skip to content

Questions posées fréquemment sur les Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Ce document a été préparé pour répondre aux questions soulevées par le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Il sera mis à jour régulièrement afin de tenir compte de l'évolution de la situation.

Au 8 mai 2020:

(NOUVEAU) : En quoi la pandémie de COVID-19 affecte-t-elle l'équipe olympique des réfugiés ?

Nous sommes en contact direct et régulier avec les athlètes. Ils vont bien et font preuve d'une grande résilience en cette période difficile. Leur situation dépend de leur lieu de résidence. Tous continuent de s'entraîner en respectant les mesures mises en place par les autorités des pays où ils vivent. Les membres de l'équipe olympique des réfugiés pour les Jeux de Tokyo 2020 n'ont pas encore été sélectionnés. Les Jeux Olympiques ayant été reportés, la date de sélection a elle aussi été décalée à 2021. Elle n'a pas encore été fixée. La plupart des athlètes sont confinés là où ils résidaient avant le début de la pandémie dans leur pays d'accueil. Certains – comme les athlètes basés au Kenya – ont rejoint des proches qui vivent ailleurs dans le pays.

Comme c'est le cas pour tous les autres athlètes partout dans le monde, leur situation dépend des restrictions imposées par les autorités nationales. Certains athlètes s'entraînent à l'extérieur (forêt, plage, etc.), tandis que d'autres doivent rester chez eux et trouver des solutions pour s'entraîner "à domicile". Tous s'efforcent de poursuivre leurs séances d'entraînement.

Des vidéos de plusieurs athlètes sont disponibles sur les comptes du CIO dans les médias sociaux – @RefugeeOlympicTeam (Instagram), @RefugeeOlympicTeam (Facebook) et @RefugeesOlympic (Twitter).

(NOUVEAU) : Le CIO peut-il confirmer qu'il tiendra une Session virtuelle cette année ?

Compte tenu du report des Jeux de la XXXIIe Olympiade et des mesures appliquées actuellement en Suisse et dans le reste du monde pour endiguer la propagation de la pandémie de COVID-19, la commission exécutive du CIO débattra de la tenue à distance de la 136e Session, via un système électronique sécurisé, le vendredi 17 juillet 2020 de midi à 16 heures, heure d'été d'Europe centrale (CEST). Les débats devraient être retransmis en direct. L'ordre du jour et l'organisation de la Session du CIO, ainsi que le système de vote électronique sécurisé, feront l'objet de discussions au sein de la commission exécutive en temps voulu.

(MISE À JOUR) : Quelles sont les répercussions du report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sur les élections au sein des Comités Nationaux Olympiques (CNO) et des fédérations nationales de sport ?

Le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 pourrait avoir des répercussions sur le cycle des élections au sein des CNO – la plupart tenant leurs élections régulières l'année qui suit les Jeux de l'Olympiade. Afin de les aider à relever cet enjeu et compte tenu du fait que la priorité est de permettre aux CNO de préparer au mieux leurs équipes pour les Jeux Olympiques, le CIO a décidé de faire preuve de souplesse et de les laisser décider, en application de leurs statuts respectifs, s'ils préfèrent s'en tenir au mandat de quatre ans ou suivre le cycle des Jeux Olympiques en tenant leurs élections après les Jeux en 2021 sous certaines conditions. Dans ce cas, le CIO consentira, à titre exceptionnel, à prolonger le mandat initial de quatre ans. Le CIO a adressé une lettre circulaire à tous les CNO le 23 avril 2020 afin de les en informer officiellement. Il passe actuellement en revue la situation avec les CNO concernés afin de trouver la solution la mieux adaptée pour chacun.

S'agissant des élections au sein des fédérations nationales, ces dernières ne relèvent pas directement du CIO. D'après ce que nous savons, les fédérations nationales vont elles aussi coordonner leur approche avec les Fédérations Internationales dont elles dépendent et leurs CNO respectifs dans le but d'adopter, le plus rapidement possible, une position cohérente et homogène au niveau national, après consultation des autorités compétentes le cas échéant.

(MISE À JOUR) : Quel rôle le CIO joue-t-il s'agissant du soutien financier apporté aux Fédérations Internationales en cette période difficile ?

