skip to content
Date
08 févr. 2010
Tags
Actu CIO , Vancouver 2010

Que les Jeux commencent!

Les commissions de coordination du Comité International Olympique (CIO) jouent un rôle très important dans le succès de chaque édition des Jeux. Chargées par le président du CIO de veiller à la bonne préparation des Jeux, elles réunissent le comité d’organisation et les autres parties prenantes olympiques, telles que les athlètes, les Fédérations Internationales (FI)  et les Comités Nationaux Olympiques (CNO) – qui sont tous représentés au sein de la commission de coordination – afin de s’assurer que les Jeux sont de la plus haute qualité pour les athlètes du monde entier. Au cours des sept dernières années, René Fasel a été l’homme qui a supervisé les progrès de Vancouver. C’est pourquoi Olympic.org a décidé de lui poser quelques questions concernant son expérience de ces Jeux.


Olympic.org: C’est la première fois que vous êtes à la tête d’une commission de coordination. Comment vous sentez-vous maintenant que l’expérience touche à sa fin?

René Fasel: C’était une expérience fantastique. J’étais très honoré lorsque le président Rogge m’a demandé en 2003 de diriger la commission de coordination des Jeux à Vancouver. Je n’avais aucune idée de la difficulté que cela pouvait représenter, ni de la satisfaction que cela pouvait apporter. J’ai pu travailler avec de grands partenaires au COVAN et ici au Canada. J’ai aussi beaucoup appris de l’expérience de mes collègues à la commission. Nous avons travaillé dur pendant sept ans pour concrétiser ce projet et je suis ravi de voir aujourd’hui que celui-ci est à portée de main.

Olympic.org: Quelle est la plus grande difficulté à laquelle doit faire face un président de commission de coordination?

René Fasel: Il est difficile de généraliser car chaque édition des Jeux a ses particularités. Je dirais toutefois qu’une des difficultés à laquelle chaque commission doit faire face est la multitude des groupes et parties prenantes qui sont tous différents et qui doivent être réunis pour que les Jeux soient un succès. Les Jeux sont une entreprise très complexe. Aussi devez-vous vous assurer que les organisateurs locaux coopèrent étroitement avec leurs partenaires gouvernementaux, les sociétés de transport locales, les groupes d’intérêts locaux ou encore les sponsors, et qu’ils veillent à ce que les parties prenantes olympiques telles que les athlètes, les CNO et les FI, ainsi que le Comité International Paralympique (IPC), soient correctement intégrés dans les discussions, car ces groupes sont au cœur même des Jeux. Sans les athlètes, il n’y aurait pas de Jeux; sans les CNO, il n’y aurait pas d’équipes ni de spectateurs de l’étranger; sans les FI, il n’y aurait pas de sport, puisqu’elles sont responsables des qualifications et des compétitions sportives durant les Jeux; et sans l’IPC, il n’y aurait pas de Jeux Paralympiques. Parfois, cela peut être très prenant, mais heureusement, comme dans le sport, les Jeux sont un travail d’équipe et nous avons une équipe exceptionnelle ici à Vancouver.

Olympic.org: Vancouver est-elle prête pour les Jeux?

René Fasel: Oui! Les athlètes sont déjà accueillis actuellement dans des villages olympiques ultra-modernes, avec des sites de classe mondiale pour les compétitions. Presque tous les billets ont été vendus et la région s’est déjà transformée en véritable hôte des Jeux. Certes, avec les Jeux Olympiques, on ne peut jamais dire comment cela sera tant qu’ils n’ont pas vraiment commencé, mais je suis absolument sûr qu’ils ont été bien planifiés et que tout ce qui pouvait être fait pour rendre ces Jeux de première qualité l’a été. Je me réjouis de voir le résultat final.

 

back to top