skip to content
Getty Images
Date
05 avr. 2019
Tags
Actualités Olympiques, Curling, Italie
Actualités Olympiques

Rencontre avec l'équipe qui fait grandir le curling en Italie

Le skip Joel Retornaz et l'équipe d'Italie ont fait découvrir le curling à leurs compatriotes lors des Jeux de Turin en 2006. Ils étaient de retour treize années plus tard à PyeongChang et même s'ils n'ont pas atteint pas la phase finale, ils sont repartis de République de Corée avec plus d'expérience et des rêves de grandeur plein la tête, décidés à faire grandir leur sport et à briller lors des prochains Jeux Olympiques !

Il n'y avait pas de culture du curling en Italie avant les Jeux de Turin en 2006. Un sport quasi inconnu dans la péninsule. Mais tout a changé lors du tournoi olympique disputé il y a 13 ans dans la petite ville de Pinerolo, toute proche de la frontière suisse. En effet, la première équipe italienne à participer aux Jeux d'hiver, automatiquement qualifiée, plus "amateure" que "professionnelle" déjà skippée par Joel Retornaz et qui comptait dans ses rangs l'actuel directeur technique Marco Mariani, y a signé quelques victoires qui ne sont pas passées inaperçues.

Getty Images

La formation comprenant aussi Fabio Alvera, Gian Paolo Zandegiacomo et Antonio Menardi a battu l'Allemagne, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et surtout... le Canada, futur vainqueur du tournoi. Elle a obtenu une méritoire septième place. Grâce à la diffusion télévisée de ses rencontres en "prime time", des millions d'Italiens ont entendu parler du curling pour la toute première fois.

L'Italie ne s'est pas qualifiée pour les Jeux de Vancouver 2010 et de Sotchi 2014, mais elle gagne son billet pour ceux de PyeongChang 2018 lors d'un tournoi olympique de qualification disputé en décembre 2017, rejoignant les nations qui ont obtenu leur ticket au moment des Championnats du monde 2016 et 2017. À PyeongChang, le skip est toujours Joel Retornaz, véritable pionnier du curling italien. Il est accompagné d'Amos Mosaner, de Simone Gonin, de Daniele Ferrazza et d'Andrea Pilzer. Marco Mariani est devenu directeur technique, et l'entraîneur de l'équipe est le Suédois Soren Gran.

Getty Images

Dans le centre de curling de Gangneung, Joel Retornaz et son équipe ne seront jamais battus de beaucoup, et ne gagneront pas non plus largement. Ils signent un bel exploit en battant 10-9 les États-Unis emmenés par John Shuster, qui iront ensuite jusqu'à la médaille d'or en venant à bout de la Suède. Ils dominent la Suisse 7-4 mais cèdent face au Canada (3-5), la République de Corée (6-8), le Danemark (4-6), le Japon (5-6), la Grande-Bretagne (6-7) et la Suède (3-7). Déjà éliminés, ils jouent leur dernier match face à la Norvège et s'imposent 6-4. Une victoire de prestige pour terminer.

Getty Images

Toute l'équipe se retrouve ensuite pour célébrer sur la place des médailles quand Sofia Goggia reçoit sa médaille d'or de la descente. "Je garderai le souvenir de nos très bons débuts, comment on est arrivés à une telle vitesse si proche des meilleures équipes et je vois cela comme le début de quelque chose de très bon augure pour l'avenir," confie Soren Gran.

Getty Images

"Nous voulons faire plus. Nous avons quelque chose à développer. Et on essayera de faire ce qu'il faut pour la prochaine étape. Une médaille dans quatre ans ? Peut-être, peut-être pas, mais on va essayer. C'est maintenant notre objectif. On ne joue pas au curling pour l'argent, on joue pour l'émotion", ajoute Marco Mariani. "Je veux emmener cette équipe pour une autre aventure, à d'autres Jeux, et les membres de l'équipe pensent déjà à ce qu'ils peuvent faire, ce qu'ils doivent faire pour donner au curling italien une autre chance. Pour moi, l'avenir commence aujourd'hui, on a beaucoup de potentiel pour avoir la chance de participer dans quatre an, d'aller en play-offs et bien sûr de remporter la médaille d'or !"

Neuf mois plus tard, lors de sa onzième participation aux Championnats d'Europe, à Tallinn (Estonie), Joel Retornaz remporte une médaille de bronze attendue depuis 40 ans en Italie sur une victoire 8-6 face à l'Allemagne, dans une formation où figurent ses camarades olympiens, Amos Mosaner et Simone Gonin.

back to top En