Nous sommes parfaitement conscients des répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les Fédérations Internationales (FI) et nous avons déjà engagé des discussions avec elles au cas par cas, chaque FI ayant des besoins qui lui sont propres. Une fois ces discussions terminées d'ici quelques semaines, nous aurons une meilleure idée de la situation et le CIO sera mieux à même de comprendre le rôle qu'il peut jouer pour remédier à cette situation, en aidant par exemple les FI à accéder aux programmes de soutien gouvernementaux et autres qui peuvent être disponibles.

Au 21 Avril 2020:

Le CIO peut-il apporter une aide quelconque aux spectateurs qui tentent d'obtenir le remboursement ou la modification de leurs billets d'avion et de leurs réservations d'hôtel à la suite du report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à l'année prochaine ?

La pandémie de COVID-19 qui sévit actuellement sur toute la planète a malheureusement des répercussions sur nous tous. Cette crise sans précédent perturbe considérablement nos vies. Comme nous, les athlètes et les fans partout dans le monde sont déçus de ne pas pouvoir aller aux Jeux Olympiques de Tokyo cette année comme prévu. Le comité d'organisation de Tokyo 2020 a annoncé que les billets achetés pour la manifestation de cette année seraient, dans la mesure du possible, valables en 2021 et que les détenteurs de billets qui ne pourraient pas assister aux Jeux l'année prochaine seraient remboursés. Comme vous le comprendrez, le CIO ne peut se prononcer sur des réservations de vol ou d'hôtel faites auprès de tiers. Nous encourageons les personnes qui envisageaient de venir aux Jeux cette année de s'adresser directement au comité d'organisation de Tokyo 2020 ou aux organismes auprès desquels elles ont fait leurs réservations afin de discuter des choix qui s'offrent à elles.

Étant donné que personne ne sait avec certitude quand la pandémie sera maîtrisée, pourquoi ne pas avoir tout simplement reprogrammé les Jeux de Tokyo en 2022 ?

Nos partenaires japonais ainsi que le premier ministre avaient fait savoir que le Japon ne pourrait pas gérer un report au-delà de l'été prochain. C'est une entreprise colossale, aussi bien pour le comité d'organisation que pour le pays tout entier. Tout d'abord, il faut s'assurer de la disponibilité du village olympique, car c'est le cœur des Jeux. Idem pour tous les sites de compétition. Des milliers de personnes devront continuer à travailler. Tous les partenaires, les sponsors ainsi que les autorités locales et régionales vont devoir unir leurs efforts. Le report des Jeux va entraîner des restrictions et nécessiter des compromis de la part de chacun. Même s'il n'existe pas de schéma directeur pour ce report, le CIO demeure convaincu que toutes les parties de ce puzzle complexe vont parfaitement s'imbriquer pour offrir une magnifique édition des Jeux.

Quel est le statut des athlètes faisant l'objet de suspensions pour violation des règles antidopage qui prennent fin avant les Jeux Olympiques de Tokyo en juillet 2021 ? 

L'Agence Mondiale Antidopage (AMA), en tant qu'organisme mondial chargé de la réglementation antidopage, a indiqué qu'en application des règles actuelles, les sanctions pour dopage étaient chronologiques et non propres à un événement. Le CIO a tenté à de multiples reprises d'instaurer des règles qui excluraient les athlètes condamnés pour un délit de dopage de l'édition suivante des Jeux Olympiques. Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) ne l'a jamais autorisé. 

Que fait le CIO pour protéger les athlètes intègres durant cette période où le nombre de contrôles est réduit ?

Plusieurs mesures pour lutter contre le dopage ont d'ores et déjà été prises, et continueront de l'être, pour protéger les athlètes intègres et veiller à ce que les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et les épreuves de qualification se déroulent dans les meilleures conditions possibles.

