skip to content
Date
21 juil. 1952
Tags
Helsinki 1952

Remigino vainqueur du sprint le plus serré de l'histoire

Grâce à la technologie, il est devenu plus facile de déterminer les vainqueurs des courses lors des Jeux Olympiques de l’ère moderne. Aujourd’hui, il y a le ralenti, des graphiques de chronométrage virtuel, des photos d’arrivées limpides et le chronométrage électrique au centième de seconde.


Mais en 1952, il en va tout autrement, surtout pour la finale du 100m masculin, une course qui a peut-être donné lieu à l’arrivée la plus serrée de toute l’histoire de l’épreuve. Six hommes ont en effet franchi la ligne ensemble, comme en témoigne le cadre étroit de la photo d’arrivée. À y regarder d’un peu plus près, deux d'entre eux sont légèrement derrière et donc hors course pour le podium. Deux autres sont à un cheveu de la ligne et se battent donc pour le bronze. Quant aux deux derniers, ils semblent avoir franchi la ligne en même temps, sans qu’il soit possible de les départager. Lorsqu’on annonce l’écart, la marge victorieuse est infime.

Lindy Remigino aurait pu cependant ne pas être présent à Helsinki. Prénommé Lindy, en hommage à l’aviateur Charles Lindbergh, l’Américain ne figurait pas parmi les trois premiers coureurs du 100m de son pays. S’il est finalement sélectionné, c’est parce que l’un de ses adversaires s’est blessé et qu’un autre a choisi de se concentrer uniquement sur le 200m.

Remigino va saisir sa chance. Il se qualifie aisément pour la finale ; au cours de laquelle il est nettement en tête aux 80m. Soudain, dans le feu de l’action, il commence à se relever trop tôt et ralentit légèrement en se dirigeant vers la ligne. À ses côtés, le Jamaïcain Herb McKenley a comblé son retard et semble même dépasser Remigino sur le fil.

Ce dernier est convaincu d’avoir offert la victoire au Jamaïcain. Il le félicite même, mais cette remarquable photo va raconter une histoire différente. L’épaule droite de Remigino est placée un ou deux centimètres devant la poitrine de McKenley, et ce mince écart suffit à attribuer l’or à l’Américain.

Les deux hommes sont crédités de 10’’4, tout comme le troisième, Mac Bailey. Le quatrième, Dean Smith, hérite lui aussi du même temps, ce qui doit en faire l’un des participants olympiques les plus malchanceux : il est privé de podium après avoir réussi le même chrono que le champion olympique du 100m !

back to top