skip to content
Innsbruck 1976

Raisa Smetanina entame sa moisson olympique dorée

C’est peut-être un passage obligé pour les fondeurs, mais pour parvenir à la grandeur sportive, Raisa Smetanina a suivi un chemin long et tortueux. Personne ou presque toutefois n’a fait mieux dans les annales des Jeux Olympiques d’hiver. Tout a commencé en 1976 à Innsbruck.


Raisa Smetanina, 23 ans, professeur d’éducation physique originaire de Mokhcha, en république de Komi, au nord-ouest de l’Union soviétique, récolta deux médailles d’or dans les épreuves de ski nordique, première levée d’une moisson impressionnante : elle deviendra la première femme à gagner dix médailles olympiques, soit quatre d’or, cinq d’argent et une de bronze.

Le ski de fond est un sport difficile. Les courses sont disputées sur des distances de cinq, 10 et 20 km contre la montre et dans les compétitions individuelles, les concurrents partent toutes les 30 secondes.

Le sport comprend les courses classiques, où les skieurs utilisent un pas alternatif, et les courses de style libre, plus rapides et sans aucune restriction technique. Les concurrents choisissent leurs skis et le fartage en fonction de la météo – tout est géré par ordinateur aujourd’hui – et si un skieur est dépassé, il doit céder le passage alors que celui qui double doit crier « Piste ! ».

Étant donné sa profession, Raisa Smetanina avait fort logiquement l’endurance requise pour triompher autant de fois en ski nordique. Mais il s’agit en même temps d’une discipline très exigeante : deux ans après Innsbruck, Raisa tomba ainsi d’épuisement lors d’une course de Coupe du monde !

Avant les Jeux, son seul succès notable avait été une médaille d’or dans le relais 4x5 km des Championnats du monde de ski nordique de 1974 à Falun, en Suède. Mais c’est dans la station autrichienne qu’elle entama son odyssée olympique en obtenant l’argent dans le 5 km, ratant la médaille d’or pour à peine plus d’une seconde.

Elle monta ensuite sur la plus haute marche du podium du 10 km classique féminin, qu’elle boucla en 30’13’’41 après avoir mené quasiment mené de bout en bout. Accusant 47’’ de retard, la Finlandaise Helena Takalo prit ensuite sa revanche dans le 5 km, dépassant de peu sa rivale soviétique.

Raisa Smetanina était aussi membre du relais soviétique qui triompha dans le 4x5 km style libre en 1h07’49’’75, battant de moins d’une seconde la Finlande. Elle repartit de ces Jeux comme l’athlète la plus titrée, à égalité avec l’Allemande de l’Ouest Rosi Mittermaier.

Elle obtint d’autres lauriers aux Championnats du monde de ski nordique FIS, gagnant quatre médailles d’or sur 20 km et dans le relais 4x5 km, quatre médailles d’argent et autant de bronze dans le 4x5 km, le 5 km et le 20 km, ainsi que trois autres médailles d’or au Festival du ski de Holmenkollen.

En 1979, Raisa Smetanina reçut la médaille de Holmenkollen, la plus haute distinction du ski nordique, avant d’être décorée de l’Ordre de l’amitié des peuples de la Fédération soviétique de Russie en 1984.

La prof de gym allait participer à quatre nouvelles éditions des Jeux d’hiver, représentant l’Union soviétique à trois autres reprises, puis l’équipe unifiée de l’ère post-soviétique en 1992 à Albertville. C’est en France qu’elle gagna son ultime médaille, dans le relais 4x5 km, moins de quinze jours avant son 40e anniversaire, ce qui lui permit de recevoir le titre honorifique de médaillée la plus âgée de l’histoire des Jeux d’hiver.

back to top En