Ces mesures ont été mises en place par l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) avec le concours du CIO. D'autres mesures sont également prises par le CIO de concert avec l'Agence de contrôles internationale (ITA - ACI) dans le cadre du programme de contrôles mené avant les Jeux. Les échantillons prélevés à l'occasion de ces contrôles seront conservés pendant dix ans afin que, dès que des méthodes de test plus performantes seront disponibles, ces échantillons puissent faire l'objet de nouvelles analyses. Qui plus est, le groupe de travail antidopage avant les Jeux procède actuellement à une étude détaillée des sports et des athlètes les plus concernés, ainsi que des substances les plus couramment utilisées. Dès que les restrictions en lien avec la pandémie de COVID-19 seront levées, un nouveau programme de contrôles ciblés avant les Jeux sera lancé sur la base de cette étude, lequel se poursuivra jusqu'à l'ouverture de la manifestation olympique. Le temps supplémentaire à disposition permettra l'homologation et l'utilisation de nouvelles méthodes de contrôle.

Pour un complément d'informations à ce sujet, merci de consulter les Directives de l'AMA à l'intention des OAD et les questions-réponses pour les sportifs.

Quel sera l'impact financier du report des Jeux ?

Tokyo 2020 et le CIO confirment  qu'il a été convenu entre le CIO et le Japon le 24 mars 2020 que les Jeux de la XXXIIe Olympiade seraient désormais célébrés en 2021. Le report a été décidé afin de protéger la santé de toutes celles et de tous ceux qui sont associés à la tenue des Jeux, en particulier les athlètes, et de contribuer à endiguer le virus. Il appartiendra maintenant au CIO d'analyser tous les enjeux que soulève le report des Jeux, y compris l'impact financier pour le Mouvement olympique.

Le gouvernement japonais a réaffirmé sa détermination à assumer ses responsabilités afin d'accueillir avec succès les Jeux. Dans le même temps, le CIO a réitéré son engagement indéfectible à garantir la réussite des Jeux de Tokyo 2020. Le CIO et les partenaires japonais, notamment le comité d'organisation de Tokyo 2020, continueront d'évaluer et de discuter des répercussions du report pour chacun.

Que va-t-il se passer pour les détenteurs de billets ? Leurs billets resteront-ils valables ou pourront-ils être remboursés ?

Le comité d'organisation de Tokyo 2020 a annoncé que les billets achetés pour la manifestation de cette année seraient, dans la mesure du possible, valables en 2021 et que les détenteurs de billets qui ne pourraient pas assister aux Jeux l'année prochaine seraient remboursés. De plus amples informations seront communiqués aux détenteurs de billets en temps voulu. Comme vous le comprendrez, le CIO ne peut se prononcer sur des réservations de vol ou d'hôtel faites auprès de tiers. Nous encourageons les personnes qui envisageaient de venir aux Jeux cette année de s'adresser directement au comité d'organisation de Tokyo 2020 ou aux organismes auprès desquels elles ont fait leurs réservations afin de discuter des choix qui s'offrent à elles.

Les athlètes bénéficiant de bourses de la Solidarité Olympique pour leur préparation pour les Jeux de Tokyo 2020 vont-ils voir leur soutien prolongé ?

Le soutien apporté aux athlètes va évidemment se poursuivre. La Solidarité Olympique a d'ores et déjà confirmé la prolongation du programme de bourses olympiques dont bénéficient actuellement les 1 600 athlètes et plus originaires de 185 Comités Nationaux Olympiques et l'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO. Le montant total des programmes de la Solidarité Olympiques, qui courent désormais de 2017 à 2021, s'élève à quelque 110 millions de dollars américains.

Au 9 Avril 2020:

En quoi le report aura-t-il un impact sur la Session du CIO en 2021, laquelle est programmée en juin 2021 et prévoit l'élection du prochain président du CIO ?

C'est une question qui doit être examinée maintenant. Nous ne sommes pas en mesure de donner plus de détails à ce stade.

Comment l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a-t-elle réagi à l'annonce du report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ?

Lors d'un entretien téléphonique organisé le 30 mars dernier entre le premier ministre japonais, Abe Shinzō, et le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, ce dernier a fait part de son respect et de son soutien pour la décision qui a été prise de reporter les Jeux Olympiques, ajoutant que l'OMS souhaitait continuer à participer aux préparatifs pour une édition réussie des Jeux.

Comment allez-vous gérer le processus de qualification pour ces Jeux ?

Dans le cadre des travaux menés par le groupe de travail "Here we go", lequel traite actuellement des questions soulevées par le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le groupe de travail du CIO en charge de la qualification a approuvé toute une série d'amendements aux principes relatifs aux systèmes de qualification pour Tokyo 2020, notamment un allongement de la période de qualification et de nouvelles dates limites. 

