skip to content
Date
14 août 2008
Tags
Actu CIO

Ravis de vous rencontrer Alyssa


Entretien de www.olympic.org avec Alyssa Roenigk, journaliste à ESPN The Magazine
 
Vous avez dit grands événements sportifs ? La journaliste d'ESPN The Magazine Alyssa Roenigk les a tous suivis : le Grand Prix d'Italie, les Jeux de l'extrême, le Super Bowl, l'US Open de tennis et, maintenant, les Jeux Olympiques. Son travail de journaliste lui fait faire le tour du monde et rencontrer les meilleurs athlètes de la planète. Ces Jeux étant ses premiers en tant que représentante des médias, nous avons pensé qu'il serait intéressant de la rencontrer.
 
Pourquoi les Jeux Olympiques sont-ils si populaires à votre avis ?
Selon moi, c'est avant tout une question de fierté nationale. Et aussi parce que les Jeux sont l'un des rares événements sportifs où David peut véritablement battre Goliath. Les Jeux parlent autant d'histoires personnelles que de compétition. Et cela donne des émissions de télévision passionnantes.
 
Si vous pouviez prendre la place d'un athlète, qui choisiriez-vous et pourquoi ?
Tyson Gay, pendant 9"76. Parce que j'aimerais savoir ce que l'on ressent lorsque l'on est l'homme le plus rapide de tous les temps.
 
Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans votre travail ?
Les voyages. Je fais le tour du monde, je rencontre des gens intéressants et je raconte leurs histoires.
 
Qu'est-ce que cela fait d'être une femme dans un milieu d'hommes ?
Je pense que le plus dur est de "gérer" ce que les autres pensent de vous. Beaucoup d'hommes pensent qu'être une femme me simplifie la vie, que les interviews sont plus faciles à décrocher, que les athlètes me parlent plus facilement et que lorsque je suis dans les vestiaires, ils viennent vers moi parce que j'ai l'air différent. Honnêtement, tout cela est vrai parfois. Parfois aussi, on m'appelle "la petite dame" dans les salles de presse, on me chahute dans les vestiaires, on m'en interdit l'accès parce que je n'ai pas l'air d'y être à ma place, ou encore mes collègues me traitent comme une étrangère. Il vaut mieux avoir la peau dure. J'ai appris qu'il n'y avait rien de personnel dans ce type de comportement.
 
Des anecdotes intéressantes ?
Lorsque je suis rentrée aux États-Unis après les Jeux de Turin, j'ai suivi les champions olympiques de snowboard Hannah Teter et Shaun White lors des émissions auxquelles ils étaient invités. Il était intéressant de constater à quel point les journalistes en savaient peu sur ces athlètes. Un présentateur a même demandé à Hannah ce qu'elle pensait de sa victoire alors que sa coéquipière était tombée près de la ligne d'arrivée (or c'était dans une autre épreuve). De même, il était évident que les deux athlètes s'étaient retrouvés un peu coupés du reste du monde à Turin. Pourtant cela n'a pas empêché les présentateurs de leur poser des questions sur des sujets aussi stupides que le vol d'un chien à l'Exposition canine de Westminster.
Tags Actu CIO
back to top