très fort sur le parcours de Barra de Tijuca dès le 8 août : le Britannique Justin Rose a réussi le premier trou en un dans l’histoire des Jeux, sur le par 3 du trou n° 4 lors du premier tour de la compétition. Grâce à ce coup de 172 m, le vainqueur de l’US Open 2013 a marqué de son empreinte le premier tournoi olympique de golf en 112 ans ! « Quand vous êtes le premier à réaliser quelque chose, personne ne pourra jamais vous l’enlever. Ça a définitivement été un moment merveilleux », a sobrement commenté Justin Rose. Mais Rose ne s’est pas arrêté là.

Golf © Getty Images

À la fin de ce premier tour historique, l’Australien Marcus Fraser avait pris les commandes avec un parcours en 63 coups, soit huit sous le par. Rose était posté au 4e rang, à 4 coups. Au 2e tour, Fraser a conservé son écart en passant à 10 coups sous le par (un total de 132). Justin Rose était toujours à 4 coups. En rendant une carte de 65 au 3e tour, Rose a pris la tête de la compétition, devant le Suédois Henrik Stenson, à un coup. Tout était en place pour un final extraordinaire.

Au départ de l’ultime manche le 14 août, les deux joueurs se sont lancés sur le parcours avec Marcus Fraser. Rapidement, ce dernier lâchait prise et laissait le Suédois, n° 5 mondial et joueur le mieux classé du champ, en découdre avec le Britannique, 12e mondial. Au trou n° 13, Stenson prenait l'avantage en profitant d’un bogey de Rose sur ce par 4, où l’Anglais échouait un putt d’un peu moins de 2 m. Mais dès le trou suivant, c’est le Suédois, vainqueur du dernier British Open, qui concédait un bogey et laissait l’Anglais revenir à égalité grâce à un putt rentré de près de 5 m.

Golf © Getty Images

Dans la foulée, au 15, Stenson égarait son 2e coup, alors que Rose plantait au drapeau et se laissait un court putt pour un birdie. Qu’il réussissait pour prendre une longueur d’avance sur son concurrent. Scénario inverse au 16 : le 2e coup au drapeau de Stenson mettait la pression sur Rose, qui ratait son entrée et restait à 7 m du trou quand son adversaire n’avait qu’un putt de 1 m. Résultat, les deux hommes se retrouvaient de nouveau à égalité au départ du 17. Ils réussissaient tous deux le par et tout allait donc se jouer sur l’ultime trou du dernier tour...

Stenson manquait son approche et permettait à Rose de se donner un putt facile pour un birdie et la victoire. Manifestement décontenancé par la situation, Stenson avait besoin de trois putts pour finir son parcours sur un bogey quand Rose rentrait son birdie sans trembler, avant d’exploser de joie. Au terme d’une magnifique remontée, Kuchar a terminé 3e, à trois coups du vainqueur.

« Oh mon Dieu ! C’est plus fort que tout ce que j’ai jamais gagné ! C’est le meilleur tournoi de ma vie ! » s’est exclamé Justin Rose, fou de bonheur. « J’ai senti une sorte de croisement magique entre un tournoi de golf et le carnaval, incroyable ! »

« Y arriver au dernier trou au moment où j’en avais besoin, c’était merveilleux ! Et j’espère que nous avons montré au Brésil ce qu’est le golf. Je suis heureux que ça ait été aussi serré. Pas pour mes nerfs, pour le golf ! » a ajouté Justin Rose, qui marque ainsi l’histoire en devenant le premier champion olympique de son sport, 112 ans après le Canadien George Lyon à Saint-Louis en 1904.

Golf © Getty Images

Henrik Stenson explique qu’il n’a pas réussi à jouer à son meilleur niveau tout au bout du suspense. « Il était certain que ce serait un dur combat, et ça s’est effectivement joué sur les derniers coups. Justin a été un meilleur joueur aujourd’hui. Il y avait une fantastique atmosphère ».

Victoire historique de Inbee Park, 116 ans après Margaret Abbott

Inbee Park, chef de file du contingent de la République de Corée aux Jeux de Rio 2016, a répondu aux espoirs de tout un peuple et décroché le 20 août la médaille d’or, devenant la première championne olympique de golf depuis l’Américaine Margaret Abbott en 1900.

Le 4 octobre 1900 sur le parcours de 9 trous de Compiègne, à 80 km de Paris, Margaret Abbott avait remporté le « Prix de la ville de Compiègne » dans le cadre des 2es Jeux Olympiques de l’ère moderne organisés dans la capitale française. Ces Jeux coïncidaient avec l’Exposition Universelle de Paris, qui avait un retentissement plus important à l’époque. Elle était devenue sans le savoir la première championne olympique américaine et la seule médaillée d’or du golf féminin. Elle s'est éteinte le 10 juin 1955, sans connaître son rôle majeur dans l’histoire sportive de son pays.

Golf © Getty Images

116 ans après, Inbee Park, n’ignore pas la portée historique de son exploit. Elle triomphe sur le parcours de Barra de Tijuca et inscrit à son tour son nom dans la légende.

En tête depuis la fin du deuxième tour (elle n’était qu’à un coup de la Thaïlandaise Ariya Jutanugarn, première leader après le parcours initial), Park a terminé sur une dernière carte de -5 pour compter cinq coups d’avance sur la Néo-Zélandaise et n° 1 mondiale Lydia Ko qui s’adjuge la médaille d’argent, et six coups sur la Chinoise Feng Shanshan, n° 14 qui termine ce tournoi en bronze. « Je me sens très honorée et fière d’avoir gagné une médaille d’or historique aux Jeux Olympiques. C’est vraiment incroyable. Je suis si heureuse d’être montée sur la plus haute marche du podium », a déclaré Park.

Golf © Getty Images

En général impassible, elle a laissé paraître son émotion sur le green, les deux bras levés au ciel, au moment où son ultime putt, synonyme de victoire, a roulé dans le trou. « J’ai gagné beaucoup de tournois, mais jamais je n’avais ressenti ce que j’ai ressenti ici », a confié l’ancienne n° 1 mondiale, qui ajoute ainsi le titre olympique à son impressionnant palmarès fort notamment de sept Majeurs.

Sa victoire sans bavure confirme la domination dans le golf international féminin de la République de Corée, seule nation représentée par quatre joueuses à Rio. Lydia Ko, elle-même d’origine coréenne, n’a pas réellement menacé Park lors du dernier tour, mais elle a signé un birdie au 18 qui lui a permis d’éviter un périlleux play-off contre la Chinoise Feng.

« À la fin du 2e jour, je n’étais pas dans la meilleure position (22e à 7 coups de Park). Mais en jouant bien les deux derniers jours, j’en suis arrivée là. Je suis si fière de moi et de l’équipe d’avoir décroché cette médaille ! C’est un immense honneur. » Âgée seulement de 19 ans, Ko assure avoir rêvé d’une médaille olympique depuis toute petite alors, ce samedi, « c’est un rêve qui se réalise. »

Ses chances de monter un jour sur un podium aux Jeux étaient a priori proches de zéro jusqu’au 9 octobre 2009 (Lydia Ko était alors une jeune prodige du golf âgée de 12 ans), quand le CIO a décidé la réintroduction du sport au programme lors de sa 121e session à Copenhague. Et chez les femmes à Rio, toutes les meilleures avaient manifestement fait le même rêve que Ko. Apparemment, aucune n’en avait rêvé aussi fort que Park !
back to top En