  • La nouvelle date limite pour la période de qualification est fixée au 29 juin 2021 ; les FI peuvent définir leurs propres dates limites pour la période de qualification pour autant que celles-ci soient antérieures à cette date.
  • La nouvelle date limite d'inscription par sport est fixée au 5 juillet 2021.
  • La révision des systèmes de qualification sera finalisée le plus rapidement possible afin que les athlètes et les Comités Nationaux Olympiques (CNO) ne restent pas dans l'incertitude.

Il va sans dire que les athlètes qui sont déjà qualifiés pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 le restent. Cette décision découle du fait que ces Jeux, en accord avec le Japon, demeurent les Jeux de la XXXIIe Olympiade. Quelque 57 % des places de qualification ont déjà été allouées. Dans certains cas, la place est attribuée au Comité National Olympique (CNO), dans d'autres à l'athlète directement. Dans tous les cas, et conformément à la Charte olympique, les CNO conservent le droit de sélectionner les athlètes qui les représenteront aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Quand les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 auront-ils lieu et sur quoi planchez-vous à l'heure actuelle ?

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 auront lieu du 23 juillet au 8 août 2021. Les Jeux sont un événement très complexe à organiser et leur report est un vrai défi. C'est un immense puzzle à assembler où chaque pièce compte et doit s'emboîter parfaitement.

Il appartient à la commission de coordination de Tokyo 2020 de travailler avec toutes les parties prenantes, notamment le comité d'organisation des Jeux (COJO), les 33 Fédérations Internationales, les 206 Comités Nationaux Olympiques, les athlètes, les sponsors et les diffuseurs, pour répondre à toutes les questions liées au report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Un groupe de travail – baptisé "Here we go" – a été formé sous l'égide de la commission de coordination de Tokyo 2020. Il comprend des représentants du COJO de Tokyo et du CIO, et a pour mandat de répondre à la longue liste de questions que le report soulève.

Pourquoi le report a-t-il été décidé et pourquoi cela a-t-il pris autant de temps ? 

Le report a été décidé en raison de la propagation rapide de la pandémie de COVID-19. Dès le début, le CIO avait fait savoir qu'il suivait la situation jour après jour, 24 heures sur 24, qu'il s'adapterait à tout changement et suivrait les conseils de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). C'est exactement ce qu'il a fait.

Le président du CIO a expliqué à de nombreuses reprises l'enchaînement des événements qui ont conduit au report. Vous pouvez en prendre connaissance ici.

Les Jeux avaient-ils déjà été reportés auparavant ?

Non. Les deux Guerres mondiales au 20e siècle ont conduit à l'annulation de plusieurs éditions des Jeux Olympiques, mais c'est la première fois de l'histoire olympique que les Jeux sont reportés. De plus amples informations sur les précédentes annulations des Jeux sont disponibles ici.

S'agit-il de la pire crise qu'ait connue le Mouvement olympique ? Peut-on la comparer avec l'annulation des Jeux en raison des deux Guerres mondiales ?

Les comparaisons sont toujours dangereuses car elles peuvent être interprétées de manières bien différentes. Comparer un report des Jeux à une annulation de l'événement en temps de guerre serait malvenu, compte tenu des pertes et de la souffrance humaines qu'une guerre provoque. Ce que nous pouvons affirmer en revanche, c'est qu'il s'agit d'une crise sans précédent pour l'humanité. Nous n'avons jamais connu de telle propagation d'un virus. C'est aussi un défi sans précédent pour les Jeux Olympiques.

Qui a pris la décision : le CIO ou le Japon ?

Ce fut une décision concertée : le gouvernement japonais a pris l'engagement sans réserve d'assurer le succès des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 dans leur intégralité et d'assumer ses responsabilités. Le CIO pour sa part a réitéré son attachement indéfectible au succès des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Le report a-t-il été motivé par les critiques de plus en plus nombreuses émanant des athlètes et des CNO partout dans le monde ?

Le CIO a toujours pris en considération la voix des athlètes, qui a joué un rôle très important. Nous sommes en contact permanent avec notre commission des athlètes, dont la présidente est membre de la commission exécutive du CIO et prend part à toutes les consultations, toutes les décisions et tous les votes.

