skip to content

Radik Isaev et Zheng Shuyin derniers médaillés d’or du taekwondo

Radik Isaev a décroché la première médaille d’or en taekwondo pour l’Azerbaïdjan dans la catégorie +80 kg hommes, tandis que chez les dames la Chinoise Zheng Shuyin a vaincu la Mexicaine María del Rosario Espinoza, pourtant plus expérimentée, en finale des +67 kg, les deux derniers titres décernés samedi sur le tatami de l’Arena Carioca 3

L’Azerbaïdjanais Radik Isaev, champion du monde des -87 kg, a affronté le Nigérien Abdoulrazak Issoufou Alfaga en finale masculine des +80 kg. Le combat a démarré doucement, le score restant nul tout au long du premier round, puis Isaev a pris le dessus en portant un coup à la tête de son adversaire au second round et un autre au troisième, pour finir sur un score de 6-2.

Getty Images

« Je ne pensais pas du tout à l’or. Je voulais juste une médaille pour n’être pas venu pour rien. Et je suis arrivé jusqu’en finale. Chaque combat a été difficile, aussi bien psychologiquement que physiquement. Nous attendions cette médaille depuis longtemps et nous avons tous travaillé dur pour l’obtenir », explique Isaev au sujet de cette première médaille d’or en taekwondo pour l’Azerbaïdjan.

L’argent d’Issoufou Alfaga est la deuxième médaille olympique du Niger dans toute l’histoire des Jeux, la première datant de 1972, quand le boxeur Issaka Dabore avait décroché le bronze. Fier de son exploit historique et du succès des autres taekwondoïstes africains à Rio 2016, Issoufou Alfaga a déclaré : « Mon objectif était de remporter une seconde médaille pour mon pays. Les Jeux Olympiques sont une compétition extrêmement difficile et j’étais tellement obsédé par la médaille d’or que j’avais du mal à dormir. Nous, les jeunes Africains, avons prouvé que nous sommes capables d’accomplir des exploits incroyables. Nous avons obtenu cinq médailles, c’est vraiment énorme. »

Getty Images

Pour le plus grand plaisir des spectateurs brésiliens, Maicon Siqueira a raflé la médaille de bronze, ajoutant une deuxième récompense olympique au palmarès du Brésil en taekwondo. L’autre médaille de bronze a été décernée au taekwondoïste de la République de Coréé Cha Dongmin, qui a fait son retour sur le podium après une victoire aux Jeux de Beijing 2008.

Espinoza, championne à Beijing, s’incline face à Zheng

La Chinoise Zheng Shuyin a été sacrée championne olympique dans la catégorie féminine des +67 kg. L’athlète, médaillée d’argent aux Mondiaux chez les -73 kg, s’est mesurée à la Mexicaine María del Rosario Espinoza, déjà double médaillée olympique. Zheng, plus grande que son adversaire, a su faire de sa taille un atout pour prendre le dessus et maîtriser le combat, qui s’est conclu sur un score de 5-1.

Getty Images

« Je suis très grande et mes jambes sont plus longues que celles de mes adversaires », a confié la nouvelle championne olympique au sujet de sa stratégie. « Quand j’attaque, mon adversaire peut rapidement contre-attaquer et c’est là que je risque de perdre des points. Je me suis souvent battue contre ces filles. Elles connaissent mes points forts et savent comment se défendre. J’ai dû légèrement adapter ma stratégie. J’étais fatiguée, mais María aussi. Vu mon état, je trouve que je m’en suis très bien tirée aujourd’hui. »

Getty Images

Avec cette médaille d’argent, Espinoza vient de compléter sa collection, qui comptait déjà une médaille d’or obtenue à Beijing 2008, et une de bronze, souvenir de Londres 2012. La Britannique Bianca Walkden, championne du monde en titre, n’a pas fait le poids face à Zhen en demi-finale, mais elle s’est rattrapée en terminant troisième. L’autre médaille de bronze est revenue à l’Américaine Jackie Galloway qui a battu la Française Gwladys Epangue, médaillée de bronze à Beijing en 2008 et double championne du monde.

Getty Images

back to top En