Le président du CIO a adressé plusieurs lettres aux athlètes. Plusieurs conférences téléphoniques ont également été organisées entre notre commission des athlètes et de nombreux représentants des athlètes à travers le monde. Lors de la téléconférence qui a réuni le président du CIO et plus de 200 représentants des athlètes, personne n'a demandé l'annulation des Jeux. Les questions ont essentiellement porté sur les systèmes de qualification, les conditions d'entraînement et la santé mentale, pour ne citer que quelques exemples. Nous avons pris tout cela en considération, au même titre que la voix des nombreux athlètes du monde entier qui n’ont pas participé à cet appel. Certaines voix étaient critiques, d'autres nous étaient très favorables, ce qui est normal dans une situation aussi difficile et pleine d'incertitude.

Quel sera, selon vous, l'héritage de Tokyo 2020 pour la population japonaise maintenant que les Jeux ont été reportés ?

Nous sommes tous d'accord pour dire que les Jeux Olympiques à Tokyo peuvent être un symbole d'espoir pour le monde en ces temps difficiles. L'humanité se trouve actuellement dans un tunnel obscur. Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et la flamme olympique peuvent être la lumière au bout de ce tunnel. C'est la raison pour laquelle il a été décidé que la flamme olympique resterait au Japon et que les Jeux garderaient le même nom : Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020. L'organisation des Jeux en 2021 est d'ores et déjà un événement extrêmement symbolique ; nous espérons que Tokyo 2020 sera une célébration de l'humanité.

Que va-t-il advenir de la flamme olympique et du relais ?

Le relais de la flamme olympique a été interrompu. Il a néanmoins été décidé que la flamme olympique resterait au Japon. L'humanité se trouve actuellement dans un tunnel obscur. Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 peuvent être la lumière au bout de ce tunnel.

Pour toute question concernant la flamme olympique, merci de cliquer ici.

Pourquoi l'annulation pure et simple des Jeux Olympiques n'a-t-elle pas été envisagée ?

L'annulation des Jeux aurait brisé le rêve olympique de 11 000 athlètes des 206 Comités Nationaux Olympiques, de l'équipe olympique des réfugiés formée par le CIO et de toutes celles et de tous ceux qui accompagnent les athlètes – entraîneurs, médecins, officiels, partenaires d'entraînement, amis et proches. L'annulation aurait aussi anéanti le travail et refroidi l'enthousiasme de nos formidables hôtes japonais qui avaient fait de Tokyo la ville olympique la mieux préparée qui soit.

Quelles seront les répercussions du report des Jeux sur le CIO en tant qu'organisation ?

Le report des Jeux représente un énorme défi à relever. Dans les mois et l'année à venir, nous devrons nous concentrer sur l'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 bien évidemment, mais aussi sur la livraison des Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022, lesquels approchent à grands pas, et des Jeux Olympiques de la Jeunesse d'été de Dakar 2022. Nous allons devoir évaluer ce que cette charge de travail implique pour le personnel du CIO et décider de notre organisation afin d'aider, de la manière la plus efficace qui soit, les comités d'organisation des Jeux. Pour cela, nous attendrons du groupe de travail "Here we go" qu'il nous donne une vue d'ensemble claire de la situation et de l'ampleur de la tâche qui nous attend afin que le CIO, en tant qu'organisation, puisse prendre les mesures qui s'imposent et mettre à disposition les ressources nécessaires.

Compte tenu du report des Jeux de Tokyo 2020 en 2021, des ajustements vont-ils être apportés ?

Toutes les questions opérationnelles liées au programme des Jeux, aux sites, à l'hébergement, etc. devront été traitées par le groupe de travail "Here we go", placé sous l'égide de la commission de coordination de Tokyo 2020, en étroite coopération avec toutes les parties prenantes concernées. Dans l'intervalle, nous ne sommes pas en mesure d'apporter des réponses plus précises. Toutefois, il ne fait aucun doute que le report des Jeux exigera des sacrifices et des compromis de la part de toutes les parties prenantes. Les Fédérations Internationales vont peut-être devoir modifier leurs calendriers sportifs ; les athlètes devront s'adapter à une nouvelle programmation de leurs compétitions et à de nouvelles conditions de vie durant les Jeux ; des frais supplémentaires vont être engagés, etc. Nous allons avoir besoin des efforts de tous pour faire de ces Jeux un symbole d'espoir et nous sommes persuadés qu'en faisant preuve de solidarité et de flexibilité, nous y parviendrons.

Que va-t-il se passer avec le village olympique ?

C'est l'une des nombreuses questions auxquelles le groupe de travail formé par Tokyo 2020 et baptisé "New Launch" (Nouveau départ) devra répondre. Tout sera fait pour qu'il y ait un village olympique à Tokyo parce que le village est l'endroit où bat le cœur des Jeux. Nous espérons que nous pourrons avoir un village olympique "traditionnel" parce que tous ceux qui ont vécu une fois dans leur vie dans un village olympique savent que c'est cela la véritable expérience olympique. C'est une expérience à nulle autre pareille – vivre sous un même toit avec le reste du monde, créer ces communautés olympiques uniques.

Comment allez-vous aborder la question de la reprogrammation des championnats du monde et d'autres compétitions pour permettre aux Jeux Olympiques d'avoir lieu ?

Le CIO sera en liaison très étroite avec toutes les Fédérations Internationales afin d'évaluer l'impact du report des Jeux sur leurs propres calendriers.

Comment les sponsors et diffuseurs olympiques ont-ils réagi à l'annonce du report ?

Nos partenaires ont accueilli très favorablement la décision de se concentrer sur la santé, la sûreté et la sécurité de la communauté internationale et olympique en ces temps incertains. Nous tenons à les remercier de leur constante coopération et nous nous réjouissons de travailler ensemble pour faire en sorte que les Jeux Olympiques soient une expérience incroyable pour tous. 

Certains partenaires TOP ont des accords qui se terminent en 2020 – vont-ils perdre leur chance de parrainage ou allez-vous prolonger leurs accords ?

Dans un esprit de partenariat, nous travaillons en étroite collaboration avec tous nos diffuseurs et sponsors pour assurer le succès des Jeux de Tokyo reprogrammés. Nous les remercions de leur soutien à long terme au Mouvement olympique et de leur attachement aux valeurs olympiques, notamment dans cette situation sans précédent. Notre intention est de permettre à nos partenaires qui ont des droits sur l'édition de Tokyo 2020 de poursuivre leur association avec ces Jeux même reportés, car ils demeurent les Jeux de la XXXIIe Olympiade.

Que se passe-t-il avec tous les sponsors nationaux de Tokyo – la durée des accords est-elle automatiquement prolongée ?

La prolongation des droits des partenaires nationaux de Tokyo 2020 sera discutée avec le comité d'organisation de Tokyo 2020 qui gère le programme des parrainages commerciaux au niveau national.

Comment les CNO ont-ils réagi suite à l'annonce du report ?

Les CNO partout dans le monde ont accueilli très favorablement cette annonce et ont réaffirmé leur soutien et leur engagement à contribuer au succès des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 l'année prochaine.

Que se passera-t-il si la pandémie n'est toujours pas endiguée à l'été 2021 ?

Nous suivrons les mesures d'atténuation et de gestion des risques préconisées par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour les grands rassemblements dans le contexte de la pandémie actuelle de COVID-19. Nous continuerons de suivre le principe qui a guidé toutes nos décisions jusqu'ici, à savoir organiser les Jeux Olympiques uniquement dans un environnement sûr pour toutes les personnes concernées. Nous nous engageons à suivre ce principe à l'avenir.

Quel impact cela aura-t-il sur les élections des futurs hôtes des Jeux  ? 

Les futures éditions des Jeux Olympiques d'été et d'hiver ont déjà suscité des manifestations d'intérêt et il est très encourageant pour nous d'avoir autant de parties intéressées avec lesquelles nous avons déjà eu des consultations informelles.

Les deux commissions de futur hôte continueront de suivre l'intérêt exprimé pour les Jeux Olympiques et les Jeux Olympiques de la Jeunesse à venir, en mettant plus particulièrement l'accent sur la prochaine édition des Jeux Olympiques d'hiver en 2030. 

back to top En